6 ans : un anniversaire Star Wars

By popular demand : voici la récap de la journée de samedi dernier… Je ne dis pas que je ferai ça tous les ans (et ne le ferai certainement pas d’ailleurs), mais 6 ans c’est un cap, le petit est toujours A FOND dans Star Wars (et the Clone Wars, collatéral de l’abonnement CanalPlay) et cette année j’avais la possibilité de m’investir en amont en préparant pas mal de trucs. Et allez, j’ai gagné en compétences : je sais désormais faire du papier mâché et du papercraft…

anniversaireStarWars1

J’avais donc fait une liste, en 10 points SVP, avec un fil conducteur et quelques jeux. Notez bien qu’on était munis de 6 gamins, dont 4 surexcités et fans de la saga (mais si j’avais pu en avoir 6 comme les 2 calmes du lot, on aurait passé la journée à faire des jeux de société et des scoubidous), et que par conséquent ça nous a tenu une bonne heure hors gâteau. Heureusement qu’on a pu faire une partie de foot et monter des Lego en fin d’aprem pour tenir les 3 heures prévues. Lire la suite

Et ça n’en finit pas…

une de plus.. et hop !
Heureusement qu’ils on inventé les bougies à chiffre, hein, sinon il y aurait inflation sur la taille du gateau…

Mais pour compenser, comme vous pouvez le constater j’ai été bien gâtée !

Mention spéciale au Zhom qui a pris un risque inconsidéré cette année, celui de faire une commande au jugé et toute personnelle :

Et non content de ne pas s’être planté dans la pointure, il a su mettre le doigt sur un de mes modèles préférés !

PS : mouiii… une question ?
Combien ?

heu…
Je crois que je vais finir par faire comme celle qui s’abonne ad vitam à 29 ans. Na.

(ouais bon, ça va … 34 quoi)

Un an déjà…

Et oui, il y a un an tout juste je faisais beaucoup moins la maligne…
Voire je ne faisais pas la maligne DU TOUT.

Aujourd’hui, à 21h03 pour être exacte, mon petit Clairon aura très exactement 1 an pile. Et à cet instant précis, il sera au lit sous la garde de grand maman pendant que papa et maman fêteront cela comme il se doit à la Halle Tony Garnier, concert de Depeche Mode oblige.
(comment ça parents indignes ???)

Mais nous avons cependant fêté cet évènement de manière toute à fait classique et acceptable, gâteau et bougie incluse,  hier en famille.
 tracteur

GROS succès du tracteur de belle-maman je dois dire. Si ça augure de la vocation d’agriculteur, je ne parierai pas, mais quand le pied va atteindre la pédale, on va rire.

Alors concrètement, sans vouloir faire de bilan hâtif, moi, l’anti-gosse primaire, est-ce que j’ai viré ma cutie ??
Hum.
Non.
Enfin, quand je dis non, ce n’est pas vrai. C’est à dire que j’ai acquis la connaissance de base du « comment ça fontionne ces petites bêtes là ». Du coup je suis plus à l’aise avec les plus petits. Que le mien. Façon j’ai déjà expérimenté et par conséquent suis moins effrayée des réactions. En revanche avec les plus grands ça coince bien toujours un peu.

De là à dire que lorsqu’on n’aime pas les gamins c’est que l’on ne les connait pas.

Je me pose toujours des questions sur qu’est-ce qui motive ou non à faire des enfants ? Je crois que j’arrive à comprendre les deux camps pour la bonne et simple raison que le passage de l’un à l’autre n’ a pas été évident. J’aurais très bien pu rester dans les « anti-mômes ». Le confort de la routine à deux, la liberté, le niveau de vie. Tout cela est chamboulé avec l’arrivée d’un petit.
Maintenant, le sourire de son bébé, ses premiers pas, son « je fonce la tête la première dans le giron de maman pour faire un calin », c’est une expérience, des sensations, un amour unique.

Avec ou sans enfants ?
Je crois que les discours moralisateurs du type : on ne sait ce que l’avenir nous réserve, pollution, ressources épuisées, guerres futures, etc.. ou à l’inverse : l’enfant comme aboutissement d’un amour, la continuité, suite logique d’une famille ne sont que foutaises. Dans un cas comme dans l’autre, on essaie de formaliser, de rendre poliquement correct quelque chose qui ne s’explique pas, qui ne l’est pas. Un enfant, on le sent dans ses tripes, on ne le raisonne pas.
Et ce désir, ou non, est finalement quelque chose de purement égoiste.

PS : et histoire d’être indigne « à fond », je suis toute la journée à Paris, et ne rentrerai que demain midi et n’ai pas programmé de billet pour demain…
pffff, les bonnes choses se perdent !!

PPS : à part ça ? 3 bouteilles de champ + 2 buissons de plantés + 2 ampoules à la main gauche. Tout va bien.

PPPS : je réfléchis trop en ce moment, je vais finir par me luxer les synapses. Pas bon. M’en vais vous causer prochainement de la robe Monop’ Anne-Valérie Hash, tiens.

PPPPS : suis à la bourre dans mes mails, si je ne réponds pas avant la fin de la semaine, c’est normal et non signe de melonite avancée.

Dites trente-trois

Yep, aujourd’hui même.

Je ne me suis pas auto-bloquée à 29, mais honnêtement j’aimerais bien.
Je suis contre les bilans en tout genre, on verra ça quand j’aurai doublé le chiffre (si j’arrive jusque là), mais tout de même ce week end j’ai :

 – Utilisé pour la première fois un lave-vaisselle A MOI. Beh dites, c’est pas mal du tout cet engin ! c’est qu’on s’y habituerait

– Développé on dirait une allergie à l’œuf. Ce qui serait emmerdant. (après faut pas chercher pourquoi le Clairon a de l’eczéma…)

– Emmené mon iphone aux toilettes, c’est dire si je suis devenue accro.

PS : et en cadeau vous me direz ? et ben je vais voir Depeche Mode à Lyon le 23 novembre (oui, je sais, c’est le premier anniversaire du Clairon, parents indignes….)

PPS : et là je blogue depuis mon Vaio avec une connexion 3G (le voisin ayant tout fermé sa maison, la freebox n’est pas assez vaillante…) : voyez que j’ai bien fait de me trimballer en bigoudis à Carrefour….