Que faire de nos vieux vêtements ?

Bon, suite à la news comme quoi H&M allait nous offrir des bons d’achat en échange de vêtements à recycler, un embryon de discussion s’est entamé dans les commentaires (vaguement pollué, certes. Il faudra un jour que certaines comprennent que les piques ou remarques mesquines nuisent totalement à leur propos qui sans cela aurait pu donner naissance à une discussion intéressante, bref).

Donc la réflexion du jour : on consomme de plus en plus de tout, et de plus en plus vite. Vêtements y compris. On se lasse plus vite aussi. J’ai bien conscience d’être un cas à part dont la consommation ne reflète en aucun cas la réalité et je ne suis absolument pas représentative des françaises. Mais tout de même, je pense que mon mode de gestion est assez général, pour peu qu’on soit accro à la frusque.

Alors, les vêtements qu’on ne porte pas ou plus et qui sont :

1. En bon état, de marque, encore à la mode. Bref, qui ont encore une valeur marchande. Et bien revente. Via un blog de vide-dressing si on est un peu connu sur le net/twitter/facebook : 0 commission et souvent on a quelques habitué(e)s. Sinon : ebay bien sûr. VestiaireCollective, Videdressing, etc… Voire leboncoin ou priceminister. J’ai l’impression que les soirées troc, très à la mode il y a quelques années, sont en perte de vitesse au profit de journée vide-dressings collectifs et physiques (si on est parisienne principalement… et blogueuse aussi). Après on peut choisir les sites en fonction des marques que l’on a à vendre. Le luxe ou le pointu chez Vestiaire, le Isabel Marant part plus cher sur ebay US, etc…
Je pense que l’achat d’occasion rebute de moins en moins. Certaines marques sont même sujettes à spéculation, il suffit de regarder la cote à un moment des baskets Isabel Marant, ou bien les sacs Chanel ou Vuitton qui prennent 15% d’inflation tous les 3 mois.
(le 2.55, placement plus rentable que l’immobilier…)

2. En bon état, mais de marque lamdba, moyenne gamme, bref qui ne valent rien ou presque. Et bien on donne. Famille, proches, copines si ça les intéresse ou bien associations (les bornes de collecte ou Emmaüs principalement, j’en ai amené des sacs et des sacs à mes retours d’expat… genre quand tu rouvres un carton 3 ans d’âge du garde meuble). Après souvent, dans les familles, il y a un membre qui connait une association, ou a des voisins ou connait des gens dans le besoin, c’est le cas de ma belle-mère, à qui je donne régulièrement et qui va faire un tri. Les vêtements pour homme ou pour bébé passent dans cette filière aussi.

3. Défectueux. Usés, troués, tachés. En fait je garde toujours un set vieux jean/tee/pull pour le bricolage/jardinage à la maison. Qui va prendre de la pâte à joint, peinture et autres joyeusetés. Donc là fatalement cela va finir ensuite en chiffon (le vieux tee shirt pour appliquer la crème essentielle sur les sacs à main j’ai pas trouvé mieux…) puis poubelle. Même chose pour les sous-vêtements, direct. Je ne vois pas ce qu’on peut faire d’un soutif avec les élastiques mous (je ne sais pas vous, mais chez moi, ce sont les élastiques qui lâchent en premier).
Il faut donc creuser la filière recyclage pour ce cas de figure, ce que va nous proposer H&M donc, mais apparemment vous me dites que certaines associations recyclent également, mais toutes ne sont pas équipées, il faut donc se renseigner.

Voilà donc comment je procède, tout en sachant que j’ai un turn-over, très, très important. Je considère que je travaille dans la mode (pour ce blog et d’autres clients) et que ma penderie peut s’assimiler à un « fond de roulement ». J’ai une partie de basiques et de pièces auxquelles je tiens beaucoup et que je ne revendrai pas, et une autre avec des pièces plus tendances, ou qui font doublon et que je vais certainement revendre la saison passée pour investir dans la saison à venir. Cela permet de vous montrer des pièces actuelles, que l’on trouve en boutique. Et de parfois craquer pour une pièce beaucoup plus chère, chose que je ne pourrais pas me permettre sans les ventes.
Mais ne vous méprenez pas, je donne également beaucoup à mes proches, je fais plus ou moins la même taille que ma mère, ma belle-mère, ma nièce bientôt et ma belle-soeur, et la même pointure que belle-maman, ce qui est bien pratique.

Mais c’est à votre tour, que faites-vous de ce que vous ne mettez plus ?

89 commentaire pour “Que faire de nos vieux vêtements ?

  1. Cette petite nouveautés H&M risque de faire couler encore un peu d’encre. Il n’empêche, ça reste une très bonne initiative, et si ça peut aider à une revue de la conso fringue ça ne sera pas de refus !Même mécanisme que toi pour la « seconde vie » de mes vêtements que je ne porte plus !

  2. je vends sur mon vide dressing, ebay, le bon coin, en vide grenier, braderie et je donne à mes cousines essentiellement parfois à emmaus aussi. idem pour les vêtements d’enfants même fonctionnement.

  3. Ton fonctionnement devient celui de la plupart des femmes, j’ai l’impression. Moi aussi, je revends, je donne et j’achète (des vêtements « seconde main » sans problème). Pourtant, je ne travaille pas dans la mode! C’est le plaisir de changer, d’essayer du nouveau (même si cela n’est pas du neuf), et aussi de donner une nouvelle vie à des pièces dont je me suis lassée, ou sur lesquelles je reconnais mes erreurs.

  4. Comme toi ! Ebay pour les belles marques, cadeau à mon entourage pour le reste..mais il reste quand même un stock « affectif » dans mon grenier quand lequel je pioche de temps en temps.

  5. Pour ma part je n’ai pas encore testé les vide dressing mais çà vient ….. je suis tellement dépensière en ce moment !
    Sinon bien évidemment je donne beaucoup à Emmaus et autres et aussi les vetements de mes enfants , ils grandissent tellement vite !
    Bises
    Annabelle

  6. je vends sur ebay même quand je mets encore d’où des déchirements mais comme toi quand je veux réinvestir ou quand min placard déborde :) et aussi sur mon vide dressing sur mon blog, bonne journée

  7. En ce qui me concerne, ebay principalement depuis des années, et mon vide dressing en ligne depuis peu, histoire de…!
    Pour ce qui ne part pas sur ebay, parce que ce ne sont pas des marques que les gens recherchent, je les donne soit à des assoc’, soit à la Croix Rouge, soit je les dépose dans mon village à un endroit spécifique où les gens peuvent venir farfouiller.
    Tout y passe: chaussures, vêtements, bonnets/écharpes (surtout en cette saison).

  8. Je revends les belles pièces, je donne à mes petites cousines ce qui est sympa et je file le reste a des assos. Les choses abîmées partent aux chiffons.

  9. Je suis depuis longtemps pour le recyclage : quasi neuf ou achat regretté, je vends si mes proches ne sont pas intéressés, sinon Emmaus que est juste à côté de chez moi, les vieilles chaussettes, draps et autres deviennent chiffons à tout faire et j’ai toujours des bouts dans la voiture au cas où. Je déplore vraiment cette course folle à la surconso en tout et suis effarée quand je vois les déchetteries !

  10. Pour ma part je ne revends jamais, soit je recycle mes habits soit je les donne. En fait je recycle énormément! Pour les vêtements de mes enfants je les donne à la famille ou amis qui viennent d’avoir des enfants. Je ne sais pas pourquoi à chaque fois je me dis: je vais vendre mes robes, pantalons etc. trop larges ou trop petits ou que je n’aime plus mais je finis par ne pas le faire. Sincèrement je ne sais pas l’expliquer 😉

    Stilo

    http://blogdastilo.blogspot.pt

  11. En tant qu’étudiante pas très riche, je n’ai pas beaucoup de vêtements. Généralement, je m’en débarrasse quand ils sont usés, troués, etc…
    Mais l’année prochaine, quand je travaillerais et que j’aurais un salaire, ça va être la grosse, grosse fête lol et il va falloir trouver une « organisation » adéquate ^^

  12. Je pense que nous avons toutes à peu près le même fonctionnement.
    Les fringues sont de plus en plus chères, nos envies de plus en plus grandes et nos portefeuilles de plus en plus vides … Et nous sommes aussi de plus en plus soucieuses des autres …
    Je donne aussi pas mal aux amis et à la famille (pour les vêtements enfants notamment) et je vends quelques belles pièces.

  13. Comme la plupart d’entre vous, Ebay (quoique ça devient de moins en moins intéressant pour le vendeur, car je trouve les acheteurs de plus en plus pointilleux alors qu’ils ne veulent rien payer et avoir du quasi parfait !), Vestiaire collective ou alors le Secours catholique qui est à côté de mon bureau mais jeter ça je n’y arrive pas ou alors il faut vraiment que ce soit une loque et encore comme toi, je recycle en chiffon à chaussures…

  14. Tiens j’ai loupé ce billet sur H&M et son débat.Ici j’ai aussi du stock on va dire et je trie régulièrement,en 1er auprès de ma mère et ma soeur,ensuite je vends (souvent entre collègues)ou troc ou je donne ce qui ne peut pas être vendu,je dépose à l’église d’à côté.Il y a aussi certaines pièces que je ne mets plus mais que je garde religieusement,bien emballées à la cave,c’est mon musée 😉 Les vêtements de ma fille sont passés de copines en copines ou donnés à des assocs.Je pense que c’est un fonctionnement très classique aujourd’hui.
    Bonne journée!

  15. Tout comme toi je revends sue moi sur EBay et sinon je donne à des amies et aussi à Emaus à Beaumont sur Oise…Finalement ont est toutes pareilles.

  16. Je donne ! Le plus souvent, ce sont des fringues de ta « catégorie 2″…
    Et comme j’ai beaucoup beaucoup de fringues en réalité (très peu de marques mais « grave de H&M, zara et consorts…) à chaque changement de saison, je fais un tri : ce que je n’ai pas porté depuis 2 ans, exit, je donne !
    Je donne à une copine d’abord qui fait un 1er tri et le reste part soit pour le Sénégal (via une amie sénégalaise qui envoie régulièrement des containers) soit pour Médecins du Monde (où ma maman est bénévole et concrètement, c’est donné à des Roms) soit, qd j’ai le courage d’y aller, chez Emmaüs…
    Voilààà
    Et je n’ai pas suivi la pseudo polémique d’hier, mais T’EN FOUS, tu as bcp de turn over, tant mieux pour toi , j’adorerais avoir ton dressing (mais ça ne fait pas de moi une envieuse ou jalouse… ca me donne des idées voilà tout)(d’ailleurs BTW, BIG UP à ta nouvelle formule en bas de billet « le même en – cher »… super idée…
    Continue comme ça !
    Bises

  17. Je revends un peu ( la fléme du process, j’avoue :I’m Lazzy and i know it )
    je donne beaucoup autour de moi et à des gens que je ne connais pas ,
    Et près de chez moi il y a une borne pour les récoltes de vêtements avant redistribution et /ou recyclage .
    Depuis 2 ans les magasins OKAIDI font de la récup/tri aussi 2 fois par an .

  18. De mon côté, je revends les pièces de qualité achetées généralement sur un coup de tête, portée une fois (voire jamais) dont le fait de les voir sur les cintres me crève le coeur : je préfère en faire profiter une personne qui les appréciera plus que moi !
    Concernant Emmaus et autres collectes du même type, tous les ans, j’y apporte 2 ou 3 gros sacs de vêtements (H et F) portés mais en bon état.
    Le recyclage : certains tee-shirts font de très bons chiffons à carreaux :)

  19. Je viens de donner un gros sac au secours populaire. Malheureusement, d’habits d’été (pré grossesse que je n’espère plus remettre mais en parfait état). Je sais qu’ils iront aux réfugiés Syriens qui viennent d’être accueillis dans le départements et qui ont du fuir leur pays sans rien. Je leur ai laissé ma vieille poussette et quelques peluches, je n’ai jamais eu autant de mercis.

    Le reste, je file aux copines (mais je parle surtout des vêtements enfants) car j’ai une garde robe minuscule !

  20. Moi je fais un peu comme toi, je revends les choses chères dont je me suis lassée, sac à main etc…je donne aussi à la famille, les fringues basique Zara, Camaieu etc…je donne aussi aux assoc qui récoltent dans les immeubles certains jours, je dépose aussi des tas de trucs au secours populaire, jouets, fringues de mon fils etc…certaines fringues de mon fils sont donné à une de mes collèges et voilà à peu près…

    concernant H&M, je trouve que c’est une bonne idée ! Je ne roule pas sur l’or et si je peux bénéficier de bons d’achat en échange de vieilles fringues et bien je le ferai sans problème !! Hâte d’en savoir plus si tu as des news à ce sujet !

  21. De marque : je garde en général jusqu’à ce que ce soit immettable. Bas de gamme : je donne (dans les relais, j’ai comme toi balancé des caisses et des caisses). Pour l’abîmé, je mets aussi en relais : ils recyclent ce qu’ils peuvent (boutons, laine, etc. ) et valorisent le reste au kilo… Ca m’évite de faire le tri :-) .

  22. Pour ma part, je crois avoir déjà partagé ma façon de faire : une pièce ne rejoint mon dressing que si une pièce s’en va. Par exemple, je me suis séparée dimanche d’une parka Sandro que je ne mettais plus pour en acquérir hier une copie de la Kooples que je cherchais. Comme ça, je me limite (parce que là, j’arrive à un moment où je me rends compte que j’aime tout ce que j’ai dans ma penderie :-). Et puis, j’achète beaucoup d’occasion, question de prix et aussi un peu « d’écologie » :)

  23. Pour ma part, je m’interdis de revendre mes habits. Je donne les habits quasiment neufs à ma famille ou des copines, et les autres je les donne à Notre Dame des Sans-Abris ou la Croix-Rouge. Idem pour les jouets des enfants, les meubles, etc.
    J’ai été plus d’une fois tentée de revendre certaines pièces, mais j’ai peur que ça m’entraine dans une consommation de masse (du style : « c’est bon, j’achète, de toutes manières si je ne le porte pas je le revendrai »). J’essaye de faire en sorte que mes achats soient réfléchis, qu’ils s’agissent de pièces qui me correspondent vraiment, de qualité, qui s’accordent avec le reste de mon dressing et que je porterai plus d’une saison.
    Tout ça n’est pas une question d’argent, juste que je veux éviter la surconsommation ou outrance.
    De la même manière, je ne vais plus chez Zara et H&M car, sous prétexte que ce n’est « pas cher », j’achetais des trucs que je ne portais finalement pas ou, si je les portais, elles ne tenaient pas plus de trois lavages !

  24. Bonjour Walinette,
    Je dois avouer que votre rapport à la consommation (enfin, ce que j’en vois) m’a souvent choquée (le mot est fort mais il est juste). Je suis néanmoins une lectrice de longue date et je trouve très intéressant le fait que vous réfléchissiez de plus en plus souvent à ce sujet (j’espère qu’il y aura d’autres articles comme ceux que vous aviez publiés il y a quelques semaines, j’avais beaucoup aimé).
    Bonne journée.

  25. Vêtements, je donne, je donne tout le temps. Je vends les trucs hypers chers : sac Dreyfuss, chaussures Ash, ACNE, Darel etc … Le reste Mango; Zara, Only, Monshowroom, je donne. Et a la croix rouge ils ont pris les vêtements de mon fils de bébé c’est bien aussi. Je peux comprendre le besoin d’argent mais vendre un teech h&M 2 euros, bon je trouve que c’est plus une perte de temps qu’autre chose. Mais je sais que les temps sont durs aussi, alors il n’y a pas de petits profits.

  26. Beaucoup de gens ignore que la plupart des associations qui collectent des vêtements, notamment Emmaüs, pratiquent aussi la valorisation des vêtements « défectueux » (troués etc.), en chiffons, rembourrages de cousins pour l’industrie automobile, etc. Il ne faut donc jeter aucun textile à la poubelle, où mélanger avec les ordures alimentaires, il n’est plus recyclable.. Merci pour ce débat.

  27. Pour moi un vêtement doit être porté jusqu’à son usure naturelle. Acheter un truc 100€ et le porter 3 fois avant de s’en debarraser, c’est à la fois du gâchis et une arnaque de mon point de vue de mec.
    Les filles qui ont plusieurs dizaines de jeans et qui continuent d’en acheter toujours plus usés au lieu de laver et user ceux qu’elles possèdent déjà, ça me sidère !
    Une fois à la télé ils ont montré le plus vieux jean qui existe encore (19 ème siècle) : eh bien il était plutôt trendy selon les critères d’aujourd’hui ! ! :)

  28. Je revends quand c’est possible (donc pas souvent car je ne porte de grosses marques et le zara ne part pas très bien sur eBay à mon grand désespoir). Donc quand je ne peux pas je donne à ma soeur, ma mère, ma grand-mère ou aux associations ! mais je n’ai jamais jeté de vêtements !

  29. Je fais comme toi :
    – « luxe » je revends pour financer un autre achat (effectué en général avant même d’avoir vendu mon bien…)
    – 2nd catégorie : je donne à mes copines, ma maman ou je revends sur mon lieu de travail ou lors de brocantes de village (le prix de vente max est de 2 €)
    – et également Emmaus et la Croix-Rouge (surtout les vêtements de mon loupiot)

  30. Je fais la même chose que toi, je rajouterai que je fréquente beaucoup les associations caritatives, je donne et j’ achète (des accessoires vintage à des prix défiant toute concurrence ;)), et je leur pose des questions sur le tri, le recyclage, car ça m’ intéresse, c’ est comme ça que je sais qu’Emmaus par exemple recycle les vêtements invendables pour en faire de l’ isolant toiture, mais ce n’ est pas une pratique nationalisée pour le moment, il faut donc se renseigner, poser des questions.

  31. Je fonctionne je crois de la même manière que beaucoup de lectrices et que toi: revente sur Vestiaire collective pour les pièces chères, cadeaux aux proches (j’ai trois petites soeurs…) pour ce qui leur plait, Emmaus ou le secours populaire pour le reste… Je m’aperçois que j’arrive de plus en plus à me restreindre avec ce système de revente: je n’ai besoin que d’une belle robe, d’un sac que j’aime, d’une parka… Au moins ce développement de la vente d’occasion contribue à cela… et j’achète de plus en plus d’occasion, parce que j’aime cette idée de redonner une vie à une fringue délaissée ou peu portée… Bref j’aime que tu aies ce genre de réflexion, ça me parle vraiment. Bonne journée!

  32. Sympa ce petit article :)
    Ah ah j’ai bien ri : j’ai sortie à mon homme hier « chéri, le 2.55 ça vaut tous les PEL du monde!!! » pas sûre que l’homme ait été d’accord…

    Comme toi je garde toujours quelques jeux de tenues bricolage-glandouillage. Pour le reste c’est ebay même si leur politique en défaveur des vendeurs m’agace de plus en plus… (l’acheteur peut se permettre un peu tout, et le vendeur n’a plus trop de fenêtre de tir… exemple des éval par exemple..), et le don ! (emmaus et comporte de collecte)

    Merci pour ta réponse sur les tailles cimarron, je vais me pencher dessus !
    Belle journée

  33. Quand je fais le tri je dépose aux bornes de collecte.

    Je n’achète pas énormément de vêtements et uniquement de marque lambda. Mais étrangement alors que je trouve l’idée exellente à tout point de vu (économiquement, écologiquement…) je n’arrive pas à acheter d’occasion. J’ai une appréhension, le neuf me rassure…c’est bête peut-être que çà évoluera.

  34. Après avoir lu vos posts, je me rends compte que les choses ont bien changé en 20 ans. Quand j’étais jeune fille, j’étais intéressée par la mode, mais l’offre était finalement assez limitée dans le créneau PAP moyen-haut de gamme, même dans une grande ville comme Bordeaux où j’ai vécu dix ans. Depuis, des tas de marques désirables mais relativement accessibles ont éclos, le Net s’est développé avec ses blogs et ses sites de mode et toutes les marques, même de luxe, ont leur e.shop. Du coup, ma consommation de fringues s’est accrue dans des proportions qui me donnent parfois froid dans le dos.

    Et depuis deux ans, je me rends compte que je vends pour acheter une pièce dont je lasse au bout de six mois, que je vends à son tour pour en acheter une autre. Mon mode de consommation a donc changé du tout au tout: avant, j’achetais un manteau qui durait deux ou trois saisons. Maintenant, j’en achète trois ou quatre par saison et je revends la saison après. Bon j’ai maintenant aussi un autre pouvoir d’achat, mais je ne suis finalement pas très fière de moi.
    Pour le reste, je suis comme vous :

    – Belles pièces de marque (sacs, manteaux, blousons) : je vends sur Instantluxe (très bien) ou sur le Bon Coin (jamais une déconvenue). VC, j’ai eu trop d’échos négatifs et ebay, je n’aime pas, allez savoir pourquoi

    – Pièces moins vendables sur Internet mais de belle facture (pulls cachemire,chemisiers, blazers etc ..) : je donne tout à mon employée de maison qui a la même taille que moi et tout une tripotée de cousines à fournir. Je fais un tri deux fois par an.

    – Pièces usée : je les mets dans un container de récolte de vêtements usagés.

    En revanche, jamais je ne donne une paire de chaussures ou n’en achète d’occasion. j’ai un bloquage, là, et je jette.

  35. J’ai une question complètement hors sujet avec ce post mais que je tiens à te poser : comment entretiens tu tes sacs ? J’ai un très beau sac, en cuir d’agneau couleur camel, mais la saleté laisse des traces (on a beau faire attention, le métro c’est fatal). Quel genre de produit utiliser pour le tenir en vie et en beauté, à quelle fréquence etc ?
    Tu as peut être déjà fait un post là dessus mais je n’en ai pas souvenir… Si c’est la cas désolée !
    Merci
    Louise

  36. Bonjour,
    Beaucoup d’entre vous semblent s’y connaître en assocs qui recyclent les vêtements et j’ai une question qui me trotte dans la tête. J’ai le souvenir (mais qui est peut être erroné, d’où ma question) d’avoir vu un reportage qui expliquait que certaines assocs employaient des gens dans le besoin pour trier les sacs récoltés (jusque là tout bon je trouve ça super) mais qu’ensuite les vêtements en bon état étaient revendus dans des pays en voie de développement, et là je tique un peu: selon moi des vêtements donnés n’ont pas à être revendus à des gens pauvres qui ne peuvent en acheter des neufs!
    Donc vu que j’étais jeune quand j’ai vu ça et que je n’ai pas trouvé d’infos sur le net, je me demandais si l’une d’entre vous savait quelque chose à ce propos, ou si c’est mon esprit farceur qui me joue des tours!
    Sinon je suis l’heureuse soeur d’une accro aux fringues donc je participe au recyclage en acceptant volontiers ce qu’elle ne met pas. :)
    Mes fringues je les use jusqu’à la corde (comme dirait ma grand-mère) et pour les celles que je ne mettais plus à la fin de mon adolescence (genre le gilet multicolore période baba cool :) ma mère a tout donné au secours populaire. je me souviens aussi des tris qu’elle nous faisait faire enfants, je pense que c’est important d’apprendre à donner ce qu’on ne met pas ou plus quand on est petit, ça devient un réflex pour plus tard.

  37. les vieux tishirts et autres trucs en coton souple, je les découpe pour en faire des lingettes à lotion (ou démaquillage) . ça marche aussi avec les serviettes de toilette un peu mochouilles.
    le tout se relave bien sûr à l’infini si on veut continuer en plus la démarche de recyclage.

  38. A une époque j’ai acheté des quantités indécentes de fringues, des fringues bon marché et des vêtements de luxe, cette période compulsive est complètement passée,j’ai donné des dizaines de sacs de vêtements sans intéret à Emmaûs,et pour les belles pièces que je ne porte plus (du style robe soirée des oscars ou robes babydoll très sexy)je les ai entreposées dans une grande malle dans le grenier (bourrée d’antimite) pour les petites filles de la famille qui les découvriront avec ravissement (enfin j’espère!) quand elles seront adolescentes.

  39. en gros même fonctionnement que toi : un peu de vente sur eBay ou le bon coin, beaucoup de recyclage familial, le reste donne à divers associations et quelques tshirts foutus en torchons pr le cirage et cie !

  40. Moi aussi, les vêtements sont donnés à la croix rouge mais j’ai une soucis le recyclage des chaussures des ma fille, qui sont impossibles à donner mais les vêtements iront à la vente sur le bon coin.J’ai découvert récemment ce site( http://www.lafibredutri.fr/)sur le recyclage de tout type de vêtements et/ou chaussures. En fonction de la benne choisie, cela aide une association. Et bingo, mes vieux soutifs iront dans cette benne car je ne savais pas non + quoi en faire

  41. Parmi les associations qui recyclent les vêtements en faisant travailler des personnes en insertion font partie du réseau « Le Relais ». Il y a des bornes un peu partout en France, sur les parkings, les centres commerciaux…
    On peut y déposer toute sorte de vêtements y compris des usés ou défectueux (c’est l’intérêt !). Les vêtements sont triés : les propres et « mettables » sont dirigés vers les associations pour vêtir les plus démunis et les usés/tachés/troués sont envoyés au recyclage pour être broyés et recyclés en tissus d’isolation et autres matières textiles.
    Et effectivement cela fait travailler des gens : je mets tous les vêtements que je ne porte plus dans ces conteneurs, je sais qu’il en sera fait bon usage (et doublement !).
    Plus d’infos sur le réseau « Relais » lerelais.org (je n’appartiens pas à cette asso, je trouve seulement que c’est une super initiative).

  42. A part les sacs à main, dont je suis complètement frappadingue, je n’achète quasiment rien de marque. Et les sacs, je les conserve précieusement.
    Donc mes vêtements sont de la grande confection et guère vendables. Je n’en ai pas énormément (mais cela m’a pris des années pour lentement m’habituer à acheter moins) et j’ai une forte tendance à les user jusqu’à la trame. Je propose les plus mettables à mon entourage, le reste va aux associations caritatives, mais je garde aussi pas mal de vêtements pour bricoler à la maison ou au jardin.
    Acheter moins de vêtements, en fait acheter moins de toutes sortes d’objets, c’est une réflexion que je mène depuis plusieurs années. J’ai la chance d’habiter une maison assez grande et il y a donc de la place pour y stocker des achats. Sauf que à la longue on se sent envahi par tous ces objets à gérer (trier, nettoyer, jeter, etc…), envahi disais-je voire submergé. Et c’est là que la réflexion démarre. Travail de longue haleine, je commence à en ressentir les effets.
    C’est curieux, j’aime bien suivre la mode dans les magazines, sur les blogs, dans la rue, mais je me rends compte que mes achats ne la suivent pas forcément, mais suivent plutôt mes besoins: si j’ai besoin d’un jeans l’année des slims léopard, alors peut-être bien que j’en achèterai un; si c’est l’année des bootcups, pourquoi pas, si cela me va. Du coup, je me rends compte que je dois avoir l’air souvent fort ringard :-)
    Sweet dreams

  43. Je n’ai pas le temps de lire tous les commentaires, vous voudrez bien m’excuser si l’info a déjà été passée.

    J’ai à côté de chez moi une grosse benne verte qui sert à la collecte de vêtements en état ou non : ceux en état sont distribués, ceux qui sont immettables sont recyclés (pour faire du papier ou un truc dans le genre)…
    C’est une boite du Secours Populaire (toujours de mémoire), et ça fonctionne très bien !

    Si vous avez une « boite à déposer les vêtements », regardez bien ce qui est marqué dessus, vos vêtements troués ou déchirés peuvent les intéresser 😉

    Désolée pour le pavé et biz Walinette :)

  44. Je ne revends pas, ne sais pas le faire, pas le temps, pas l’esprit mercantile à ce point. Trop compliqué pour moi. En revanche, je donne beaucoup, aux assos, dans le hall de ma résidence… Habitant dans un département en grande souffrance ((euphémisme),alors que j’ai la chance de bien gagner ma vie, j’essaye d’en faire profiter les autres… et cela me fait relativiser l’importance et la futilité de mes achats quand je passe le matin devant la queue des Restaus du Coeur en allant au boulot. J’ai donc très sérieusement ralenti la cadence de mes achats, beaucoup moins de coup de tête, plus de basiques de bonne qualité, parfois des folies tels des foulars ou du orange. Et des achats de seconde main, de belles pièces qui ont déjà vécues et que je conserve. Comme de toute façon je n’aime pas un grand nombre des « trucs » actuels, ça limite, même si je ne me gêne pas pour regarder, cela me suffit… sauf pour les chaussures ! Que je ne vends jamais non plus. Ceci dit être petite avec une petite pointure limite BEAUCOUP les échanges. J’investis désormais dans des « classiques » de bonne qualité pour lesquels j’économise peu à peu. Et puis pour des voyages et en cas de chômage (oui parce que les fringues, au final, ne me permettront pas de manger !). Il n’empêche que je viens toujours sur ce blog, que je suis ravie de lire et de voir ce qui y est présenté… avec du recul !

  45. Moi je tique sur le « Je considère que je travaille dans la mode », pour moi tu ne travailles pas du tout dans la mode, tu es juste une grosse acheteuse (pour ne pas dire acheteuse compulsive) d’articles de mode, ce qui n’a vraiment rien à voir.
    Alors certes il y a eu il y a quelques années la collaboration André avec des blogueuses mais de là à prétendre « travailler dans la mode », je crois que c’est assez prétentieux par rapport aux réelles professionnelles de ce domaine.
    Est-ce que ce n’est pas plutôt une façon pour toi de justifier ton addiction aux achats, de chercher une crédibilité difficile à trouver ?

    • @ Arabesque : et bien ça tique beaucoup hein en ce moment. Est-ce que tu connais mes autres activités hors blog ? non, je ne crois pas. Si on pouvait éviter de juger à l’emporte pièce, ça me ferait plaisir.

  46. merci Lily,

    je suis allée voir sur le site du « relais »: effectivement une partie des vêtements est revendue en France et une partie l’est en Afrique, mais au moins une partie du tri de ces vêtements est réalisée sur place et l’argent collecté est réinvesti sur place, ce que je trouve très intelligent, car créer de l’emploi me semble une bonne idée.
    Et il font aussi de l’isolation pour les maisons avec ce qui n’est pas en état d’être reporté! L’avenir de nos penderie est dans les constructions écolo!
    Sujet très intéressant en tous cas.

  47. J’achète d’occasion principalement. J’ai de la chance d’avoir trois friperies dans mon secteur, qui vendent des trucs plutôt pas mal et pas cher du tout.

    Je suis également celle à qui les copines folles de fringues refilent les sacs de vêtements qu’elles ne veulent plus. Ce que je ne prend pas ou qui ne me va pas, ce que je ne veux plus dans mon placard finit dans à l’assoc’ de quartier, qui prends tout et qui répare si besoin.
    Les gens y viennent avec des bons des assistantes sociales ou alors achètent pour vraiment un tout petit prix, 50centimes un pull, 50centimes les deux t-shirts, etc.
    Si des mosellans passent par là, c’est l’AFAVEL à Fameck.

  48. Pourquoi sauter sur Arabesque plutôt que d’accepter le débat? Moi j’aimerais bien aussi que tu nous expliques quelles sont tes autres activités qui font que tu « travailles dans la mode »… Ou as-tu une compréhension très extensive de l’expression? Parfois on a l’impression qu’il faut laisser ses commentaires le doigt sur la couture du pantalon!

    • @ poupoule : pourquoi je réagis comme ça ? parce que c’est le premier commentaire d’Arabesque, et que c’est pour laisser une critique qui n’a rien à voir avec le sujet du billet mais pour me dire que je suis prétentieuse. Admets que ce n’est pas bien sympathique et qu’il y a mieux comme entrée en matière pour lancer un débat.
      C’est tendance de toujours critiquer les blogueuses, c’est lassant. Et c’est toujours de la part de personnes qui n’ont jamais commenté ici avant, c’est curieux, comme si un débat ou un procès avait lieu dans mon dos.
      Chroniqueuse, styliste, pigiste, people… on ne peut se comparer à rien sans se prendre une volée de bois vert, illégitimes en tout (et n’allez pas déformer mes propos, je vous connais, je ne DIS PAS que je suis styliste ou people hein), pourtant des dizaines de milliers de personne viennent chaque jour sur des blogs mode.
      Pour revenir à ta remarque, par exemple : est-ce que pour toi une nana qui fait des piges dans un magazine traitant de mode et qui va faire des pages sélections shopping bosse dans la mode ? Est-ce qu’une nana qui va faire du stylisme pour un magazine travaille dans la mode ? Est-ce qu’une nana qui fait des cahiers de tendance bosse dans la mode ? Est-ce qu’une nana qui va aller à la rencontre et interviewer des créateurs bosse dans la mode ? Qui va à des présentations presse avec curiosité pour voir les nouvelles collections, qui va à des défilés bosse dans la mode ?
      Ce que je fais n’est-il pas apparenté à tout cela ?
      Si ta réponse est non, il va falloir que tu ailles le dire à tous les bureaux de presse qui m’envoient une bonne cinquantaine de communiqués chaque jour.
      (Ou au contraire pour toi travailler dans la mode veut uniquement dire être créateur de mode ?)

  49. @Walinette : Ah mince, j’oubliais que tu avais tricoté une écharpe, ça doit être ça le « travail dans la mode ». :-)
    Plus sérieusement, inutile de sauter à la gorge dès qu’on émet une remarque qui ne va pas dans ton sens, ce n’est pas faire preuve ni d’intelligence ni de maturité…

    • @ Arabesque : si tu ne commençais pas tous tes commentaires par une remarque mesquine cela irait peut être mieux aussi. Donc si je résume, pour toi et Poupoule, travailler dans la mode c’est donc uniquement créer, c’est ça ?
      Ce n’est pas réducteur pour tous ceux qui sont acheteurs, rédacteurs, communiquants, etc, etc … et qui ont comme cadre de travail la mode ?

  50. C’est bien ce qu’il me semblait, pour toi remarque qui ne va pas dans ton sens = remarque mesquine, du coup guère de discussion possible, c’est dommage cette mentalité.

    Je crois surtout que tu confonds travailler dans la mode et s’intéresser à la mode, qui sont deux choses bien différentes, et ça prêterait juste à sourire si ce n’était pas revendiqué de façon aussi vindicative et irréaliste…

    • @ arabesque : excuse moi mais le coup du « j’ai tricoté une écharpe = je travaille dans la mode » c’est pas mesquin ? et me demander (alors que tu ne m’as jamais laissé d’autre commentaire je te le rappelle) si je ne suis pas prétentieuse, tu trouves ça sympa ?
      Il y a peut être incompréhension au départ, les problèmes liés à l’écrit, tout ça. Mais il faut que tu comprennes que j’ai très régulièrement des attaques, systématiquement d’ailleurs de nanas qui ne commentent par ailleurs jamais. Le même message, laissé par une lectrice habituelle n’aurait pas engendré la même réaction.
      Si tu me connaissais un peu mieux, lisais depuis plus longtemps mon blog, tu saurais que je ne ferme jamais la porte à un débat ou une discussion et accepte généralement assez de bonne grâce les critiques (t’ai-je modérée ? non).

      Pour revenir à ta remarque, oui, c’est intéressant, comment différencier le fait de travailler ou de s’intéresser à un secteur ? Peut-on transformer un intérêt sur un sujet en métier ?
      Mais on peut procéder différemment : selon toi, dans quel milieu est-ce que je travaille ? Qui sont mes interlocuteurs ? Mes clients ? A quel milieu appartiennent-ils ?

  51. Ah et une dernière chose : tu ne travailles pas dans la mode mais par contre ce que tu décris, relayer des communiqués de presse, avoir des partenariats avec des marques, les liens affiliés, les articles sponsos, ça relève clairement du domaine de la publicité.

    Je te trouverais beaucoup plus crédible à dire « je travaille dans la pub » (et à l’assumer surtout) mais c’est sur que c’est moins glorieux que de prétendre « travailler dans la mode ».

    • @ arabesque : bis
      Le pb en tant que blogueur c’est qu’on a plusieurs casquettes, et la principale n’est pas la même selon le blogueur en question. Certaines sont plus apparentées à des people (Betty, The Blond Salad, etc…), certaines à des stylistes (Mode Personnelle), à des journalistes (Géraldine de Café Mode), etc… On a effectivement à gérer un média et à le monétiser, comme un magazine de mode qui vend ses encarts publicitaires à des annonceurs mode. Sauf qu’on est seul et se retrouve à tout gérer.
      Après enlève toi cette idée de la tête : je me fous totalement que « travailler dans la mode » rende mieux que « travailler dans la pub ». Mais vraiment. Je cherche juste à expliquer que le milieu dans lequel je navigue, les gens que je cotoie, les sujets dont je traite c’est : la mode. Et que par conséquent cela explique la taille de mon dressing plus importante que la moyenne.

      Imagine que je croise une vague connaissance qui me demande ce que je fais comme métier. Je lui explique que je suis free-lance, j’ai mon entreprise et que mon sujet et mon milieu, c’est la mode. Dans le sens, fringue, shopping, pub si tu veux, communication, etc… ce qui regroupe plein de métier mais dont le point commun , c’est la mode.

  52. Arabesque: C’est étrange d’avoir de telle affirmation. Je pense que l’on connait uniquement l’activité de blog de Walinette. En tout cas pour ma part je ne sais pas du tout ce qu’elle fait en dehors de son blog (hormis qu’elle a un fils, un clairon et qu’elle vient de Bourgogne 😉 ). Elle peut très bien écrire pour des supports autres et travailler de façon plus anonyme avec des marques.
    Et quand bien même son activité pro serait son blog uniquement, c’est un blog mode, elle est en contact avec des marques de la même façon que des journalistes classiques donc oui je pense que c’est légitime de dire qu’elle travaille dans la mode.
    Je n’ai pas pour habitude de « défendre » ou « glorifier » les blogueuses, mais sous ton commentaires on devine beaucoup de hargne.
    J’ai moi-même critiqué un article il y a quelque jour et il ne me semble pas qu’elle n’ai pas accepté la critique. Tout dépend la façon de le faire et sur quoi on le fait je pense.

    • @ Audrey V et Arabesque :
      Audrey, merci de donner ton point de vue. Travailler dans la mode ne veut pas dire uniquement créer de la mode, même si c’est la partie la plus essentielle, noble, etc…
      Et effectivement je travaille de manière anonyme avec des marques, sans la casquette de blogueuse (pige oui, conseil en communication aussi et enfin réalisation de cahier de tendances pour les saisons à venir, on reste bien toujours dans la mode).
      Audrey m’avait bien fait remarquer qu’elle n’appréciait guère que je montre mes achats les plus dispendieux, mais dit de manière courtoise. Pas de souci, j’en prends note. C’est une lectrice que je connais et qui ne prend pas la parole uniquement pour critiquer, c’est important je trouve et j’accorde personnellement plus d’importance aux critiques venant de lectrices habituelles, qui savent me dire ce qu’elles apprécient et ce qu’elles n’apprécient pas.

  53. Et bien tu te trompes, je lis ton blog depuis ta grossesse donc rien à voir avec un « nouvelle lectrice qui ne connaît pas le fond de mon blog ».

    J’adore l’argument genre « tu n’es pas une habituée des commentaires donc je ne tolère pas ton opinion contradictoire », c’est priceless. :-)

    Allez je te laisse avec tes « copines » !

    • @ arabesque : alors cela m’attriste.
      Et tu déformes à nouveau mon propos : je dis que les critiques passent mieux quand elles émettent d’une lectrice habituelle. C’est comme dans la vie réelle, quand tu rencontres et que tu parles pour la première fois à une personne, tu prends plus de gant, fais plus attention que quand tu t’adresses à une bonne copine que tu connais depuis des années.
      Je ne sais pas d’où tu viens, si tu me lis depuis longtemps et je reçois tes commentaires de manière assez violente, mets-toi un peu à ma place.
      Après, on discute, je ne vois pas pourquoi le fait qu’une autre lectrice prenne part au débat est un problème.

  54. Aucun problème à ce que d’autres personnes participent au débat (encore heureux dis donc), mais vu que tu n’apprécie pas d’autres opinions venant de gens qui ne sont pas des habitués, il me semble que « vous laisser entre copines » est le bon terme.
    Ah les blogs, si on ne sort pas la brosse à reluire parmi les 50 autres coms approbateurs, ça vire vite au petit mélodrame hein… pas grave, je retourne dans l’ombre !

    Et pour autant, même si tu as plutôt une activité de publicitaire que de travail dans la mode, ça ne veut pas dire que je trouve que tu le fais mal hein, juste que j’ai du mal à comprendre ce besoin de se faire passer pour ce qu’on n’est pas.

    • @ arabesque : relis juste ton premier com et mets toi à ma place, quelqu’un que je ne connais pas, m’écrit pour la première fois pour me dire :
      1. que je ne suis qu’une grosse acheteuse => péjoratif
      2. que je suis prétentieuse => critique personnelle
      Alors oui, je l’ai mal pris et cela ne me met pas forcément dans de bonnes dispositions pour discuter…
      Un petit « bonjour », un petit « je te lis depuis longtemps », bref, un peu de courtoisie cela n’aurait pas nuit. Sans que cela soit de la brosse à reluire. Si vraiment je ne voulais que des coms approbateurs, je ferais comme beaucoup : je modère et ne publie pas les critiques.
      Après tu poses l’interrogation de la légitimité des blogs sur certains sujets, de leur crédibilité, du nouveau métier qui émerge, bref, des tas de questions qui sont intéressantes. Je ne me fais pas passer pour une créatrice, une journaliste ou une prescriptrice de mode, mais le domaine dont il est sujet ici et sur lequel je travaille en dehors du blog, c’est bien la mode.
      Une partie de mon métier est de vendre des espaces publicitaires certes, d’écrire aussi, de communiquer, de faire des sites internet, des faire des photos etc… plein de casquettes. Toi tu vois la publicité comme la plus importante et mon activité principale.
      Tu aurais préféré que je dise que je travaille « autour » de la mode plutôt que « dans » la mode ? Si tu veux, on peut faire cette nuance.

  55. Ahem, sur 50 coms, j’ai dû voir 3 bonjour donc me faire passer pour la malotrue de service parce que je n’ai pas commencé par bonjour, comment dire… :-)

    Pour le reste, oui je trouve ça prétentieux PAR RAPPORT AUX VRAIS PROFESSIONNELS de ce domaine comme je l’ai écrit noir sur blanc, il ne faut pas déformer mes propos.

    Tu trouves « grosse acheteuse » péjoratif mais c’est pourtant une simple constatation, je conçois que c’est délicat de montrer des côtés de soi qu’on n’assume finalement pas trop et qu’on n’apprécie pas de se voir opposer, mais bon tu en as toi-même fait des articles récemment sur cet aspect « acheteuse compulsive ».

    Enfin, ton activité est, il est vrai, pas forcément facile à nommer, un mélange de pub/com/publi-rédactionnel/placement produits qui a souvent trait à la mode certes, mais aussi à des voyages, produits cosmétiques, produits pour enfants, et autres produits en tous genres.

    • @ Arabesque : on ne va pas continuer à s’échiner à démontrer des points de vocabulaire, c’est stérile… Un « bonjour » ou autre formule de politesse, quand on n’a jamais commenté et qu’on s’apprête à faire une critique, ça passe mieux, c’est tout. et le « tu es juste une » grosse acheteuse, c’est ça qui est péjoratif car extrêmement réducteur. Après si, j’assume ce côté, pas de souci, être juste réduite à cela c’est différent.
      Mais, une question : qui est un vrai professionnel de la mode ? Comment définit-on un professionnel ?

      A nouveau je trouve ta définition de mon activité : mélange « pub/com/placements produits/etc… » réductrice et négative. Je me demande du coup pourquoi tu viens me lire si tu ne vois que de la pub dans mes billets ? Je ne nie pas ce que tu évoques, j’ai besoin de monétiser mon blog, j’en ai souvent expliqué les mécanismes. Mais à nouveau tu es réductrice.

  56. Ah mais « rassures-toi », je ne suis pas maso, je zappe les parties qui n’ont qu’une vocation purement monétaire, les articles sponsos sans intérêt ou encore les Get the look qui n’ont que vocation à placer une dizaine de liens affiliés.

    Je lis ce qui m’intéresse et je laisse le reste tout simplement, comme beaucoup de lectrices j’imagine.

    Je ne te reproche pas de monétiser ton blog, tu aurais tort de t’en priver, juste d’essayer de faire passer ça derrière un « je travaille dans la mode » alors que clairement c’est une activité majoritairement axée pub/com, ce qui en soit n’est pas un problème.

    Ah et dernière chose, j’ai déjà commenté de temps en temps sur ton blog, notamment je me souviens sur ton article sur ta consommation de vêtements justement (tu m’excuseras d’avoir 3-4 adresses mails « poubelles » et de ne pas toujours utiliser la même, sacrilège pour les blogueuses qui pistent les nouvelles venues via adresse mail :-) )

    • @ Arabesque : je ne piste personne, mon wordpress est réglé de telle sorte que quand une nouvelle adresse mail ou un nouveau pseudo commente, il passe automatiquement en demande de modération. Tu n’as pas besoin de mettre une adresse poubelle et de changer de pseudo pour rester anonyme, je ne vends pas de fichier d’adresse mail, rassure toi. De mon côté c’est désagréable et a tendance à me placer sur la défensive de voir ce genre de comportement, je m’affiche, assume mais certaines critiquent en restant bien soigneusement cachée, ce n’est pas très équitable.
      Je mets des liens affiliés oui, ce qui m’empêche pas de mettre du Zara ou du Forever 21 chez qui je n’ai pas d’affiliation aussi. Bref, je vois que tu rebondis à chaque nouvelle réponse pour apporter une nouvelle critique. Tu admets qu’il y a des choses qui t’intéressent mais ne parle que des aspects qui ne t’intéressent pas.
      Tu n’as pas répondu en revanche quand je te demande qui tu considères comme un professionnel de la mode, que doit-on faire pour travailler dans la mode selon toi ? est-ce que les nanas qui bossent dans un magazine féminin qui traite principalement de mode travaillent dans ce milieu par exemple ?
      Doit-on dire « je bosse dans les médias » ? mais un média qui parle en principal de mode.
      La com, la pub n’a pas de raison d’être sans contenu, cela vient en 2ème tu ne crois pas ? Comment pourrais-je vendre de la pub sans un contenu derrière ?

  57. Je ne me cache pas puisque j’utilise un mail réel qui m’appartient (il est « poubelle » dans le sens où il sert pour les newsletters, blogs et autres inscriptions diverses sans importance) et pas une adresse bidon comme certains commentateurs, faut envoyer une copie de la CNI avant de commenter sur un blog maintenant ?! :-)

    Et je ne rajoute pas de nouvelle critique, je réponds simplement à ta question, mais visiblement aucune réponse ne trouve grâce à tes yeux n’est-ce pas ? Quand on te dit « je lis ce qui m’intéresse et zappe la pub sans intérêt », toi tu traduis ça par « elle me reproche de faire de la pub ».

    Le contenu sur lequel tu interviens étant très varié (aussi bien un voyage, un pays, une région, des produits cosmétiques et autres produits type smecta, des sex-toys, des jouets, des lunettes, intermarché, le canard local, etc etc… et la mode bien sûr), ce n’est donc pas « je travaille dans la mode » qui va définir ton activité effectivement.
    La liste n’est bien sûr pas exhaustive, j’ai bonne mémoire mais pas au point de retenir tous les articles que tu as pu faire.

    Je ne comprends même pas que tu t’offusques qu’on pointe du doigt le fait qu’en réalité tu ne travailles pas dans la mode puisqu’il suffit de lire ton blog et les nombreuses infos qui tu y donnes et y a donné sur tes différentes activités pour constater que ce n’est pas le cas.

    Tu veux qu’on liste tous les professionnels de la mode c’est ça, on fait comment, on prend le code ROME de Pôle Emploi et on s’y met ou bien ? :-)
    Pour ton exemple des nanas bossant dans un magazine féminin, on appelerait pas ça des journalistes / rédactrices / pigistes des fois ? Pour info, y a pas que des pages mode mises en place par des stylistes dans un mag féminin, s’il faut le réduire à ça…

    Je crois que ce débat est stérile car tu n’admets pas que tout ce que tu montres est en contradiction avec cette simple affirmation.

    Et enfin, il n’y a aucune honte à bosser dans la pub/com, même si tu prends visiblement ça pour une agression qu’on te le fasse remarquer.

    Bref fin du débat pour moi, si tu as envie de croire que dire « je bosse dans la mode » en fait une réalité, ça n’a pas beaucoup d’importance, dis-toi juste que les lecteurs ne sont quand même pas stupides…

    • @ arabesque : que d’agression… au vue de ce que tu cites je crois que je comprends quel forum tu fréquentes.. 2 sponsos en 6 ans de blog sur des sex toys et paf, mon fils a des problèmes d’eczéma qui me faisaient beaucoup de soucis à un moment, j’ai traité plusieurs fois du sujet (tu peux regarder les archives) et je parle d’un complément alimentaire (lactibiane) qui peut avoir des effets sur l’eczéma et qu’on m’avait prescrit pour mon fils et à nouveau, un raccourci, je fais de la pub pour le smecta. 6 ans de blog, plus de 2000 notes et on me parle de 3 billets qui ont déjà quelques années, et bien… Si tu veux savoir, ah oui, je regrette de les avoir fait, internet ne pardonne rien et n’oublie rien je vois ça.
      50% de mon temps est dévolu à mon blog, 50% à mes autres activités, qui comme je l’expliquais plus haut ont bien trait à la mode. Une journaliste, une pigiste, c’est un métier et qui peut avoir trait à la mode, on peut considérer que certaines journalistes bossent dans la mode.
      Je ne crois pas avoir usé de condescendance à ton égard de la même manière que tu le fais.
      On n’est pas d’accord, on n’y arrivera pas, je crois qu’on va arrêter là.

  58. Je ne sais pas à quel forum tu fais allusion, mais si c’est Caroline Daily, voilà quelques années que je n’y vais plus et je n’ai pas le souvenir que les gens y étaient particulièrement vindicatifs mais ça a peut-être changé…
    Hallucinant de te croire persécutée et agressée parce que je te suis depuis longtemps et me permet de citer de nombreux thèmes que tu as abordés et tous les domaines où tu bosses que tu as toi-même mentionnés ici.

    Tu as raison, on va s’arrêter, le manque d’humilité et la mauvaise foi, ça me sidère…

    • @ arabesque : quand tu as des sujets de forum entiers qui n’ont pour but que de critiquer et de moquer, ça rend un peu parano oui, c’est clair et tu peux comprendre.

  59. C’est vraiment un sujet intéressant : que faire de toutes ces fringues qui nous envahissent dès lors qu’on ne les portes plus???… Et c’est valable pour tous les objets d’ailleurs!! Crise de l’immobilier >>> petites piaules >>> choisis bien ce que tu vas acheter… car tu pourrais regretter!!

    J’ai peu de grosses mailles en dépit du froid pour cette raison (+ le prix, faut pas mentir non plus!)

    J’apprécie qu’on ait ce genre de questions qui émergent dans des blogs de mode, ça manque un peu en ce moment!!

    En revanche, les « interpellations » agressives et rabaissantes d’Arabesque, mouef… je zappe… Je viens d’un milieu hyper modeste (zéro marque de luxe à ce jour), mais je ne vais pas m’indigner dès qu’un blogueuse se paye un Balenciaga ou que sais-je encore… Si je viens sur un blog mode, c’est un choix, personne m’y oblige, je viens pour me faire plaisir : ça me fait du bien de rêver un peu en z’yeutant les jolies sapes des blogueuses…ça va rarement plus loin! Soyons cool et bienveillants! Quand en + il y a débat sur la conso, là ça me parle d’autant plus parce qu’on est nombreux à se poser la question du recyclage. Une question majeure et incontournable.

    bizz et merci!!

  60. Ben, pour ma part, jusqu’ici, je gardais beaucoup. Je jetais ou recyclais en chiffon une fois bien mort mais je n’ai que depuis récemment des vêtements de « valeur ». Et puis l’année à l’étranger m’a permis de mieux comprendre qui je suis vestimentairement parlant (à 29ans, ça changera sûrement avec le temps). Il se profile un foutu tri au retour d’Argentine, je n’vous dis qu’ça !

  61. Pour le point 2, j’ai une autre solution, que j’utilise souvent. Je revends tout simplement mes vêtements sur un site de vide dressing pour vêtements « cheap », style H&M, Promod, Camaieu, etc.
    Ce site c’est Dressthings.fr. Moi j’arrive à vendre pas mal et à dénicher des choses plutot très belles :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *