Mon rapport aux fringues – part 1

Comme beaucoup, sur la blogo et ailleurs, je m’interroge régulièrement sur mon rapport aux vêtements et à la consommation en général. Qu’on le veuille ou non le blog mode est parfois au coeur du sujet.
Certaines vont plus loin dans la réflexion, et d’autres passent à l’action.

(J’avoue, mon dressing mérite un bon rangement, mais je n’ose plus m’y attaquer depuis la méga rhinite allergique qui a suivi le tri des jeans… si on voulait ironiser on dirait que mes fringues me rendent malade)

On a toutes dans un coin de notre tête cette idée de penderie idéale, parfaite, sa quête faite de listes infinies, qui devient un jeu, une chasse au trésor, donnant enfin une légitimité à notre sacrée sainte wish-list. Remplaçant la compulsivité de la fringue par la compulsivité de la liste.
Ce n’est pas un secret, je fais partie des hyper-consommatrices de la frusque. J’ai même un côté compulsif sur certaines choses. Les slims notamment. J’ai toujours l’impression que le dernier me fait des moins grosses cuisses que le précédent, ce qui met le doigt sur un complexe donc. J’achète un slim en espérant que celui là me fasse un moins gros cul, en somme. Or on se doute bien que ça ne marche pas (d’où les cours de RPM en passant, je ne suis pas totalement noix non plus). Bref, tout ça pour dire que blogueuse ou non, la compulsivité est souvent un pansement sur un problème psycho, mais passons.

Donc, la question de fond : est-ce que devenir blogueuse a modifié mon rapport aux fringues ?

Mais avant d’y répondre, il faut que je vous fasse mon petit historique du chiffon.
J’ai commencé à m’y intéresser et à aimer ça en CM2 je crois, date à laquelle j’ai réclamé un jean à ma mère, laquelle s’est empressée de m’emmener aux Galeries Lafayette locales avant que je ne change d’avis, vu que je refusais d’enfiler jusque là autre chose qu’un survet’ hebdomadaire (j’ai passé 2 ans de ma vie à tourner avec deux survêt’. Réaction aigüe aux cols claudine, petites robes sages et coupe à la Mireille Mathieu dont l’instinct maternel m’avait pourvue jusque là).
Puis ça a explosé en 6ème où j’ai commencé à faire du shopping, découvrir des ensembles, porter une veste en cuir et des salopettes en jean avec un bandana autour du cou (graaaaande mode). Je crois que j’ai vraiment pris goût à m’habiller à cette époque. A ne pas suivre forcément les autres et à souvent être regardée de travers : le cuir blanc piqué à ma mère, le blouson en daim à franges ou le chapeau en feutre en 5ème qui servait de frisbee dans la cour de récrée (les enfants sont cruels).

Je ne sais plus qui une fois dans les commentaires m’a dit que je suivais la mode et achetais beaucoup de fringues depuis que j’avais mon blog : faux. Ca a toujours été le cas.
En classes prépa et en école d’ingé, je me démarquais encore à coup de jupe longue fendue haut sur la cuisse (c’était mon truc à l’époque, ça a duré même, je dois encore en avoir une en soie noire, que j’avais fait faire en Chine, il faudrait que je vous montre). Le shopping et les fringues, la manière dont je m’habille a toujours été importante pour moi, ayant été une des bases de la complicité avec ma mère.

Et c’est tout naturellement, en 2007, alors que je bossais à Mexico pour une boite qui faisait des auxiliaires de turbine mécano-soudés (yep, voyez le glamour) qu’à peine découverts les blogs de filles j’ai lancé le mien. Aucun stress, juste l’envie de papoter avec des filles ayant le même intérêt, un contact avec quelqu’un qui ne s’appelait pas José et ne portait pas le cheveu noir et gominé (très important, le gel pour le mâle mexicain…). Du chiffon, des anecdotes d’expat’, des petites choses de la vie.

En revanche, il y a un moment où ça a dérapé. Une conjonction d’éléments.
En 2008, je rentre en France, fini l’expatriation, on s’installe, je tombe enceinte. Je fais partie de celles qui ont mal vécu leur grossesse, le changement de corps, je ne prends pas beaucoup au début mais finis quand même à +17, et même si j’en laisse 12 rien qu’à la maternité, l’année qui suit est difficile.
Je dois enchainer des deuils : celui de ma vie trépidante d’avant, celui de ma vie à deux, ma vie de femme, de mon corps d’avant. Je ne sais plus qui je suis ni à quoi je ressemble, j’ai refusé d’acheter de jolies fringues à ma taille pendant ma grossesse, je les prenais dans ma taille « d’avant » et ne pouvais toujours pas les mettre. Pourtant je continue à me prendre en photo pour le blog mais je suis paumée. Je suspecte un bon baby blues par dessus tout ça, quasi 2 ans qu’il a duré. Une impression tenace que ma vie était finie.
Et comme je suis mal dans la peau, je me calque sur des autres, j’achète un peu tout et n’importe quoi pour essayer, pour me retrouver. Ca se sent, et ça appelle la curée. Tous les jours des attaques, sur le look, sur le physique surtout, sur certains forums et dans les commentaires. Comme une lectrice m’a avertie je fais l’erreur de les lire. En 2009, en 2010 cela continue. Je ne sais plus qui croire, où aller.

Je crois que bizarrement, c’est l’expérience de la prépa qui m’a donné la force de continuer. Plutôt que d’arrêter, ça m’a piqué au vif. Comme devant les profs qui nous traitaient pendant 2 ans d’incapables, leur montrer que je pouvais réussir et intégrer. C’est à ce moment que j’ai démarché André pour leur proposer une collaboration avec les blogueuses par exemple, au culot.
Bref, j’ai eu une grande errance. Les looks de 2009 sont assez éloquents je pense (nan mais les sandales boots ? les cuissardes ? ah j’ai tout eu hein…), à ce moment, je pense qu’en effet le blog a à la fois accentué mon mal-être tout en me donnant un but, des objectifs.

Ca commence à aller mieux en 2011. J’ai l’impression de reprendre pied, de reprendre le goût et le recul.
Mais je me rends compte que ce billet commence à devenir fleuve…

TO BE CONTINUED

96 commentaire pour “Mon rapport aux fringues – part 1

  1. Le sujet du rapport aux fringues n’est pas toujours évient à aborder (mais la suite m’interesse beaucoup !!)
    De mon côté, les bogs ont clairement modifié mon rapport ! Je crois que ça m’a tout simplement permis de voir au delà des propositions basiques des pièces et du coup d’accroitre mon addiction de la sape (evidemment !) en mode inspration street style en fait !

  2. Tout me parle dans ce post, et je salue la grande générosité qui te fait te livrer ainsi, au moment même où tu racontes combien le blog peut fragiliser son auteur. Je me retrouve assez dans l’achat irraisonné des slims, mais surtout j’achète pas mal de pièces que je vois sur les autres ( dans les blogs, par exemple) et qui ne passent pas au quotidien (j’en parle sur mon VD, aussi). Il faudrait presque écrire le pendant de ton billet version lectrice!
    Merci en tous cas, j’éprouve de plus en plus de plaisir à te lire (en plus de te voir en photo!) au quotidien: la suiiiite!

  3. Billet très éloquent et émouvant. Bravo, merci et tout plein de courage.

    (étrange à quel point un blog peut tenir un rôle plus complexe qu’il n’y parait pour celle/celui qui l’écrit)

  4. Merci de nous raconter des choses aussi intimes,on a parfois tendance à considérer les blogueuses comme des jolies filles un peu frivoles et là on s’aperçoit que tu as des complexes,des doutes juste comme nous,je me reconnais bien dans la grossesse mal vécue et dans l’achat du nouveau jean qui va tout changer.

  5. Juste ce commentaire pour te dire que je te lis quotidiennement sans jamais poster… Mais la, je suis très touchee que tu nous fasses partager être partie de toi, ce rapport aux fringues et le mal être que tu as pu ressentir à un moment.
    excellente continuation

  6. Les slims qui te font un moins gros cul je dis + 1.000; je cours 4 fois/semaine mais j’y peux rien, même sur des photos où j’ai 3/4 ans déjà on sent le potentiel culotte de cheval ! En dépit de tout ce qui a déjà été dit sur le sujet, c’est vraiment dans cette histoire de complexe que je me retrouve le +. Bizarrement s’habiller donne confiance en soi et inversement il faut de la confiance en soi pour se démarquer vestimentairement parlant, le rapport est complexe. J’ai tjrs été minuscule, (moins d’1m50 ^^) et au collège -époque cruelle- je tannais ma mère pour des talons. Au lycée, j’étais une fille « dans le vent », bien dans mes pompes et j’ai continué à prendre plaisir à m’habiller mais la démarche n’était plus la même. Je m’en foutais un peu si ca me tassait et j’ai porté les mêmes bottes/mocassins (plats donc) pendant des mois ! Et maintenant que je suis en prépa, je m’habille très féminin parce que ca me redonne en partie la confiance que j’ai perdu (effet prépa du jour bonjouur); je n’ai presque plus de temps pour moi (la manucure c’est fini, le brushing connais pas) mais au moins, quand j’arrive devant mon colleur -qui s’apprête à me défoncer- je suis canon. Et ca fait du bien. Je cherche au dehors ce que j’ai un peu perdu « au dedans » alors qu’il y a 2 ans, j’avais tellement de confiance « au dedans » que je ‘n’avais rien à prouver « au dehors ». Mais en même temps je sais que l’image sure de moi (on me le dit svt) que je revois est un peu faussée. Je pense que ca passera avec le retour à « la vie normale » !

    (je ne commente jamais mais je lis tjrs ton blog au ptit dej, c’est ma détente du jour donc merciiiii !)

  7. Ton billet et le com de Romane résument si parfaitement les déboires intérieurs de pas mal d’entre nous au final bien que peu le sachent vraiment et/ou le reconnaissent. Pour ma part,ce recul quotidien a été salutaire, même s’il reste toujours des traces, et je me suis « calmée » tout en acceptant que ça fait partie de moi…MERCI!

  8. Je vais passer pour le boulet du jour, mais je ne vais réagir que sur 1 seul élément de ce post (post pourtant aussi bien écrit que d’hab et intéressant) : le RPM…

    C’est un super intervall training mais à ne pas pratiquer tout seul… N’hésite pas à y adjoindre du Pump pour garder une silhouette équilibrée.
    Le RPM va muscler tes jambes mais également puiser dans les réserves sur tout le corps (hélas, ce serait tellement bien si ça ne puiser que dans les fesses), il est donc important de travailler l’ensemble du corps pour conserver posture et harmonie…et le pump, c’est parfait pour avoir un dos droit, des bras toniques et de belles épaules !

    PS : le bandana, j’ai donné aussi…

  9. Ton billet me touche beaucoup. C’est un côté de ton blog que j’apprécie, lorsque tu te confies à nous.
    Au-delà de certains looks qui me correspondent, tes mots trouvent écho en moi.
    J’ai eu des moments difficiles après ma grossesse et 2 ans et demi après la naissance de mon fils je trouve que ma vie de couple n’est plus aussi « facile » qu’avant. Je ne pensais pas que l’arrivée d’un enfant pouvait tout bouleverser. Etre obligée de prendre de nouvelles marques n’est pas évident tant au niveau de la vie à 3, que du look, de la vie professionnelle…
    Chez moi, c’est la quête du jean qui me motive. Mais je pratique l’achat compulsif pour me « détendre » (détente qui au passage ne dure que peu de temps !).

    En tout cas, ton blog est un plaisir quotidien qui m’a aidé à sortir de ma coquille vestimentaire et je t’en remercie.

  10. Merci pour cet article, ne change rien, la sincérité semble si rare sur les blogs ! C’est vrai que j’ai remarqué un virage depuis quelques mois, tu fais plus femme, plus sure de toi, comme je crois te l’avoir déjà dit, serait-ce le début de la maturité ! Un point qui me fait me sentir moins seule : l’arrivée d’un enfant change tout dans un couple… et ça personne ne nous y prépare.

  11. Hate de lire la suite!!!! J’ai juste un tempérament / commentaire / question: il y a beaucoup de bloggueuses qui ecrivent sur ce sujet, qui ne sont d’ailleurs à l’origine pas forcement dans la meme situation / avec les memes objectifs. Je me demande si ce n’est pas qd meme un peu à cause des commentaires genre « pffff elle achete tout et n’importe quoi / son placard doit deborder / tout le fric qu’elle depense » sur lequel se greffe evidemmen le sujet touchy de la sponso mais aussi du rapport à l’argent. Alors que jusqu’a preuve du contraire chacun fait ce qu’il veut de son fric (et de son placard d’ailleurs)
    Bref, j’attends la suite, surtout que je te suis que depuis 2009 donc j’ai hate d’en arriver à la periode que je connais 😉

  12. Dedieu !!! Il me parle ton billet ! Mais le plus dur reste à venir, je viens d’avoir 40 ans et c’est vraiment pas facile, il y a un énorme travail à faire pour passer le cap..
    Bref, tout ça pour te dire que c’est pas bien grave tes compulsions et plus tard, tu ne regretteras pas tous tes achats et tu feras sûrement un billet là-dessus pour tes 40 ans ! Pour l’heure, il faut en profiter et tant pis si l’armoire est pleine car un jour, c’est sûr, tu ne pourras plus t’habiller comme avant( comprendre que la jeunesse ne reviendras pas…)
    Tiens, je me suis d’ailleurs fait plaisir en achetant les nouvelles baskets Nike affichées chez un de tes sponsors…ça fait un bien fou :)
    Passes une belle journée !

  13. Je me souviens parfaitement du temps où tu étais enceinte, de tes angoisses, et de ton post maternité… A l’époque on te laissait beaucoup de coms pour t’encourager, te soutenir, mais je trouve que pour le style il a toujours été là (je signais Isasof maintenant Stilo mais le concept est le même: mon nom Isabel, celui de ma fille Sofie et le petit dernier Tomás) … Il est vrai que tu postais souvent des photos de toi au Mexique ou de ta vie avant ton mariage, et effectivement je me rendais compte que tu devais surement passer para une dépression post natale… Parfois on a besoin de temps, beaucoup de temps… Moi même j’ai grossis 27 kg lors de ma dernière grossesse, mais j’ai suivis un régime et aujourd’hui j’ai à peu prés le même poids d’avant… J’ai perdu mes kg mais j’ai gagné deux beaux et merveilleux enfants: tout comme toi!
    J’ai toujours aimé ta sincérité et tes looks! et ton humour! bref j’adore ce que tu fais… Et crois moi: on ne suit pas quelqu’un pendant plus de 4 ou 5 ans si cette personne n’est pas spéciale 😉

    Stilo

    http://blogdastilo.blogspot.pt/

  14. en tout cas, moi, c’est toi qui m’a décomplexé et m’a permis de trouver un style… je ne copie pas mais tu es une des 1es blogueuses que j’ai suivies et qui m’a « routé » vers d’autres et depuis, on ne cesse de me dire que j’ai changé. Mon rapport aux fringues n’est plus compulsif mais inspiré. Alors merci <3

  15. j’admire ton courage de nous faire part de tout ça ,merci car ça résonne en moi et me fait penser que l’on est pas toute seule dans nos errances , nos doutes et nos complexes et que même quelqu’un de belle et dynamique comme toi a ses failles ,ce qui est rassurant .
    Et toujours merci pour ton blog: ma petite bouffée d’air frais du matin .

  16. Ce billet est vraiment touchant! ça fait longtemps que je te lis et tout ce que tu dis me paraît tellement cohérent avec ce que j’ai vu de toi ces années. J’ai hâte de lire la suite !

  17. Bonjour,
    Je me permets de laisser un commentaire car votre article m’a interpellé .
    Il est vrai que depuis quelques temps je prends beaucoup plus d eplaisir à regarder votre blog et je trouve les tenues beaucoup plus jolies et coherentes et surtout elles vous mettents en valeur ( ce qui n’etait pas forcement le cas avant – ce qui n’est que mon opinion! ).
    En tout cas bonne continuation et je continuerais ma lecture quotidienne ! .D

  18. j’adore ce naturel!
    par contre j enrage quand je vois -12kg en sortant de la maternité! car j ai fait +23kg, -4 à la mater, et mis 2 ans pour tout perdre….j en ai repris ensuite à la trentaine…
    juste, continue comme ça!

  19. ou comme je me reconnais dans ce post, tout y est a part l’expat, mais moi aussi j’ai suivi le meme cursus scolaire prépa et école d’ingé, et je passsais pour la fille futile qui preferer les fringues à ces études, (faux en passant puisque je suis une des rares a avoir poursuivi jusqu’au doctorat….. c’est que je devais aimais ca quand même!)
    mais mon amour des fringues doit surement cacher quelques choses, car bien que m’étant calmer depuis quelque temps (en fait depuis le nouveau chéri à bien y réfléchir, monsieur m’aurait il apaiser????) avant j’acheter a tout vas au grand damn de mon banquier….

  20. je me reconnais dans ton passage sur la maternité….
    2 ans que ca dure, après un bon régime, je suis revenue à ma morpho « d’avant »…je commence à reprendre goût aux fringues et à trouver mon style

  21. les vêtements ont une fonction utile, tout d’abord se protéger de l’environnement extérieur (la nature), de marquer son statut social (historiquement les riches contre les pauvres) aujourd’hui de se démarquer d’affirmer qui l’on est, ils renvoient notre image d’un corps que l’on veut montrer ou bien cacher par que l’on ne l’assume pas

  22. Bravo pour ce super billet.
    Quel courage.
    J’ai hâte de lire la suite!
    Je crois que nous sommes toutes passées par là.
    J’en profite pour te remercier pour toutes les idées que tu me donnes au quotidien pour trouver Mon look.
    Bises!

  23. olala ton article m’a mis les larmes aux yeux :( – je n’ai jamais été enceinte à 26 ans j’ai encore le temps mais des problème de thyroide, une perte et puis une prise de poids importante, le tout suivi d’une dépression dont je me remets tout doucement après un ans et demi et pendant ce temps du shopping à foison avec de tout mais surtout n’importe quoi… Enfin ton honnêteté et qui tu es sont les raisons pour lesquelles ton blog est un des rares que je suis depuis maintenant 3,5 ans, continue comme ça :-)

  24. Un magnifique article, très émouvant, qui décortique parfaitement le processus compulsif d’achat, pour combler un mal être. Tout a toujours été sous jacent dans tes articles, on sentait bien que des fois tu plaisantais pour ne pas avoir à en pleurer. Et pourtant, depuis le début je te suis tous les jours, j’ai tout lu, avec plaisir. Tes quelques « égarements vestimentaires » ne méritent de toute façon pas les déchainements qu’ils ont occasionnés. Tu as grandi, mûri avec ton blog et je souhaite te lire encore très longtemps. Merci <3

  25. Je suis ton blog depuis la fin du Mexique. Commentatrice plus assidue à une époque, je me contente depuis la fin de ta grossesse de regarder. Parce que, tout comme toi et ton blog, je pense que tes lectrices ont évolué. Il y a eu une phase très agressive (mon dieu que ces commentaires devaient faire mal !!!). Et maintenant, il y a beaucoup de commentaires très pointus. Alors moi, avec ma méconnaissance de la mode et des must have (mais tu m’aides à me soigner ;-)), je continue de venir tous les jours, mais en sous marin.
    Ton blog est celui qui m’a ouvert à la blogosphère et je n’ai jamais eu envie de « lâcher »… Merci pour tout ce que tu nous donnes !

  26. Bravo pour ce billet courageux, tu t’y dévoiles beaucoup, et on (je, en tout cas) comprend mieux certaines choses.
    Mais tu sais, je crois que c’était pareil pour moi, avant, j’achetais des choses chères et que je croyais jolies pour masquer mes complexes. Et depuis mon régime l’année dernière, je n’achète quasiment plus de fringues !
    Je n’ai jamais été faite, toutefois, pour être une blogueuse mode, je pense : même avant, je n’achetais pas tant que ça, et jamais de façon compulsive, jamais au coup de cœur, mais en suivant à la lettre ma sacro-sainte wish-list. :-)
    J’ai hâte de lire la suite de ton analyse, en tout cas …

  27. Ton billet est très touchant.J’ai aussi eu 2 années difficiles après la naissance de ma fille et ici ça s’est plutôt traduit par du ‘non look » bon un minimum obligé comme tu sais,mais j’ai très peu acheté pour moi et beaucoup pour elle.Aujourd’hui je me retrouve depuis quelques mois,je fais beaucoup de sport et j’ai énormément épuré mon dressing (4 grosses valises en moins!) pour ne garder que ce qui me correspond vraiment,plus de prise de tête!
    Je pense de toute façon que cette compulsion de fringues est « normale » quand on est jeune,célib sans enfant,mais que si ça perdure ensuite,ça pose question.
    Bonne journée!

  28. bonjour!

    tout pareil, même âge que toi et nos garçons sont de 2008 tous les 2 si je ne me trompe pas.
    un métier entouré d’hommes aussi, le transport routier, mais non je ne roule pas.
    un gros passage à vide à l’entrée du petit en maternelle l’an dernier, une sensation de « je ne sers plus » à rien, heureusement aujourd’hui effacée.
    et moi et bien un style un peu comme tout le monde mais un peu perso quand même et j’assume. si je me plais dans ce que je porte alors ça plait, ou pas (mais c’est pas grave) aux autres.
    et mon médoc et bien se sont mes sacs, je vais mal il me faut un sac, je vais bien il m’en faut un aussi… pppfff ça ruine!
    sinon morpho toujours pas retrouvée même si taille de jean identique…

  29. Très courageux de ta part.
    En toute honnêteté, et stp n’y vois aucune méchanceté, la période d’errance dont tu parles a en effet été assez visible. Je me suis dit plusieurs fois en voyant certains de tes looks: mais cette fille est très jolie, elle ne doit pas le savoir parce qu’elle s’évertue à copier ici et là des tendances qui ne lui vont pas pour cacher je ne sais quoi(même si ce n’est pas une fin en soit de toujours se mettre en valeur), son style manque vraiment de cohérence. Tu dis que tu as vu certains commentaires désobligeants ici ou dans les forums, mais essaie de te dire que certains d’entre eux n’étaient peut être pas de la bêtise ou de la méchanceté, mais juste un certain « WTF? » (je n’ai pas trouvé mieux pour décrire cela, désolée) par rapport à ce que tu postais.
    C’est sans doute plus facile à dire qu’à faire, mais accepter ce que l’on est (surtout que dans ton cas, il n’y franchement pas de quoi se faire des noeuds au cerveau), trouver sa façon de se trouver belle, compulsivité ou pas, cela finit par se voir à l’extérieur. Mon petit doigt me dit que tu es sur la bonne voie…

  30. Coucou
    (Lol pour le frisbee).
    C’est vrai qu’il y a une évolution de ton blog niveau « look » et je pense que tu t’es affirmée à présent.
    Ouvrir son blog aurait-il des vertus thérapeutiques? à voir…
    Bonne journée!

  31. J’ai comme l’impression d’une grande rédemption bloguesque en ce moment. Toi qui te livre, Mimnor qui raccroche… Perso la lecture des blogs a changé mon rapport aux fringues. J’ai decouvert beaucoup. J’ai un peu moutonné mais guère … Après quelques échecs cuisants ça calme, mais pour « un bien » car on apprend à mieux se connaitre et mieux discerner ses envies.Au final je dépense autant , un peu plus…mais mon dressing est moins rempli, contient de plus jolies pièces et me ressemble à 100%.Alors ben…MERCI ! Je te l’ai déjà dit mais depuis quelques mois, tes looks sont de la bombe, plus perso, moins « toujours-le-même-combo-marant-dreyfuss-acné-wang-comme-toooooouuutes-les-potines-blogo ». Je trouve les blogs plus « low cost » bien plus perso et créatifs ces derniers temps. Pour autant j’adore venir ici, car la discussion est toujours ouverte ( voilà maintenant le cirage de beckett c’est fini :-) )

  32. Hello,
    Je commente très peu mais je lis ton blog tous les jours. J’y retrouve une fraîcheur et une ambiance qu’on ne trouvent nulle part ailleurs. On a l’impression d’être plus proche de toi, d’une vraie personne qui parle de ses vrais goûts et qui n’est pas complètement formatée! Je tenais à mettre un petit mot juste pour dire que je suis touchée que tu partages ce moment intime et dure de ta vie avec tes lectrices. Contente que cette vilaine phase soit passée et que tu te sentes mieux aujourd’hui. Cela m’ennuie vraiment les gens qui se permettent des remarques désobligeantes sur le physique ou la façon de consommer. De quoi elles se permettent de porter des jugements. Oui, bien entendu, cet espace est public et certains diraient que tu donnes le bâton pour te faire battre mais en même temps, les gens ne sont pas obligés de venir te lire si cela ne leur plaît pas. On peut donner son avis sans tomber dans l’impolitesse ou la cruauté. C’est un espace d’échange!
    Bref, tout ça pour dire que j’aime ce que tu fais et que tu as raison de faire ton bout de chemin sans te prendre la tête avec des gens qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez.
    Belle continuation
    ps : j’adorais tes billets d’expat et de cuisine aussi (y’a pas que les slims et les pompes qui m’intéressent..:))

  33. Cécile, ce poste très personnel traduit bien ce que l’on pouvait lire entre les lignes et ce que j’ai ressenti. Moi qui étais accro à ton blog d’expat au Mexique (je suis une des premières suiveuses sans doute), j’ai bien aimé suivre ton retour en France et ta grossesse. Ensuite, le tournant « blog mode tendance » m’a presque fait fuir, des looks pour le look et pour essayer ce qui était à la mode auraient en effet pu me rebuter. Mais cette période a aussi fonctionné comme un baume pour moi, une projection : je me disais (alors enceinte de mon troisième ou post accouchement, donc avec un corps de rêve, tu imagines bien)  » voilà ma cocotte ce à quoi ressemble les fringues in que tu mates dans les magazines/magasins sur un « vrai corps », celui que tu pourras bientôt avoir  » et comme je n’appréciais pas vraiment tout 😉 , ça me consolais…
    Puis petit à petit, tu a repris la main, tu as montré des choses qui t’allaient vraiment bien, qui me parlaient beaucoup plus. Et j’apprécie. Vraiment beaucoup. Je moutonne pour quelques pièces, celles que je peux m’offrir, mais ton blog me sert surtout à me booster : j’ose porter des trucs que je n’aurais jamais porté avant, je fais des efforts que je ne faisais pas forcément et j’apprécie. Je m’aime beaucoup plus comme cela (et mon mari apprécie aussi :-) ).
    Je ne suis pas satisfaite de mon apparence même si tout le monde me dit que j’ai repris la main et que je suis plutôt pas mal : je n’arrive pas à me voir telle que je suis dans le miroir.
    Toi, tu oses passer ce cap en nous montrant tes photos. J’aimerais m’assumer en faisant de même. Je n’y arrive pas :-( .

    Tout ça pour dire qu’on a chacune nos sensibilités et nos bons moments comme nos bas. Que ça se traduit ou pas sur les blogs mais que ça nous rend plus humaines. Et partager tout cela, pour moi, c’est vraiment le début d’une amitié. Surtout quand on a des points communs et des choses à partager (études, expats, enfants, province-Paris, etc.).

    Et j’aimerais beaucoup te rencontrer « en vrai » un jour (et pour parler d’autres choses que de fringues, peut-être), hitoire de vérifier que les liens tissés via le net et les blogs peuvent évoluer vers quelque chose de moins factice !

  34. Merci pour cet article authentique! Pour ma part j’ai toujours aimé les fringues mais effectivement, en période de « moins bien », j’ai tendance à sur-consommer, comme pour mettre un pansement sur ce qui fait mal. Une sorte d’auto-consolation, d’auto-réassurance, pour ne pas laisser entrevoir les failles passagères qui découlent des évènements de la vie.Par ailleurs notre société nous demande tellement d’être au top, que je pense que mes fringues me servent parfois (au delà du plaisir que j’ai à me vêtir)à avoir une solide armure qui donne le change!

  35. Juste un petit mot vite fait, mais je tenais à te le dire car ça me semble important : les attaques sur le physique effectivement, ne les lis pas !! Ce sont des attaques faciles (le physique, tout le monde y est sensible, quelle que soit sa morphologie) et infondées !!

    Ton blog est le 1er blog mode auquel j’ai accroché, celui que je continuerais à lire si je ne devais en choisir qu’un. Et ce alors que la mode c’est pas tellement mon truc. Je ne me sentais pas concernée, étant donné que partout on te serine qu’avec une taille 40 tu est groooosse ; je pensais ne jamais pouvoir porter certaines choses, que c’était pas pour moi alors à quoi bon m’y intéresser.

    Ton blog m’a accroché justement parce que ton physique est « normal » (je dis ça pour schématiser et avec toutes les pincettes et guillemets que ce terme suppose!), et que tu OSES. Je n’accroche pas tjs avec tes tenues, on n’a pas les même gouts, forcément, mais grâce à toi je me suis rendu compte que même sans faire un 36 pour 1,80m on peut porter un slim et que c’est JOLI. Depuis que je te lis, j’ose. J’ose parce que tu oses et que franchement, même s’il y a des tenues qui au lieu de camoufler mettent en avant qq formes, ça te va et c’est JOLI. Même si ça sort parfois des cases.

    Ton blog m’a complètement décomplexée, parce que justement voir ces fringues des magazines dans lesquelles je ne peux pas me projeter, portée par une fille qui, globalement, me ressemble, m’a convaincue que moi aussi je pouvais oser.

    Et apparemment, je suis loin d’être la seule ! Mais je ne m’exprime pas bien souvent ici, les plus bruyants sont tjs les plus négatifs… Mais ils sont loin d’être les plus représentatifs !

  36. Je savais pas que ça avait été si dur :(
    Faut dire qu’ en temps que simple lectrice, je trouve ça déjà dur de s’y retrouver, dans la blogosphère mode.
    On a envie de tout et son contraire, sans savoir si ça nous correspond.
    Alors si en plus on traverse une crise perso…
    En tout cas, tu as tjs su remporter la sympathie des gens, et sur le long terme, c’ est le plus important.

  37. Les attaques sur le physique sont tellement faciles mais surtout instiguées par des nanas qui ne s’acceptent pas et souffre d’un mal plus profond pour aller s’en prendre à d’autres plutôt que de se soigner! Ca n’enlève en rien la violence des attaques mais peut tempérer la manière dont elles sont reçues!
    Après quelque soit la manière dont tu es fichue tu a droit à profiter de la mode et de ce qui te plait sans rendre compte aux autres mais à toi même tu ne peux y déroger! Alors l’acceptation de tout ce à quoi tu dois renoncer après un accouchement est un passage obligé, duquel tu t’es bien relevé et pour lequel je t’admire ainsi que toutes celles qui ont fait ce choix qui n’est pas le mien car être mère c’est becoup de renoncement et d’abnégation mais finalement tu es l’exemple vivant que pas que et merci de nous faire partager ton expérience!
    Il me tarde la suite…

  38. Je suis vraiment très émue par ce billet. Ca me parle tellement le baby blues. D’ailleurs je crois que mon blog à moi (ouvert alors que ma fille avait 3 semaines) m’a aidée à ne pas en faire pour le 2°. A ne pas m’oublier, à m’offrir une chasse gardée à moi. Je te lis depuis cette époque là. 5 ans, déjà. Et je n’ai rien vu. Et je m’en veux un peu. bises

  39. J’avais bien compris que tu avais eu une période (très) difficile, mais je n’ai commencé à te suivre régulièrement qu’en 2011. Je crois que j’étais tombée auparavant sur quelques billets mais je n’avais pas accroché…ceci expliquant peut-être cela.

    Je suis loin d’être parfaite, j’ai des complexes « comme tout le monde » (mais pas plus), mais comme je l’ai déjà dit ailleurs je crois que je n’aurai jamais le moindre comportement addictif, dans quelque domaine que ce soit. J’aime les fringues et la mode, mais je ne suis pas et ne serai sans doute jamais une acheteuse compulsive.
    Je serais donc bien en peine de t’apporter une aide quelconque. Je pense juste que la prise de conscience est déjà salutaire, mais que souvent celle-ci n’intervient que lorsqu’on va déjà mieux… Régler le problème de fond est sans doute la solution si on ne veut pas passer d’une compulsion à une autre…mais c’est bien sûr plus facile à dire…

    Quoi qu’il en soit, merci de ta sincérité et vivement la suite !

  40. Tu m as fait verser ma larme…cette année de perdition que tu décris, je la vis depuis les 2 ans de mon deuxième. Il aura 3 ans le mois prochain, mon congé parental prend donc fin mais pour diverses raison je me retrouve maintenant au chômage. C est dur, mais c est comme ça.
    Ton billet me fait du bien, parce que tu vas mieux aujourd hui, alors je me dis qu il n y a pas de raison, moi aussi je retrouverai le goût des choses, tout ça, tout ça…

  41. Le rapport au physique est étroitement lié au rapport à la séduction et au besoin de plaire à l’autre sexe. Le mal-être et les doutes dont tu parles me confirment ce que j’ai toujours pensé : tu as besoin de te sentir aimée au quotidien et un seul homme ne peut te suffire ! :)

  42. Etrange, je lisais ton blog à l’époque où tu dis que tu allais mal, et ça ne se sentait pourtant pas du tout.;) Pendant cette période, j’avais au contraire l’impression que les commentaires étaient plus doux que maintenant, comme quoi, la perception qu’en a est parfois faussée. Et peut-être aussi que tu acceptes mieux ces critiques injustes maintenant.
    Faisant un métier très public, je peux te dire qu’au début, je lisais tout, sur moi. Ca me rendait malade, pouvait me bousiller une soirée, mais je lisais tout. Ca m’est passé, et je crois que maintenant, ça me touche beaucoup moins aussi.

  43. Merci. De parler de ça car le baby blues est quelque chose qui est difficile à partager, du moins à comprendre par l’entourage. Merci. D’avoir continué car lors de mon deuil de tout ce que tu décris, lire des blogs dont le tien faisait partie de ces petits moments où j’oubliais mes soucis et mes doutes. Ca me rappelait que oui, il y avait une vie après la grossesse. Ouf.

  44. @ Percy : je pense connaître aussi les deux aspects, je suis également lectrice de blog influencée :-)

    @ maman cendrillon : ca serait intéressant ça ! je suis également influencée par mes lectures, magazines et blogs mais j’ai tendance à en voir les coulisses aussi…

    @ Klari : je pense oui, c’est à la fois un journal, un miroir et une projection de soi, de la manière dont on voudrait que les autres nous perçoivent, c’est très complexe oui

    @ Vannina : C’est un peu le pb quand on commence à avoir un lectorat conséquent, on se fait attaquer et on commence à fermer des portes, se blinder et ne plus se livrer. Comme je ne lis plus toutes les critiques qui me sont faites, j’ai l’impression de pouvoir respirer et me livrer un peu à nouveau

    @ Fab : je te remercie pour ton message. Je parlais beaucoup plus de moi au démarrage de mon blog, mais ces dernières années quasi plus jamais

    @ Romane : on pourrait en parler longuement ! de nos complexes et de la confiance en soi. Je crois que mon passage en prépa m’a aidée pour ça, toujours garder confiance, avoir envie de se battre. Mais c’est dur, je te souhaite bon courage !! (tu es en quoi ?)
    Et pour les slims, y’en a qui marchent plus ou moins, mais à la fin il reste toujours du volume
    (il faut privilégier ceux qui ont des coutures sur le côté pas PILE sur le côté de la cuisse, mais très légèrement sur le devant, ça gomme un peu)

    @ Sophie : je pense que la plupart des gens aimeraient gommer tel ou tel défaut de leur silhouette. Il y en a (cela doit venir de la relation avec les parents je pense) qui l’accepte plus ou moins bien

    @ Argile : ah non, t’inquiète, je suis à fond là ! RPM + SH’BAM + CX WORX + judo + un peu de muscu. Si c’est pas complet ça… (et oui, je pense au body pump mais là il va me falloir un double…)

    @ Pimprenelle : ca change beaucoup de choses c’est clair ! Ce qui m’a pesé le plus (et toujours un peu), c’est le changement de « rythme ». Je n’écoute plus MON rythme, mes besoins mais dois toujours m’adapter à celui d’un autre (mon fils). Et je n’ai pas du tout cette flexibilité là. Je suis fille unique, j’ai toujours eu une tendance solitaire, et cet aspect de la maternité est très difficile pour moi
    (alors ca ne nous empêche pas de faire plein d’activités avec lui et pour lui, hein).
    Je crois qu’on est dans une société qui va toujours plus vite, avec des journées qui se remplissent de plus en plus et qu’on ne réalise pas toujours le TEMPS que le bébé et l’enfant vous nous demander. Temps qu’on n’avait déjà pas forcément avant.
    Après je pense que côté couple on s’en sort pas mal, on a gardé un certain équilibre, mais là par contre c’est un sujet que je n’ai jamais et que je n’aborderai jamais sur le blog 😉

    @ Caro : Merci, ça me fait vraiment très plaisir que tu me laisses un mot. On a toutes nos faiblesses et nos fêlures (et tu sais que je repense pas mal à ton expérience zermatienne, la compulsion alimentaire je connais aussi)

  45. @ Charlotte : c’est peut être nécessaire de replacer la personne et l’humanité au milieu des sacs à main et des chaussures. L’angle est volontairement futile ici, mais parfois il faut se poser des questions et prendre du recul.

    @ Chris.75 : c’est clair, l’arrivée de quelqu’un qu’on ne connait pas dans sa sphère privée, le temps qui doit lui être consacré, son caractère que personne ne connait. Heureusement, il y a des contreparties :-)

    @ Shoubbi : oui, ce genre de commentaires interpellent ! Pourtant ce n’a pas été le déclencheur ici, cela fait longtemps maintenant que j’y pense que je n’en ai pas eu (ou alors, la maturité, c’est de ne plus y faire attention !!!).
    En revanche, c’est le genre de commentaires que tu décris qui fait que les blogs les plus connus deviennent les plus « fermés », tu te protèges, tu n’as plus envie d’être critiquée sur tes choix et ta vie privée, du coup tu n’en parles plus. Ca perd en proximité, c’est dommage.

    @ Sylvie : ah oui, j’imagine bien !! je te rassure, je ne suis pas sûre de faire partie de celles qui vieillissent sereinement non plus ;-), mais je sais que je vais y travailler !

    @ Stilo : ah mais oui, j’ai perdu ton pseudo en chemin je pense !
    C’est très gentil en tout cas comme message. Ca me touche énormément de réaliser que certaines me suivent depuis le tout début !
    J’ai cumulé 2 facteurs dépressifs en même temps je crois : le retour d’expat qui n’est jamais facile + l’arrivée d’un enfant, donc forcément, cela demande du temps.

    @ sadie : merci beaucoup ! Ca c’est un aspect positif et ça me fait vraiment du bien de le lire :-)

    @ naughty-lazyme : ah non, on a toutes nos doutes, ça c’est sûr ! le pb c’est que parfois on ne livre plus rien pour se protéger 😉

    @ Mency : oui, je pense qu’avec le recul, on voit bien le puzzle se remettre en place

    @ silviouche : beaucoup d’entre nous ont des périodes comme ça, une vie de femme. Mais franchement je ne me plains pas, j’ai été énormément épargnée !!

    @ Dyane : je le sens aussi, c’est plus facile, plus naturel pour m’habiller, moins prise de tête. Ca doit se ressentir :-)

  46. Et oui, les fringues ne sont pas des choses uniquement superficielles…
    Ayant, petite, toujours été habillée à la mode (des années 70…), j’ai continué allègrement sur cette lancée… et puis est arrivé ce qui devait arriver, et là, je partage tout à fait ta période post-grossesse, à une nuance près : autant après la naissance de ma première fille, j’avais hâte de faire du shopping (je me suis même retrouvée dans les cabines d’essayage du Printemps avec la poussette en train d’allaiter !), après la naissance de la seconde, même en ayant la chance d’avoir retrouver rapidement mon poids initial, j’ai dû passé 2 ans en jean bleu/pull noir/boots noirs. Par contre, j’avais reporté ma passion des vêtements sur mes filles (leur dressing ressemble au tien) et cela fait environ un an que je rentre à nouveau chez IKKS Woman, sans foncer dans le rayon enfant (voire je l’évite !). Ca fait du bien de se retrouver… en femme ! il fallait peut-être juste le temps…
    Désormais, quand je porte une jupe ou un top sympa, ma grande ‘le réserve pour quand elle sera grande’…
    Telle mère…. :)

    Merci de nous faire partager tout ça, cela nous fait réfléchir aussi !

    Bonne journée

  47. @ Pépé : alors déjà je suis restée 1 semaine à la maternité à cause de la jaunisse du bébé (et je pense que le service était un peu vide, ceci explique cela, bref) et que j’avais fait pas mal de rétention d’eau le dernier mois. Par contre le reste s’est bien accroché…

    @ Rock’n Girly : Je crois que j’ai bien aimé ma période d’ingé pour ça, on n’était que 10% de filles, j’étais une des rares à être féminine, du coup je pouvais oser plus de trucs (vu que de toute façon, à la base, je ne m’habillais pas comme les autres). Et ma consommation de fringues a toujours été plus ou moins stable (avant le blog j’entends, ce qui représente tout de même une trentaine d’années)

    @ france : quand tu vois que certaines perdent tout en 3 mois… arfff.. bon, y’a l’âge qui joue aussi, mais la nature n’est qu’une grande injustice

    @ Chris : merci à toi pour tes lectures :-)

    @ Marion : ah mais y’a des thèses entières sur notre rapport au chiffon. On se retranche derrière du futile alors que ça ne l’est pas tant que ça finalement

    @ Caroline : non, c’est juste que ça devait sortir à un moment où un autre 😉
    J’ai en outre consciente d’avoir jusqu’ici été pas mal épargnée par la vie

    @ Nadou : merci, je te souhaite plein de choses pour l’avenir :-) on n’est jamais à l’abri d’une rechute, mais déjà arriver à se sentir à nouveau bien ça fait beaucoup

    @ Paîennes : ah mais attends, heureusement que tout le monde ne fait pas un post-partum hein ! et y’en a pfuit, à 3 mois elles ont tout perdu et remettent ça 6 mois après 😉 (ne lis surtout pas mon post sur l’accouchement ;-))

    @ Valérie de Metz : On continue toujours de grandir :-) d’avoir 12 ans dans la tête et de continuer à apprendre (et à faire des conneries). C’est ça qui est bien en même temps. Merci pour ta fidélité, ça me touche de voir des lectrices qui sont toujours là, depuis les débuts.

    @ Nina (et oui, j’ai toujours perdu le tilde ;-)) : Merci à toi pour toutes ces années ! Ca fait de la peine parfois de voir un pseudo qu’on avait l’habitude de lire tous les jours disparaître. On se demande ce qu’on a fait, si elle ne lit plus du tout, revient de temps en temps. On ne sait pas. Mais c’est normal d’évoluer et parfois on ne va pas dans la même direction.

  48. @ Marieand : oui, avant d’acheter des fringues, autant commencer par la base : un corps qui plait. Mais je ne veux pas entendre parler de régime 😉

    @ Lily (de Paris) : 2 ans après la naissance, oui, ça doit être le tarif…
    je pense que l’épuration est une suite logique, idéalement j’aimerais faire ça mais j’ai aussi quelques contraintes 😉
    C’est normal quand on se cherche, et le pb c’est que parfois on n’arrive pas à se trouver. En revanche je me souviens de ce que tu m’avais dit par mail à l’époque et ça m’avait fait du bien (sur le regard finalement plus bienveillant des « pros »)

    @ Caro : non, c’est bien ça : 2008 :-)
    et par contre, j’ai bien aimé l’entrée en maternelle moi :-)
    (enfin globalement, j’ai vraiment aimé l’acquisition du langage, le fait de pouvoir échanger verbalement)

    @ Stéphanie : oui, je vois bien ce que tu veux dire, et les commentaires de ce genre, dis avec bienveillance, ne m’ont jamais blessée je crois. Mais j’ai vraiment ressenti une haine de la part de certaines, un acharnement aussi, et un plaisir à mettre le doigt sur les défauts physiques qui complexaient. Ca a été plus difficile à gérer à cette époque.

    @ ByMe : lol oui, je le revois encore voler dans les feuilles mortes 25 ans après, c’est pour te dire !!!

    @ Mei : 6 ans, l’âge de la maturité ? c’est peut être un cheminement normal… Ca me plait d’avoir un retour des lectrices de blogs, il faudrait effectivement faire un pendant « lectrices » ;-). Pour un peu qu’on soit un peu fragile, se plonger dans les blogs peut être très dangereux à mon avis. Mais si au contraire ça ouvre les yeux, sensibilise, donne le goût des belles choses, ça c’est top !
    Et merci pour tes commentaires réguliers, ça me fait très plaisir !

    @ Hélène : merci à toi ! (et félicitations pour tes 7 ans ! et m’est avis qu’on va se voir très bientôt ;-))

    @ Jo : Ce que j’aimerais que tout le monde fasse preuve de ta tolérance :-) Ce que l’anonymat montre de l’âme humaine est parfois flippant. Je n’ai jamais été contre la critique mais parfois je me dis que les blogueuses qui censurent à fond sont les plus intelligentes.. bref.
    (ah le « dimanche cuisine », ça me ferait pas de mal de m’y remettre !!)

    @ Yokoflo : tu confirmes ce que je pensais, une partie de mon lectorat a changé au moment de la direction plus « mode » que j’ai prise. Ca correspond aussi au moment où inconsciemment je n’ai plus paré de choses persos. Pour me protéger vu que je me faisais beaucoup critiquer pour ça, tout ce que je disais était déformé, je ne pouvais plus faire de second degré sans que ça soit mal pris. Ce n’était pas conscient, mais à force de se faire taper dessus quand tu dis quelque chose et bien tu ne dis plus rien, tu te protèges. C’est le lot de tous les blogs un peu connus je pense. C’est un peu normal aussi, vie privée et monétisation sont un peu durs à afficher de front. Mais j’ai envie de revenir un peu à ça, j’ai appris à ne plus lire les critiques, à les éviter et je me rends compte que même si au début je me disais « ça m’oblige à progresser, à faire mieux » au bout d’un moment c’est toxique.

    3 je te tire mon chapeau, je m’arrête à un 😉
    Ca me fait toujours flipper les rencontres IRL, j’ai toujours l’impression que je vais décevoir, qu’on s’attend à autre chose. Un peu comme la première rencontre post meetic ;-). Dans la vie je suis plutôt pète-sec et réservée, je me soigne mais j’arrive toujours à faire des impairs, te voilà prévenue hein 😉

    @ la Suze : oui, ça et le chocolat 😉
    Le problème du monde, c’est qu’on n’est plus dans la dimension « village » qu’on avait avant. Là on a accès aux blogs, aux réseaux sociaux, etc.. on est dans une compétition « mondiale », on se compare aux filles les plus superbes et non plus avec la voisine d’à côté. Du coup forcément, on se met des objectifs inateignables

  49. @ Cely : le coup du « t’es ronde » quand tu dépasses le 38, on est d’accord : au secours. C’est toute la complexité du système : si tu montres un bourrelet, on te le renvoie à la figure, mais si tu ne montres rien on t’accuse de manquer de proximité, de ne pas être vraie. C’est à en devenir schizo.
    Ceci dit c’est plutôt rassurant de ne pas être consensuelle.
    Ce qui me plait dans ce que tu dis, c’est que « joli » ne veut pas forcément dire une tenue qui « mincit », j’aimerais bien en effet qu’on arrête de prendre l’un pour l’autre :-)

    @ Anna : je ne sais pas, je n’écris pas pour être sympathique, enfin je ne crois pas, j’essaie d’être sincère, surtout envers moi même. Et après toutes ces années, je crois que j’avais besoin de faire un point

    @ Emilie : Devenir mère n’est pas que renoncement, mais pas mal quand même les 2 premières années ! Mais encore une fois, certaines le vivent très bien (et heureusement !)
    (et c’est clair que si on enlevait l’anonymat et qu’on pouvait voir les personnes qui se permettent de telles critiques, je pense qu’on se sentirait beaucoup mieux !)

    @ juriste-in-the-city : il faut se le rappeler ! c’est un parti pris la frivolité. Certaines se font une règle de ne pas parler d’autre chose mais il ne faut pas pour autant les réduire à ça

    @ Isa-monblogdemaman : ah mais nan, je ne l’ai pas forcément vu non plus à ce moment là 😉 t’en veux surtout pas !! et puis tu sais bien que je ne montre pas forcément mes émotions 😉
    Peut être que tu as raison en fait, ça aurait été pire sans le blog et cet espace égoiste, va savoir

    @ Ysabelle : c’est le problème aussi, tu vas mal alors que tout va bien, que tu es épargnée par la vie et les vrais problèmes. Ca a du mal à passer 😉
    Je t’envie un peu, je suis excessive dans pas mal de choses (j’ai même eu une période où je ne faisais que du patchwork, t’as qu’à voir…), et là, vu comme je me mets au sport, ça m’inquiète un peu 😉 lol !

  50. @ Shalima : copiiiine 😉

    @ Magali : devenir mère ce n’est pas forcément facile, et ce n’est pas forcément facile de se faire aider aussi (pourtant j’ai essayé, sans succès, il faut que ça vienne de soi)

    @ Gaspard : non, pas forcément à l’autre sexe. Quand on poste des looks, j’ai l’impression qu’on recherche plus l’approbation des filles

    @ Amy : ouh là non, ou alors tu n’as pas lu les bons ;-). Mais c’est vrai que je ne vais plus lire les forums où ça casse de la blogueuse et que les commentaires malveillants me touchent beaucoup moins.
    Je n’ose pas imaginer ce que vivent les people, surtout les plus jeunes. Je pense qu’il faut passer par cette case où tu te fais mal en lisant tout pour pouvoir prendre du recul après. Il faut une sacrée force de caractère pour que ça ne t’affecte pas d’entrée tu ne crois pas ?

    @ Dephine : c’est clair ! je pense vraiment que ça s’apparente au deuil, le deuil d’une partie de toi que tu dois sacrifier – un temps – à l’autre. là maintenant, depuis 1 an, mon travail c’est de retrouver « tout mon moi », ça va paraître curieux masi c’est ça, le moi de quand j’étais petite, avant mon couple aussi.

  51. @ Pascalou : on a en effet déjà eu quelques échanges houleux. Je ne sais pas depuis quand tu me lis. Mais avec le temps, je me suis en effet un peu censurée pour en rester aux choses futiles et ne plus me livrer sur le reste. Un passage un peu nécessaire, j’ai commencé ce blog comme un journal, puis la monétisation est arrivée, par là le blog est devenu une partie conséquente de mes revenus et de mon activité et j’ai commencé à recevoir certaines critiques acerbes (je monétisais ma vie privée, par ex). Et pour se protéger de tout ça, on ne se livre plus. C’est dommage car c’est un échange qui me manque, d’où peut être ce billet aujourd’hui.

    @ Cc : y’a toujours un moment où on trinque en somme ! :-)
    Je me souviens de mon premier shopping post-grossesse : je n’ai plus supporté les jeans à partir du 3ème mois, j’ai voulu racheter un slim et je me suis retrouver en chialant à en racheter un 2 tailles au dessus chez MIm. J’ai pas voulu dépenser plus de 12 € là dedans.. Bref. CA VA MIEUX :-)

    @ Koalisa : merci à toi :-), qu’est-ce qui t’a donné envie de rester ?

    @ Pas la mannequin l’autre : c’est un très bon conseil !!

    @ Shupi : je vais peut être attendre quelques jours 😉

  52. Je vote pour des journées de 36 heures (mais sans allonger le temps de travail !).
    C’est vrai qu’avec l’arrivée d’un enfant, tu passes au second plan. Je mange quand il a mangé, je me lave quand il est lavé… Je pense à lui avant de penser à moi.

    Je crois que j’ai perdu une partie de mon insouciance.

    Le comble, je lui ai même laissé finir mon paquet de Canistrelli à l’anis alors que j’adore ça. Si c’est pas de l’amour 😉

    Je suis contente de lire ce billet et de te retrouver (cela dit cela faisait quelques semaines que le virage s’était amorcé).

  53. J’avais écrit un com de 10km, j’ai tout effacé pour dire … « ne change rien et continue » ! Signé: une « vieille » ingé de 40 ans , qui finit son congé parental en essayant d’effacer 10kg de la balance et qui se demande comment elle va retourner bosser sur les risques industriels en raffinerie, tout en assumant ses envies de mode et ses ongles multicolores ^^

  54. bonjour, je lis ton blog depuis ton expat au mexique et je l’appréciais bcp à ce moment. Quelque pqrt tu me faisais rever:tu voyageais, tu vivais dans des pays différents, tu rencontrais des situations et des gens un peu…burlesques il me semble parfois. Et puis tu t’es installée en france, tu as fait un enfant, je trouvais ton blog tjrs sympa, mais…moins attrayant. J’ai continué à lire ton blog mais parfois je trouvais que les fringues présentées ne t’allaient pas, que tu moutonnais vraiment bcp. Mais je n’ai jamais laissé de commentaire parce que ça sert à rien de dire juste des choses désobligeantes. Quel couage de se prendre en photo alors qu’on s’ aime pas, moi je n’aurais pas pu. Merci pour ce post car je crois qu’on est nombreuses (nombreux?) à acheter des fringues pour retrouver lemoral et se trouver.

  55. Comme beaucoup ton billet m’a émue et comme d’autre je te suis depuis le Mexique, je commente très rarement mais je trouve écho dans tout ce qui se dégage de ton blog.
    Grâce à toi j’ai découvert la blogosphère et je ne te remercie pas tous les jours car je passe un temps fou sur le net maintenant et avec 2 naines (de 4 et 1 an) le temps me manque et le rapport au corps … je ne t’en parle même pas…
    Continue ainsi, ravie de voir que tu te retrouves

  56. bonsoir!

    j’apprécie beaucoup ce genre d’article « à coeur ouvert » sur un sujet à priori dérisoire , mais qui cache/implique des choses plus profondes, voire de société!

    j’ai hate de lire le reste, car j’aime voir batir du séieux sur des choses légéres!

    je prends ton blog comme « un magazine virtuel », et les billets psycho de la fringue et consort , ont leur place je trouve, dans ce contexte!

    à quand un nouveau haul new saison?

    bonne soirée à toi

  57. Super article !
    Juste par curiosité, quelle école d’ingénieur as-tu fait ?
    Moi j’ai fait les Ponts et chaussées et on a le même âge, on se connait peut-être !!!

  58. J’ai découvert ton blog par les TDMH que je trouvais super bien faits et très utiles puis j’ai commencé à te lire plus souvent pour enfin venir visiter ton blog quotidiennement. Pourtant c’est la première fois que je laisse un commentaire car ton article m’a beaucoup touchée.
    Je trouve qu’il faut du courage pour oser revenir sur ses errances et l’assumer publiquement, l’évocation des difficultés de la maternité et cette phrase « une impression tenace que ma vie est finie » rejoint tellement mon vécu que j’avais envie de te remercier.
    Par ailleurs je voulais ajouter qu’il est très réducteur d’assimiler coquetterie et superficialité, le vêtement est pour certaines une addiction c’est vrai mais à choisir je préfère encore celle-ci qui ne fait de mal à personne. C. Orban a écrit un bouquin sur le sujet dans lequel elle dit : « certaines femmes combattent par la perpétuelle nouveauté de la mode la peur de vieillir et de disparaître ». La fringue comme divertissement pascalien, qui l’aurait cru ?

  59. Salut,

    Je pense que je lis ton blog depuis à peu près ta grossesse. Je l’apprécie beaucoup et je voulais te dire que j’adorais tes look avec le « Bump ».
    Je crois que j’aime ton blog car tu ne cherches pas à manipuler les lectrices et le fait que tu te livres fait que j’ai l’impression de te connaitre comme une bonne copine, alors que non !
    Je pense que j’ai bien accroché avec ton blog à la belle époque des aubaines, où je trouvais une fille comme moi qui arrivait à trouver de la belle fringue sans se ruiner. Je dois dire que depuis la professionnalisation de ton blog, je ne peux plus suivre car la plupart de tes achats sont à 3 chiffres, mais je reste fidèle car je trouves que tu as bon goût et de bonnes idées d’associations.
    Je suis contente pour toi que tu ailles mieux, même si je ne m’étais pas aperçue que ça n’allait pas fort.

    Merci encore pour ton blog.

  60. Je lis ton blog quotidiennement, et la régularité de tes posts y est pour beaucoup (mais pas que!)
    Je n’aime pas toujours tes looks, ni n’adhère forcément à ce que tu écris (d’ailleurs, tu ne me demandes pas d’adhérer n’est-ce pas?!), mais j’aime ton chat! Je te lis tout le temps avec intérêt et plaisir.
    Et surtout, j’apprécie ce que ton blog « livre » de toi.
    Et là, je dois dire que ton article te rend encore plus sympathique.
    T’es une fille intéressante et ça, moi j’aime! Il est vraiment chouette ton article.

    ps: le jour où je trouve le slim qui m’affine la cuisse (et le reste), j’en prends 10!!

  61. Ça m’a beaucoup émue cette part 1, les adultes aussi sont cruels. Ils, plutot elles oublient qu’elles aussi sont des femmes avec des complexes, des kilos en trop post grossesse et des tenues improbables aussi!! Bref on est toutes dans le même bateau même si on l’oublie parfois (souvent)! Moi je te suis depuis un moment et j’aime toujours autant cette écriture naturelle et sans fioritures, ce côté, j’écris pour échanger avec les copines. Et crois moi t’es canon! Des bisoux

  62. On se cherche toute sa vie, tant que l’on est pas en paix avec soi-même. Nos looks le ressentent aussi. Tu as enfin trouvé ton look, tu es enfin bien dans ta peau et ça se voit ca se respire dans tes looks c’est ça le plus imporatnt, le reste c’est pas grave :) Bizz

  63. Comment réagir à ce billet?

    Pour faire simple : J’ai plaisir à te lire -quasiment chaque jour- et ce depuis plusieurs années…

    C’est ça le plus important non? (et pour le reste il y a mastercard, ok je sors)

  64. Rhoooo!!! Je veux la suite…

    Je crois qu’on a toutes nos petits secrets, que la vie n’est pas un long fleuve tranquille et que nous, FEMMES, passons par des étapes relativement éprouvantes.
    La compétitivité féminine, les filles qui vous toisent soit parce qu’elles sont canons soit parce qu’elles sont jalouses et lorsque enfin on trouve son propre style après de nombreuses tentatives peu concluantes BAM une grossesse !!
    Il y a aussi les sifflements et les noms d’oiseaux reçus par la gente masculine dès qu’ils aperçoivent un bout de jambe ou un joli décolleté…

    Quelle vie !!

    Merci pour ta sincérité,

    Marine,

    http://mypleasantworld.com/

  65. Véritable post introspectif.
    Et j’ai toujours apprécié que tu oses dire les choses comme tu les penses (faut oser dire qu’on n’a pas aimé être enceinte …).
    J’attends avec impatience la suite du développement pour voir où va te mener ta réflexion (le schéma « je me cherche et j’achète un peu tout et n’importe quoi », j’ai connu quand j’ai pris du poids ; serait-ce un schéma typiquement féminin ?).

  66. je viens de lire ton article par Katia ( the classic girl) et oui je te lis tous les matins d habitude mais lâ, raté, beau témoignage, sincère, dans lequel, on est beaucoup à se retrouver à un endroit ou un autre, au delà de tes looks, de tes trouvailles, c est pour ça que je t aime! oui oui! t es vrai, pas con, et ta vie tu la choisi sans la subir même quand tu as des passages difficiles. je me suis fait attaquée comme toi et c est rare mais ça revient, ça m a questionnée, puis plus, même si les attaques médiocres, sur le physique, l âge ne font jalais plaisir, on m a même dit que j avais le syndröme « walli » car j avais des fringues de marques, ben tu sais, j ai trouvé ça flatteur, car oui je t aime walinette, toi et clara dans le connues vous répondez js, vous êtes charmantes et encore une fois intéressantes, peut être l expérience expat, du coups, une générosité, simplicité… apres s interoger sur son rapport aux fringues quan on tient un blog ou pas, je trouve ça sain pour soi, pour être sûre de faire les bons choix, donc j attends la suite, ta conlusion, s il y en. une, des bises!

  67. Pour répondre à ta question, ce qui m’a donné envie de rester, c’est ton style d’écriture… Car même si je ne suis pas accro à la mode, j’aime bien te lire juste pour le ton de tes billets . Bises!

  68. J’arrive après tout le monde (débordée en ce moment par le boulot, la maison, la Cacahouète etc).
    Je ne peux que te féliciter encore pour ta franchise et ton envie de partager comme d’habitude. Blog de filles et futilités, soit ! Tu assumes et tu fonces tete baissée tout en prenant regulièrement le temps de faire une mise au point (parfois grandement nécessaire pour toi et pour tes lecteurs/trices). Je ne suis pas dans les grands epanchements IRL mais je comprends parfaitement le mal-etre que tu décris :-( Le blog t’a aidé tout en te faisant du mal. C’est ta façon à toi d’avancer.
    C’est clair ton blog a évolué, est devenu plus pointu/mode et tu as qd meme su conserver tes fidèles lectrices dont je suis. Pourquoi ? Parce que tu es restée fidèle à toi meme. Ta franchise – ton coté pete-sec peut etre 😉 – et ton humour caractérisent ce blog ce qui fait que l’on reste. Pas pour tes innombrables frigues/shoes etc, mais pour toi et pour ta façon d’écrire, de raconter un acte aussi insignifiant que de se mettre du vernis ou de la creme anti-rides tout en gardant une touche d’humour et de décalage.

  69. C’est un très joli billet, j’aime beaucoup les questions que tu soulèves, le vécu que tu rapportes.
    Je ne m’y reconnais pas vraiment (sauf le retour d’expat) parce que j’ai le rapport complètement inverse: j’aime les fringues, mais je n’aime pas m’habiller, je me trouve jamais « bien ».
    Mais peut être qu’en essayant, on s’affirme justement ? en tout cas, c’est ce que je crois, depuis le temps que je te lis…

  70. Lectrice de l’ombre depuis environ ton départ du Mexique, je tiens à te dire MERCI.
    Merci de dire au grand jour que non, la grossesse et les débuts de la maternité ne sont pas forcément un épanouissement. J’ai passé de loooongues heures à pleurer et à culpabiliser en m’interrogeant sur « pourquoi moi, je n’y arrive pas ».
    Parce qu’effectivement, j’ai cru que tu t’en étais super bien sortie. Il ne pouvait en être autrement, je t’avais vu/lu sur ton blog. J’en avais été témoin!
    (et au passage, je me souviens encore aujourd’hui que ds la semaine qui a suivi ton retour à la maison, tu t’étais fait une french manucure avc les stylos Dior ou YSL. « Bordel, y en a même qui réussissent à se faire les zongles alors que toi tu peines à te doucher. C’est bien la preuve qu’il est possible d’y arriver et que c’est toi qui te vautre ds les grandes largeurs… »)
    (Ma fille a 7 mois, ça va maintenant mieux.)

    Donc merci pour ces confidences, qui redonnent le moral!
    (sur ce, je vais me faire les zongles ;-))))

  71. j’ai commencé à lire cet article très consciensieusement (je suis dans la même reflexion par rapport aux fringes et aux achats complusifs ;)) puis en lisant, on s’éloigne du sujet du début (pas de probleme ;)) et j’ai trouvé ton article très touchant, et sincère. je trouve que c’est très courageux de ta part de te livrer comme ça (en tous les cas ca m’a bcq touché) même si on ne se connait pas (moi un peu plus que toi vu que je viens ici tous les jours ;)) mais en lisant tout ça j’avais envie de te sérrer fort poru te réconforter (bien que je pense que tu dois être entouré) mais je sais pas juste envie de te dire que tu es très bien comme ça 😉 j’éspère que tout ça est vraiment derrière toi et que tout va bien maintenant …

    bonne journée …

    http://unefillelamodedesaddictions.blogspot.fr/

  72. Comme le dit Pinassote il faut arriver a s’accepter parfois ca prend du temps , mais apres on peut enfin sortir de la compulsion pour arriver a l’achat plaisir et c’est la que la mode prend son sens, ou ce n’est plus le vetement pour affirmer son status social ou un palliatif pour d’autres manques .Perso c’est aussi pour cela que j’adore le vintage de qualite cad pas de marque mais avec la qualite de coupe, des tissus ou du cuir pour les accessoires avec un vrai savoir faire.

  73. Merci pour ton honnêteté dans ce témoignage. C’est ce que j’aime dans les blogs de filles, blogs de mode, cette quête et ce questionnement sur la féminité. Sur ses aspérités et sa créativité qui finalement prend le dessus. Se réinventer, se métamorphoser, trouver un point d’équilibre.

  74. Hello !
    Merci pour ce billet, j’ai hâte de lire la suite.

    Suggestion hors sujet : en voyant la photo du bout de ton dressing, je me dis que tu pourrais peut être faire un billet sur le rangement, sur la façon dont tu organises vêtements, accessoires, sacs et chaussures chez toi – et donner de bonnes idées de rangement à quelques une d’entre nous !

    Merci pour les posts quotidiens, c’est plaisant chaque matin de venir par ici pour de jolies photos.

  75. Je me reconnais beaucoup dans ton billet, surtout le passage concernant les slims, j’avoue que mon rapport avec les pantalons a toujours été comme cela et aujourd’hui encore. Je me suis d’ailleurs fait la réflexion lorsque j’ai acheté mon dernier et énième slim noir, après m’être dit que j’étais c’était ridicule je suis allée me faire rembourser !
    Et bien c’était il y a deux jours et j’ai eu l’impression d’un changement et d’avoir mis le doigt sur quelque chose. Dans deux semaines, j’aurai terminé mon master et mon contrat d’apprentissage et une chose à laquelle je pense beaucoup, je dirai même trop, c’est que mon pouvoir d’achat va diminuer et j’avoue que ne pas avoir le même niveau de vie me fait flipper car cela m’obligera à revoir ma consommation de fringues, revoir mon comportement d’achat et surtout me remettre en question sur le rapport que j’entretiens avec cette « addiction ».
    J’ai hâte de lire la suite de ton article pour toutes ces raisons :)

    Bises, Justine

  76. Je te trouves hyper courageuse de parler de tes faiblesses, c’est déjà une victoire en soi! Être femme c’est ça aussi. On change de corps, on a dû mal à s’y habituer, on peut en souffrir, s’y adapter et aller de l’avant. Même si je ne suis pas toujours d’accord avec tes propositions de look, j’aime errer sur ton blog comme je parcours les pages des magazines. Ne baisse pas les bras, les attaques c’est facile, encore plus derrière un écran d’ordinateur. J’attends la suite de ce post et suis même dégoûtée de ne pas avoir pu en lire plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *