La tenue de combat…

Combat, combat.

Le mot n’est pas survendu si vous voulez mon avis. Car prendre l’avion de nos jours, ça veut dire :

– se déssapper et ressaper mini 4 fois si comme moi vous êtes un as du AAA écrit sur le billet (loterie qu’ils disent, j’t’en fouterais, j’ai droit à la fouille intégrale à chaque voyage aux US, vous trouvez que j’ai une tête d’intégriste ??)
– avoir chaud, avoir froid, les 2 extrèmes pendant la durée du voyage
– avoir les pieds qui gonflent
– perdre une pompe QUI DOIT forcément se trouver sous le siège de devant. Mais qui n’y est pas…
– avoir le seul siège NON pourvue de la couverture réglementaire
-et avec un casque qui marche pas
– ou qui grésille.
– avoir droit aux turbulences PILE au moment où l’hôtesse amène le café
Lire la suite

Bye-bye Mexico

A l’heure où vous lirez ces lignes, je serais vraisemblablement confinée dans un Boeing, la boite du Microbe me valant d’avoir une position « en grenouille » (150 euros de surtaxe pour emmener un animal en cabine, la cage réglementaire empêchant toute vélléité quelconque d’allongeage de jambe). Et vraisemblablement d’humeur de doberman dûe à la nuit blanche et au programmes ciné d’Air France, au choix : pourraves ou bien passant sur un écran qui ne marche pas.
Avec un peu de chance j’aurais tout de même fini Super Princess Peach, et retrouvé les écouteurs de l’Ipod…

Au revoir Mexico donc. Après seulement une année… oui mais qui fait suite à 3 années en Chine, et c’est là toute la différence. 3 années qui nous avaient vidés et qui ont certainement contribué à notre manque d’enthousiasme pour cette nouvelle vie. On va donc rentrer, se ressourcer, digérer tout ce vécu avant de – qui sait – repartir un jour.
Mais en attendant 2008 sera l’année de la mimilisation ! maison, break, chien ? (ah non, déjà 2 chats), déballage, installation.

En attendant nous quittons Mexico et nous ne regretterons pas :
– la pollution
– les bouchons et les chiens écrasés
– l’insécurité et la corruption
– le boulot
– la densité humaine

C’est un fait, nous n’avons peut être pas apprécié la culture mexicaine à sa juste valeur (à part la nourriture… slurps), la vie à Mexico même n’étant pas réputée pour y aider. Usés, que je vous dis.

PS : ceci étant dit, je n’aurai pas accès au net et ne pourrai pas répondre aux com’s avant lundi… mais que ca ne vous rende pas paresseux pour autant !