Paraty ou Pandora ?

Alors bon, mercredi j’étais à Paris. A 2 doigts de la journée lose d’ailleurs.
Temps de chiotte, RV annulé. Heureusement que j’ai pu passer un agréable moment avec Audrey. A grignoter sucreries et siroter un café.
En haut DU PRINTEMPS.

Ce détail a son importance.
Car : étage luxe, carte printemps, 3 X sans frais, 15% de réduc. Je tourne, je vire, il pleut dehors j’ai rien à faire d’autre.

hum. Risqué.
Non ?

Non.
Hautement raisonnable, j’ai été. Je me suis contentée de REPERAGES (et surtout j’ai manqué de temps pour faire la carte cause TGV… ahem)

D’où un sérieux dilemme, obsession que sais-je. ‘tain on n’a pas des vies faciles.
Mais comme nous en discutions hier : plus on attend, plus on rêve, plus c’est difficile : meilleur c’est.

Je vide le dressing, je pèse le pour et le contre, voire dans le meilleur des cas, à force d’y penser je me lasse avant même de l’avoir acquis.
Sagesse toute nouvelle. En même temps (oué parce que d’habitude c’est plutôt : je craque, meeeerde, je vide le dressing). L’habitude des ventes privées ou des ventes presse : il faut aller vite de peur de louper la bonne affaire. Moralité on ne porte guère et on revend.

Mais trève de bavardages, je vous expose donc mon dilemme du jour. Sac à main, qu’il s’appelle. (what else…).
Je me rends compte que je ne porte que mon Billy. Je me suis donc mise en quête d’un sac noir, de taille équivalente, pratique à porter, pas trop lourd, qu’on puisse ouvrir facilement et qu’on puisse porter de différentes manières (épaule, bandoulière..).
Je ne me suis pas votée de budget. 1000 euros étant un tarif plus que  conséquent. Mais un prix moyen quand on tape dans le sac de luxe, je me suis faite à l’idée.
Sans mentir, j’ai dû passer 2 h à tripoter lanières, zips et cuirs, chez Dior, Saint Laurent, Marc Jacobs et j’en passe. Gal’laf’ et printemps confondus. Problème, il n’y a pas un mais DEUX gagnants. « same same. But different »

Le Chloé Paraty :

paraty

Comme tout le monde, je l’ai vu dans les magazines. Après le Paddington, c’est LE modèle phare de Chloé. 1125 euros pour le petit modèle en cuir (comptez le double pour le python). Je n’avais VRAIMENT pas flashé dessus. Mais en le voyant en vrai, pis : en l’essayant. Vache. L’est beau quand même. Porté main ou épaule avec la grande anse. Un poil juste pour la bandoulière. Contenance parfaite. Peut se porter de jour ou en soirée.
J’ai zieuté ebay pour voir si moins cher il y a : pas une bonne idée, il y a énormément de faux.

versus

Le Givenchy Pandora :

pandora

Alors celui là c’est un OVNI. Avachi sur le stand, je ne l’ai même pas calculé, toute occupée que j’étais à carresser un Nightingale (anses trop petites celui là, tu as même du mal à le porter à la saignée du coude). Et pis finalement, le petit modèle en noir, je me dis tiens. Et POF : révélation ! porté, c’est une tuerie, et le sac le plus pratique du monde !
Alors oui, il est spécial : complèment assymétrique : une seule anse courte (épaule nickel), une anse longue géniale en bandoulière. Un grand zip au dessus, une poche zippée. Une poche à cartes de visites (ou pass Navigo ? serait-ce un sac pour les parisiennes ??). J’aurais dû faire une photo sur le stand car je n’en trouve pas où il est porté.
Le prix ? ahem. 980 euros il me semble. Nouveau modèle qui a l’air de marcher fort.
Gros, gros coup de coeur. Mais moins classe que le Paraty.

Qu’est-ce que je fais moi maintenant, hum ?
En attendant je vous le dis : surveillez le vide-dressing…. ça ne se finance pas tout seul cette chose là.

PS : oui, oui. Je me farcis présentement du Damart japonais. J’attends de passer le week end en sa compagnie pour vous livrer mes conclusions.

PPS : oui bah bon. J’ai également ramené les cuissardes André. Je SAIS. J’avais dit non. Me demande finalement si j’ai pas fait une connerie…

Goodie Bag  : merci (ou pas) à Iouiou qui nous rappelle que les soldes de mi-saison sont lancées sur Tophop depuis hier…

TDMH : le Chloé Paddington

Note : ce sac m’a été prêté pour une semaine par la société de location SacdeLuxe.

On continue avec les classiques. Dispendieux certes, mais classiques avec le

Chloé Paddington, coloris camel

paddington

Premières impressions : dès la prise en main on sent bien que nos craintes sont fondées, le cadenas est très joli, la clef aussi, le cuir bien épais et au final : il pèse un âne mort.
Mais il est joli.
Mais il est lourd.
Un peu de perplexité face au système de fermeture également, mais j’y reviendrai.
Par contre, la ligne et les détails du sac sont très aboutis : clous, boucles, fermetures ou encore la qualité du cuir en font un sac TRES joli et participent au coup de coeur.

paddington_detail

Dimensions : 35 x 19 x 19 cm (il a une forme polochon en fait).  Ci dessous en compagnie de notre mètre étalon :
 paddington_billy

Côté pratique : Alors on va commencer par  le fameux système de fermeture, je vous montre :
 paddington_cadenas

paddington_cadenas2

paddington_zip

Alors il y a 2 zips côtés, comme sur le Balenciaga. Sauf que là, si on ouvre trop à fond, ça se détache et on est obligé de les remettre façon blouson, ce qui peut déjà faire perdre pas mal de temps.
Le cadenas ensuite. A l’extrémité des 2 zips, il y a une plaque de cuir avec une fente. On place les 2 sur l’anneau, que l’on verrouille avec le cadenas qui a sa petite clef attachée à l’anse. Faut bien sûr faire gaffe de ne pas perdre le cadenas quand on ouvre le sac.
Fatalement, après 2 ou 3 manip, on renonce à fermer de cette manière et on laisse pendouiller le cadenas, malheureusement il faut souvent le remettre en place sur le devant du sac quand le tout n’est pas verrouillé.
 paddington_ext

Extérieur toujours : 2 poches de chaque côté qui font la largeur du sac et ne sont pas fermées. J’y glisse mon Iphone. Problème : elles sont super profondes ! comprendre qu’elles vont jusqu’à se rejoindre (même elles sont séparées) sous le sac. Du coup quand ça sonne, pas moyen de mettre la main sur le bidule. Et si on le met dans le sac, et ben le temps de l’ouvrir…
 paddington_int

paddington_int2

A l’intérieur : RAS. Une poche zippée et une poche à téléphone (justement…)

Contenu : Contenance inférieure au Billy. On y roule un magazine petit format mais pas plus. Avec ce que vous voyez ci-dessous, il est à bloc. On peut jouer un poil sur le volume avec les sangles qui le resserrent sur les côtés.
 paddington_contenu

paddington_cote

Modelling pictures : Porté main, épaule ou à la saignée du coude. Cette dernière est la plus élégante je trouve. Les anses sont assez grandes pour un porté épaule même avec un manteau. Mais le poids du sac le rend vite inconfortable dans cette position.

paddington_modelling

Entretien et vieillissement : Ce n’est pas évident quand on ne possède le sac que pour une semaine. Le cuir a l’air résistant à l’eau, je n’ai pas constaté de traces de frottements alors que c’est un sac de location. La bouclerie n’est pas ternie.

paddington_plaqueOù le trouver ? Je ne suis pas sûre (peut être pourrez-vous confirmer dans les commentaires) mais il me semble que sa production est arrêtée. Reste qu’il est peut être possible de le trouver au Stock Chloé (8 rue Timbaud, métro République), et qui plus est soldé.
EDIT : ah non, boulette, on le trouve encore en boutique (vu sur le stand Chloé du Printemps Haussman)

Prix indicatif : 1195 euros

Argus : il se trouve d’occasion à 350/400 euros. Mais attention aux faux. Je vous invite à lire les conseils donnés pour Balenciaga, cela vaut ici aussi. Dans le cas du Paddington, le numéro de série est indiqué sur un onglet en cuir dans la poche zippée intérieure.

J’aime : le design, le look, tous les détails et les accessoires, même si ils sont responsables du poids.
Le made in Italy.
Le cuir souple et épais.
Le coloris bronze de la bouclerie.
Que la longueur des anses permettent de le porter facilement à l’épaule, même si il est plus confortable à la saignée du coude.

J’aime pas : la couleur des zips (argent) qui est différente de celle du reste de la bouclerie (bronze).
Le manque de practicité de l’ouverture, les poches côté trop profondes et bien évidemment : le poids !

Conclusion : Je n’arrive pas à décider si oui ou non je serais prête à porter ce sac. Pour être honnête, j’avais failli l’acheter il y a un an et demi de cela au stock Chloé, où il tournait autour des 400 euros. Mais le poids à vide m’avait rebuté.
Le poids, le système de fermeture (quoi que pour les flippées des pick-pockets, c’est radical)… tout cela n’en fait pas un sac pratique au quotidien, et pourtant c’est un modèle qui a rencontré un succès phénoménal !
Je pense qu’il est simplement capable : par son look très abouti, son travail d’empiècements, de surpiqûres, ses détails nombreux de provoquer un coup de coeur qui va au delà de la raison.

Episodes précédents :

Le Chanel Coco Cabas
Le Antoine de Jérôme Dreyfuss
Le Elysa de Kipling
Le Steven de Velvetine
Le Dior Gaucho
La gamme Pliage de Longchamp
Le Iggy de Velvetine
Le Twee de Jérôme Dreyfuss
Le Balenciaga City
Le Billy de Jérôme Dreyfuss
Le Lune de Vanessa Bruno
Le Mini City Tote de Anna Corinna

Remerciement : à SacdeLuxe qui m’a gracieusement prêté ce sac pour une semaine. Et si il vous tente, il est disponible à la location ici.
 locationpad

Bonus : vous avez une réduction de 20% sur le coût de la dite location avec le code betg20 !