Un petit rafraîchissement…

Cela fait plus d’un an que j’en parle et que je n’en pouvais plus de mon ancien chez moi… vieillot et poussiéreux, voilà l’effet qu’il me faisait.
Mais alors que jusqu’ici je débrouillais plus ou moins toute seule, j’ai voulu trouver la perle rare, l’illustratrice qui m’arracherait un « waw ! ». Je l’ai trouvée en la personne d’Hélène Cayre, des dessins au crayon, une touche de couleur et un rendu des textures (les cheveux par exemple !) assez incroyable. Je ne peux que la remercier d’avoir accepté de collaborer avec moi et vous inviter à voir son travail !

Je voulais du sobre, pouvoir mettre des photos plus larges, garder le microbe dans la bannière et faire un clin d’oeil à notre collaboration avec André, ce qui reste le plus chouette truc que j’ai pu faire à ce jour grâce à ce blog.

Enfin, pour le côté technique/geek,  je ne me suis jamais mise à WordPress alors que je me débrouillais sous Dotclear, j’ai donc fait appel à Marie, ma comparse de vide-dressing, qui a dû y travailler toute la fin de la semaine dernière.

Voilà, j’espère que cela vous plait, et pour parfaire le tout, j’ai ENFIN publié ma FAQ !!! Tout arrive hein, histoire de bien commencer l’année scolaire
(et si j’ai oublié quelque chose dans cette dernière, n’hésitez pas à me demander)

EDIT : ah là là, concernant le dessin du chat, n’y voyez pas une quelconque pub ou placement produit !! J’ai envoyé à Hélène plusieurs photos du microbe qui avaient été publiées ici, et on est tombée d’accord sur celle-ci :

La plus rigolote et représentative. J’ai préféré la laisser telle quelle, sans me poser la question de flouter la marque façon CSA dans les émissions télé, ça me paraissait plus authentique de cette manière, les marques faisant partie de ce blog finalement.

De l’évolution des blogs – Part 1 – monétisation

Allez, on va y aller un bon coup, et après ça ira mieux et on n’en parlera plus. Enfin en tout cas JE n’en parlerais plus.

Il y a toujours un moment dans la vie d’un blog où on a envie de répondre aux attaques, de justifier, présenter, raisonner ses choix. Et puis on se rend compte que quoi qu’on dise ou quoi qu’on fasse il y a toujours des mécontents. De plus en plus même, cela va de pair avec une audience croissante.
Donc on le fait une fois, on parle ouvertement de ses revenus, de sa politique de monétisation, volonté de transparence, tout ça. Une fois. Parce qu’après de toute façon ça ne change rien, il y aura toujours des critiques.

J’ai déjà expliqué que :
– je vivais – via le statut d’autoentrepreneur – dorénavant de mon blog
– je le monétisais de différentes manières. En cash et en nature.
Je ne vais pas revenir des heures dessus, c’est expliqué là. 😉 J’insiste juste sur le fait suivant, la publicité apparait :

– dans la colonne de menu, via un pavé publicitaire vendu par la régie auféminin (ou un bandeau supérieur) ou des vidéos ebuzzing.
– colonne de menu toujours avec des bons plans mode avec un lien d’affiliation (comprendre si vous passez par ce lien pour acheter un article, je touche une commission). Il n’y a plus pour le moment de liens sponsorisés.

ou bien dans les billets. Et dans ce cas c’est TOUJOURS précisé ! puisqu’on peut y lire la mention « billet ou article sponsorisé » quand l’article est rémunéré (argent ou bons d’achat parfois). En outre, dans le cas de Pierre Fabre, ou de Kipling par exemple, il m’arrive de recevoir des produits à tester. Que je garde. Je fais et dis ce que je veux, il n’y a aucun contrôle et je ne suis pas rémunérée pour cela. Mais quand je décide d’en parler, j’indique également toujours la provenance du dit produit.

Bon, ça c’est dit. J’ai bien conscience que ça peut être flou pour les néophytes et que malgré tout certaines lectrices peuvent se sentir trompées. C’est pourquoi j’essaie de faire preuve d’un max de transparence.

Maintenant est-ce que ça permet de vivre ? hum. Il est trop tôt pour faire un bilan. Comme vous avez pu le constater, avril-mai ont été assez fructueux. Juin connait une baisse de régime et je m’apprête à traverser un désert pour juillet-aout. C’est comme ça, il faudra faire un bilan sur l’année. Honnêtement, mon objectif est d’arriver à dégager l’équivalent d’un SMIC pour cette première année. SMIC auquel il faut retrancher certaines dépenses, comme les allers-retours à Paris (pas tous hein, mais j’y vais souvent pour des RV, des rencontres avec des créateurs, tout ça, qui me permettent d’alimenter les billets) et les frais d’hébergement (j’ai dû débourser pas loin de 100 euros le mois de mai avec le gros concours).
Alors je vais vous dire : c’est pas gagné.

Là dedans, la principale source de revenu, c’est la pomme de discorde : le billet sponsorisé. En demande directe, cela rapporte au  blogueur entre 100 et 500 euros. (j’ai eu ouîe dire que ça pouvait monter jusqu’à 1000, perso je n’en ai pas eu connaissance). A cela vous enlevez grosso modo 23% de charge (dans mon cas).

Alors, oui, cela varie en fonction de l’audience de son blog (c’est le blogueur qui fixe le montant) et / ou en fonction de ce qu’est prêt à payer l’annonceur. C’est un marché, quoi.
Il y a également certaines campagnes qui sont proposées gracieusement (la Croix Rouge par ex), en revanche pour celle d’hier j’ai été rémunérée à mon tarif habituel.

Ce qui m’a valu d’être accusée – je cite – de « soutirer de l’argent à 30 millions d’amis ».
Bien.

Je vais revenir sur le mécanisme de cette campagne qui a été lancée en 2 parties. La première : un site, sans explication qui met en avant un crime ordinaire et lance un jeu concours pour deviner quel est ce crime (avec des lots à la clef, je le rappelle).
Une dizaine de jours après, le crime est révélé.

J’ai relayé la première partie sans savoir de quel annonceur il s’agissait. J’ai pour cela fait confiance à la régie Ebuzzing, que je connais bien, pour me proposer un annonceur qui me convienne. Au tarif habituel. Aurais-je accepté de faire un billet gratuit sans le savoir, je ne pense pas. Et je n’aurais pas été la seule.

Aurais-je dû refuser ? et en quel honneur ? J’ai été contente de voir que cet annonceur se cachait derrière cette campagne et rédiger ce billet a été d’une grande facilité tant je me sens indignée par ce qu’elle dénonce.
Est-ce immoral d’accepter de l’argent d’une association de ce type ? Tous les ans lors du début des vacances, une campagne similaire a lieu pour essayer d’endiguer le flot des abandons. 30 millions d’amis est une fondation qui se donne pour mission entre autre d’informer sur les droits et devoirs des maîtres, elle a pour cela un budget. Elle peut pour cela donner de l’argent à une chaine TV pour diffuser un spot et ça ne choquera personne.

Après libre à chacun de soutenir cette action, de faire ou non un don, cela ne regarde que soi.
Si vous voulez mon avis dans l’histoire, le plus choquant n’est pas que je reçoive de l’argent pour en parler, mais plutôt que 30 millions d’amis soit toujours obligée année après année de financer des campagnes pub pour dénoncer ce phénomène

C’est pas le tout, mais j’ai des fesses de Clairon à gérer moi, et c’est pas rien car je crois que j’ai expulsé un futur catcheur. On continue demain si vous le voulez bien par discuter de la relation blog/marques et consommation.
Et après on clot le sujet.
Et on se fait un sac à main.

Goodie Bag : ayé, les pré-soldes sont là. En passant  par ce lien on accède à celles de mon ShowRoom. Et comme je ne suis plus à une contradiction près je recherche activement un combishort. Moi qui ait toujours abhorré ce genre de truc rapport aux envies pipi.
(pis en 2011 je rechercherai un boyfriend jean, vous verrez).
Note : ma petite robette blanche Ba&Sh y est soldée à -30%, c’est un début.

Coupage de sifflet…

Comme vous avez pu le constater.. depuis jeudi soir et jusqu’à hier matin, j’ai vécu ce qu’on pourrait qualifier du cauchemar absolu de la blogueuse.
A savoir qu’on me l’a coupée.
Nette et sans préavis.

Un grand merci à 1&1, mon hébergeur donc.
3 coups de fil vendredi pour apprendre qu’il y a un « incident technique » sur mon serveur mutualisé. Que l’on migre les fichiers pour que ce soit rétabli plus vite que que cela devrait revenir à la normale dans les heures qui viennent…
15 cts la minute, des interlocuteurs qui changent à chaque fois, les appels pas forcément notés dans le suivi… et l’assurance que « si madame, les techniciens travaillent le week end ».
Moui.
Sauf qu’il a fallu que je rappelle une énième fois lundi matin pour voir un changement (on passe de l’erreur 500 à l’erreur 404, vous noterez le progrès).

Bref, comment dire.
1&1, c’est pas cher et c’est bien tant qu’il n’y a pas de problème.

Perso, après un black-out de 4 jours je suis comme qui dirait refroidie. Ce qui m’a motivée à aller me prendre un abonnement chez les suisses d’Infomaniak. Plus chers, certes, mais plus réputés. Et puis pour un transfert de site la première année est gratuite (sinon comptez 10 euros par mois).

Je vais donc faire la migration ces jours-ci… j’en profiterai pour faire la mise à jour de DotClear tiens…
J’espère que cette fois les perturbations seront mineures.

PS : ça m’a tellement traumatisée cette histoire que j’en ai fait une cystite dites donc…

PPS : Zhom en Espagne… heureusement qu’il y a la Nouvelle Star ce soir tiens, sinon ça serait limite la déprime…

Goodie Bag : en ce moment sur We-love une jolie vente de bijoux Marine de Diesbach (créatrice super sympa que j’avais croisée au salon du prêt à porter à Paris en septembre dernier avec Marie)

Perso j’ai pris les BO et le collier Lys en blanc :-) (et le collier avec les noeuds est resté longtemps dans mon panier….)
Cherry sur le Cake : -10% avec le code « beautyanddiesbach »

Retour sur la soirée du forum VIB

Le 23 mai dernier, Paris, locaux de Lycos Network Europe. Des intervenants, un débat sur les blogs et la popularité, un cinquantaine de blogueuses et une séance de dédicaces : la première soirée organisée par le forum VIB.
Un très bon moment.

Soirée forum VIB / Lycos

Soirée forum VIB / Lycos
envoyé par Walinette

Merci à :
– Lycos pour la coorganisation
– aux intervenants (de gauche à droite) : à ma gauche : Arnaud (Lycos), Amaury (Ebuzzing), Cécile (Lycos), Charles Liebert, Adrien (Wikio)
– Aux modératrices du forum : SweetangeShalima et KRiSS pour leur coup de main et Melle Gima pour ses accointances dans le milieu de l’édition
– Aux auteurs présentes : Tonie Behar, Caro, BénéAnne et Mercotte.
– et à toutes les VIB présentes !

A la prochaine !

J’écris un BLOG DE FILLE…

… et j’en suis fière !!

Cela n’aura échappé à personne : depuis quelques temps, il est de bon ton de critiquer la blogofille, ses modasses à tête coupée, ses sujets futiles et surtout de s’en différencier. Le terme « blog de fille » tendant même à devenir péjoratif.

Pourquoi ? Pour se démarquer des blogueuses première génération ? Faire son trou dans une blogosphère de plus en plus dense ?
A l’heure actuelle il est mieux vu de faire du « Violette-like » et de tutoyer son lectorat.  Ce qui vous m’excuserez n’est pas à la portée de tout le monde et ne débouche souvent que sur une pâle copie. La Violette – toute provocante qu’elle est – fait preuve de culture et mêle argot et références châtiées. Ce qui fait son succès et l’empêche de déraper dans le purement vulgaire.

Le rejet des premiers styles de blogs, natures, oserais-je dire « innocents » et la volonté de se démarquer (avec en tête la monétisation de son blog) a pour effet de produire des Closer ou Entrevue web 2.0 (Faire un billet traitant des photos de Laure Manaudou garantissant une poussée d’audimat DONC des rentrées d’argent sup). Remarquez, il y a le public pour ce genre d’écrits…

J’aimerais donc revaloriser si vous me le permettez le concept de blog de fille, concept relativement large et inventé si je ne m’abuse par Hélène qui a été la première à le revendiquer. Futiles ? les blogs de fille ? Il ne faut pas oublier qu’un blog a une ligne éditoriale : on peut avoir envie de partager ses découvertes beauté, de se montrer ses nouvelles fringues comme on le ferait avec des copines et ne pas être pour autant complètement écervelée. Le futile est un PARTI PRIS.

Donc je l’affirme bien fort : OUI, malgré les critiques je continuerai à parler de la chaussette perdue au sortir du lave-linge, de la dernière couleur de verni à ongles et à me prendre en photo décapitée*.
Et si cela amuse, change les idées voir fait rire ne serait-ce qu’UN SEUL lecteur et bien cela me ravit !
Merde alors.

* : Et si – rêvons un peu – je mets la main sur un maquilleur pro et une Garance ou autre Géraldine pour les photos, je consentirais peut être à m’afficher en entier. En attendant je préfère vous épargner mon teint d’endive et la déformation due à la lentille du compact numérique…