Le slim noir

Ah oui, tiens, une photo de look, nous n’avions plus l’habitude (à 2 doigts de la photo tête coupée dans le reflet du miroir), et une petite histoire en passant :

roseanna

Vous voyez ce bête skinny noir, là. Le truc on se dit que c’est le plus simple du monde à trouver. Et bien non. Selon la matière, le stretch, les nuances, tout ça, cela peut vous faire un poteau au lieu d’une jambe, plisser, devenir gris en 2 lavages ou encore ramasser les poils et moumoutes en tout genre. Bref, ou comment le skinny noir idéal n’est pas SI facile à trouver, mais que parfois un seul détail suffit à tout changer.
Parce que ce jean, là, je l’avais acheté il y a bien 3-4 ans sur vente-privée. Un Citizens of Humanity. Mais il était trop long. Et je ne sais pas pourquoi, flemme de l’ourlet ou que sais-je. Il est toujours resté un peu long. Et du coup ça tassait. Je ne l’ai pas porté pendant 2 ans. De guerre lasse, il a même passé quelques mois sur le vide-dressing.
Pendant ce temps, je portais des skinny  noirs qui se délavaient, ramassaient tous les poils et moumoute, etc… (je me répète). Et puis la mode des jeans 7/8ème, autrement dit qui découvrent la cheville. Ce qui ramené à mon mètre 60 en fait des slims tout à fait normaux. Mais j’avais envie, c’est féminins, c’est délicat, la cheville découverte.
Perdu pour perdu, j’ai exhumé ce jean de ma House Case spéciale ventes et j’ai taillé dans le vif. Et la : révélation. C’est le jean que je porte le plus depuis 6 mois. Un détail je vous dis. Lire la suite

Le jean imprimé

Après avoir usé du slim rouge, puis rose, puis à vrai dire de toutes les couleurs (et ce n’est pas fini, cela me rappelle la douce époque des Cimarron millésime 92), ce printemps ce sont des jeans IMPRIMES que l’on va nous servir.

Cela a commencé cet hiver avec du léopard ou python, et je peux vous dire que l’on va vers des contrées plus bucoliques. Lire la suite