Les BDs en noir et blanc

La BD et moi c’est une assez longue histoire. Façon j’ai dû gribouiller mes premiers « i » et « o » sur la couverture d’un Astérix. Quant aux Gaston Lagaffe familiaux, ils portent encore des stigmates de confiture étant donné que vers 7-8 ans je prenais mes petits dèj’ cachée de mes parents derrière le gaffophone et « Jules de chez Smith en Face ».
Outre donc les comédies franchouillardes pas franchement fines, j’ai un goût fort prononcé pour la BD franco-belge, bien fournie en gags, onomatopées et clins d’oeil en tout genre (prenez Arleston, tiens, le roi des allusions, un peu comme Chabat dans Astérix et Cléopâtre, son Itinéris, Otis et cie, le même genre d’humour – ben oui c’est repassé sur la une mardi soir…)

Bref.

Ceci étant dit je ne suis pas si « chochotte de la bulle ». J’ai également dans ma BDthèque du Loisel ou du Mitton, voyez (et si vous voyez pas, Mitton ce sont les Chroniques Barbares, Vae Victis, du moinillon qui se fait dépuceler… et ça décoiffe, en résumé sévèrement burnée la BD).
Du coup j’ai jeté un oeil du côté « noir ». A savoir que les BDs pas drôles sont souvent en noir et blanc. Plus « brutes ». Prenez Franquin par exemple, à côté d’un Gaston Lagaffe tout en couleur, il nous a sorti « les idées noires », en N&B donc, et qui plus est chez Fluide Glacial (toujours en noir et blanc chez eux… ). Ce qui m’amène à vous parler de 2 titres, qui ont en commun – outre l’absence de couleur – de traiter par le biais du dessin de sujets ô combien graves et dramatiques :

MAUS, d’Art Spiegelman. Doit-on encore le présenter ? Le génocide, les camps de concentration… tout cela raconté par le petit fils d’un déporté qui retranscrit le témoignage de son grand-père juif : les polonais sont des souris, les allemands des chats… (et les français en grenouille, si si…).
Tout cela avec une justesse incroyable.
Les deux tomes devraient être au programme scolaire…

Capucine, de Camille Dreyfuss et Camille Grosperrin. Alors là je suis un peu embêtée. En effet, j’ai reçu gentillement cet ouvrage de la part des éditions Diantre. Petite et sympathique structure. J’ai donc ENVIE d’en parler, de les faire connaître. Pourtant, d’entrée de jeu j’étais dubitative face à l’ouvrage. Doute qui est resté pendant et après sa lecture. De violence conjugale, il s’agit. De la petite fille impuissante face à sa mère ruée de coups, et à la voisine muette, jusqu’à l’issue fatale. Le tout sur fond de petite ritournelle « dansons la capucine… »

Seulement voilà, ce n’est pas à proprement parler une « bande » dessinée. Plutôt d’une suite de dessins exprimant des émotions. Fortes, certes. Mais il m’en reste une impression mitigée. Celle d’assister de l’intérieur à un drame intime, d’où un certain malaise. Cela s’inscrit plus dans le registre psycho-artistique dont je ne suis pas forcément fan.
Donc voilà, je vous en parle sans le conseiller, à vous de le feuilleter si vous croisez cet ouvrage.

Goodie Bag : pour revenir sur un ton plus léger qui m’est coutumier. Vl’a-t-y pas que dans ma quête du « faut que je remette un slim bordel ça fait un an que je ne rentre plus dans mes jeans ! », j’ai acquis sur notre ami vente-privée.com un slim brut Lee pour la modique somme de 33 euros tout compris. Pour avoir pris une taille au pif, le moins qu’on puisse dire c’est que j’ai justement eu du nez (ah ah) : pile poil bien, du 30 au lieu du 27 habituel dans cette marque mais passons.
Mais pb : l’animal pour être brut, il est brut. Comprendre il laisse du bleu partout.
Donc je vous donne l’astuce : j’ai pu ravoir le dos de mon Billy gris simplement en le frottant avec un gant de toilette et du savon. Un petit rinçage toujours au gant. Et si il a été trop mouillé, un petit passage de crème essentielle Grison. Et hop, mon jean : « vas je ne te fais point », que je lui ai fait.
(par contre les coussins beige du canap’ Ikea, c’est une autre paire de manche… quelqu’un sait comment fixer la couleur ? outre le bain « sel + vinaigre » ?)

Goodie Bag 2 : allez, je relaie un communiqué de presse de Sarenza, savez, le magasin de chaussures. Des idées pour assortir chaussures et sacs à main (car oui, ils vendent des sacs aussi maintenant). Je ne pratique pas forcément, mais il y a des duos ou trios sympas :

17 commentaire pour “Les BDs en noir et blanc

  1. J’aime bien les BDs aussi: Gaston Lagaffe, Achille Talon, Boule et Bill and Co ça me fait rire.

    D’ailleurs les BDs « noires » ça me tente moins…

    J’adore les Chie Mihara…

    Bonne journée

  2. euh surtout pas de sel en même temps que le vinaigre ! (quand on teint c’est en même temps que le colorant qu’on met le sel parcequ’il permet à la teinture de bien entrer et s’accrocher à la fibre, mis après coup par contre il a tendance à créer de moches traces/marbrures). Tu peux essayer de remplacer le vinaigre par du bicarbonate de soude (la solution la moins chère : pharmacie, si t’as la flemme : des sachets de levure chimique). Et il ne faut pas hésiter à rincer plusieurs fois (la machine est plus efficace que de le faire à la main, mettre le vinaigre ou le bicarbonate dans le bas à adoucissant et faire uniquement un cycle rinçage).
    Et puis si ça ne suffit pas, les fabricants de teinture vendent du fixateur, ça peut peut être t’aider.

  3. Bonjour,

    Alors pour mes jeans, je les trempe systèmatiquement, dans de l’eau au vinaigre blanc. Ensuite lorsque je les lave en machine, je le met à l’envers et j’ajoute, un bouchon de vinaigre blanc (qui nettoie du coup la machine de son calaire !! ) et si vraiment je n’ai pas confiance, j’ajoute une lingette « décolorstop » RA-DI-CAL … Bonne journée

    Ps: petit lien utile:
    http://www.ijeans.fr/html/petit_mem

  4. Arf, en voyant Capucine, j’ai cru que c’était une BD de la dite Capucine, auteure que j’apprécie.
    D’ailleurs, elle avais sorti un livre qui s’intitulait « corps de rêve » qui racontait, excellemment, sa grossesse.
    Je conseille TRES vivement. D’ailleurs, toutes les femmes enceintes que je connais ou ai connues ont eu le droit à ce conseil. 😉

  5. J’ai abandonné mes BD depuis bien longtemps pourtant comme toi j’ai vécu mon enfance et mon adolescence au rythme des Tintin, Gaston et Astérix …

    Sinon, je craquerais bien sur les Chie Mihara…

  6. J’t’ai taguée… Voilà ! T’en fais ce que tu veux, mais je l’ai fait 😉
    Très chouette blog mais je ne te remercie pas parce que ayé, je suis o-bsé-dée par les bottes violettes mont saint michel que je peux pas me payer, là, et que je vais finir par craquer et le regretter…
    Damnit !
    ^^

  7. Sympa de repenser à Gaston et Mlle Jeanne, pas attirée non plus par Capucine, trop noir…
    Les jeans brut c’est pénible ça déteint partout, les sous vêtements, mon canapé beige n’apprécie pas non plus, malgrè le lavage ça continue. Je vais essayer le vinaigre blanc.

  8. Super choutte le petit duo Chie/Lamarthe ! Quand je serais millionnaire … (au moins plus intérimaire).
    Pour la BD, si tu as aimé Maus, tente (si ça n’est pas déjà fait) Persépolis, de Marjane Strapi : plus léger pour un sujet lourd également, j’ai adoré ! (et je n’ai épousé mon iranien perso qu’après!). Et puis pour rester dans du N&B pas manga : Fone Bone de Jeff Smith, une icône pour moi : entre situations gaguesques (de gag … ça se dit pas mais c’est pas grave) et fantasy, top ! Enfin, merci d’avoir parlé des idées noire de Franquin, on ne parle souvent que du reste mais elles sont très réussies. À lire par grand soleil quand même.

  9. « Maus » est en effet un grand classique qui devrait tomber entre toutes les mains …et comme tu le dis il devrait même être étudié au lycée …

    Pour Capucine je ne connais pas, vais peut être me laisser tenter ! :)

  10. J’aime bien les BD, aussi, mais j’ai commencé à gribouiller sur les livres reliés de mes parents. J’étais déjà snob, je crois !
    Par contre, Capucine me semble bien sombre … Je ne pense pas que je vais m’y plonger, par contre Maus … je vais voir.
    Merci pour ces idées, en tous cas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *