Epiphanie

Je ne sais pas trop par quoi commencer ce billet, j’ai peur que ce soit long et confus, et aussi de vous perdre en route. Et je serai peut être aussi parfaitement ridicule aux yeux de certaines pour qui c’est déjà totalement évident, tant pis.

simplicite

Bon, voyez les bouquins là ? Cela fait des mois (années) que j’en lis dans ce genre là, c’est dans l’air du temps et je ne dois pas être la seule. L’envie de simplicité, se détacher de la surconsommation, tout ça. Les expériences DeadFleurette et cie. Forcément, ça me parlait beaucoup, mais je restais prisonnière. Et surtout je ne suis pas extrémiste, je suis faite de compromis. La tolérance je crois est la valeur que je veux le plus mettre en avant. Je comprends les incohérences, et les apparentes contradictions des autres et de moi-même ne me choquent pas. Je crois que personne ne peut y échapper en fait, que cela fait partie de la vie et qu’il ne faut pas que cela nous empêche d’évoluer ou d’essayer de nouvelles choses. Le tout c’est d’avoir des valeurs certes, mais d’être tolérant envers les autres et soi-même.

Mais voilà. Malgré toutes ces lectures, je n’avançais pas. Je m’accrochais aux choses, à leur valeur sentimentale et ce qu’elles projetaient. Du moi que je voulais être en gardant ma guitare électrique ou mes affaires de dessin, de l’image que je voulais renvoyer en gardant de jolies robes que je n’avais pas l’occasion de porter, de mon passé de baroudeuse en gardant mes souvenirs de voyage.
Et tout ce que je pouvais lire sur la simplicité volontaire, le bonheur que ça procurait et le temps que ça dégageait n’arrivait pas à me faire passer le pas.

Jusqu’à la semaine dernière et un ultime bouquin : The Joy of Less de Francine Jay. Pourquoi ? et bien parce que ce n’est pas une succession de listes de ce qu’il faut avoir/garder, de recettes toutes faites ou l’éloge d’un mode de vie. Les premiers chapitres sont purement psychologiques, j’y ai enfin compris mon rapport aux choses, mon fonctionnement et m’en suis instantanément détachée. Une épiphanie en somme. Mais pour rassurer mon côté scientifique et rationnel, je vois ça comme une connection soudaine de synapses dans mon cerveau. Je VOIS les choses différemment. Radicalement. Et ai acquis un lâcher prise face aux objets et aux vêtements de façon quasi instantanée.
Je pensais qu’il allait me falloir une longue lutte, une rééducation en quelque sorte (moi qui suis défenseur de la thérapie cognitive et comportementale), mais même pas. J’ai refermé le livre au tiers et j’ai vu tout mon environnement, et plus loin que ça, ma vie quotidienne complètement différemment.

Nous avions déjà fait du “lean” avec mon mari. Issus d’une culture industrielle, on avait tendance déjà à voir le côté pratique des pièces et des objets et surtout de leur rangement. Mais l’affectif prenait souvent le pas. Et la maison de 140m2 occupée depuis 5 ans ne m’a pas aidée.
Depuis la semaine dernière, j’ai commencé un grand tri, avec un seul mot d’ordre : commencer en divisant par deux la totalité de nos possessions (OK, hors voitures, vélos et cie, faut pas déconner non plus) (heu, quoique. Par un concours de circonstances, j’ai mis en vente ma Twingo).

Exemple avec l’armoire à vaisselle/livres de cuisine/torchons et cie (mais toute la cuisine et le salon y sont déjà passés) :

armoire

 (au revoir la vaisselle de mémé qu’on n’utilise jamais, le jeu de vaisselle chinoise ramené de Chine et les cadeaux de Noël même pas ouverts, -50% minimum ! on doit pouvoir accéder facilement et sans hésitation ou manipulation à tout ce dont on a besoin)

J’y ai passé mon week end, je le fais en continu. Je ne supporte plus la moindre zone ou s’accumule du bazar, je me suis DETACHEE des choses. Je ne sais pas l’expliquer, cela fait des années que mon mari se bat et que je résiste et là : hop. Sans aucune arrière pensée, un sentiment de libération totale. Et là je le cite “après 15 ans tu arrives encore à m’étonner”.
Cela peut paraître excessif, soudain. Ca l’est. Mais c’est une prise de conscience tellement révélatrice que c’est irrépressible.

Alors je ne vais pas virer minimaliste pour autant. Je ne crois pas. Je vais trouver mon propre équilibre, cela a toujours été comme ça. Jongler avec mes occupations et mon métier. Continuer mes partenariats blog. J’aime toujours autant les fringues, hein. Mais j’ai une autre vision je crois, et il va falloir que je trouve un modèle, des compromis, on en reparle très vite !

Je sais que je m’expose en vous en parlant de la sorte, je prends le risque de changer d’avis, de pourquoi pas être ridicule, de livrer mes doutes et mon cheminement, mais finalement c’est ce qui fait le sel des blogs : l’absence de calcul et de préméditation.

PS : ah si, un truc quand même. Je ne PEUX PAS jeter, c’est impossible sauf exception. Du coup je donne (les livres à la bibliothèque, les draps/serviettes/vaisselle : c’est open bar pour la famille, les jouets à la garderie ou crèche) ou je revends. Et c’est plus ça qui prend du temps…

PPS : le livre n’est dispo qu’en anglais, mais comptez sur moi pour en reparler !!

PPPS (c’est sans fin) : je sais que c’est un peu une tendance sur les blogs, ce besoin soudain de “moins”, de minimaliste. Mais ça me rappelle un truc que j’ai lu dans un roman de Trevanian, cela parlait des employés des magasins de bonbons. Ou comment quand quelqu’un est embauché, au départ c’est all-you-can-eat, open bar, vas-y goinfre toi. Du coup après 15 jours d’excès et d’abus, le dégoût puis la régulation s’installe naturellement.
Notez bien que ça va fonctionner moyen avec un alcoolique qui devient barman. Tout dépend du degré d’addiction de la substance. Avec les fringues et le shopping, on navigue un peu parfois entre les deux…

PPPPS : ah oui nan, dernière chose, ce n’est pas une blague, promis…

64 commentaire pour “Epiphanie

  1. J ai vécu cela l’an passé…ce qui m a fait fermer le blog que j’ avais ouvert ;)
    Bravo en tous cas (changer, c’est le mouvement même de la vie non?) et gaffe, faire le tri, ça peut devenir compulsif!!!!!! :)

  2. ah je te comprends…je suis a fond dedans….pour le moment les vetements que je revends dans mon vide dressing ou sur ebay mais je vais attaquer la cuisine aussi tres bientot et me relancer dans les brocantes et la salle de bain, la cave…
    Mon mari a “le gardant”..perso c’est le contraire…ai besoin d’air depuis quelques mois et d’ordre….cela a un côté propre et rassurant…

    Ma soeur m’a prêté l’art de la simplicité…il y a deux ans, je vais le lire!

  3. ah je te comprends…je suis a fond dedans….pour le moment les vetements que je revends dans mon vide dressing ou sur ebay mais je vais attaquer la cuisine aussi tres bientot et me relancer dans les brocantes et la salle de bain, la cave…
    Mon mari a “le gardant”..perso c’est le contraire…ai besoin d’air depuis quelques mois et d’ordre….cela a un côté propre et rassurant…

    Ma soeur m’a prêté l’art de la simplicité…il y a deux ans, je vais le lire!

  4. Bonjour,
    J’avais lu “l’art de la simplicité” et cela m’avait bcp marquée… et tant mieux si la tendance est au moins.
    Merci pour ces pensées partagées qui sont un “cheminement” comme vous dites, on évolue on change et ça n’est jamais linéaire… Merci pour votre spontanéité !
    Maja

  5. Je me retrouve enormément dans ce que tu dis! Evidemment on ne passe pas au minimalisme en un claquement de doigts, et evidemment on ne va pas virer moine boudhiste en un mois, mais ce sont des idées, des principes qui infusent, et chacun son declic!

  6. C’est marrant,je suis dedans depuis 6mois et en te lisant je viens de prendre conscience que ce n’était pas dû qu’à moi mais que c’était dans l’air du temps,par contre je suis plus extrémiste et j’envisage carrément de vendre ma grande maison pour aller dans un appartement plus petit avec peu de choses dedans et contrairement à toi jeter ne me fait pas peur.

  7. Je te comprends tellement! J’ai fait ça tout l’hiver, du tri! Essayer de revenir à l’essentiel et de se débarrasser du superflu. Bon le truc c’est que tu rachètes des pièces, mais j’essaye d’acheter des basics de belle qualité que je vais garder des années et mixer au fil des tendances. Je crois que j’ai viré (vendu ou donné) 15 paires de pompes! et racheté 3…ça va ;-)
    Bon courage alors pour ce grand tri de printemps!

  8. Ah que j’aimerai en être a ce point du raisonnement mais j’en suis seulement a “il faut arrêter d’acheter quand ca plait juste..” Prochaine étape sans doute le tri mais pas tout de suite il me faut encore un peu de travail sur moi… Félicitations en tout cas et si le livre sort en Français fais nous signe !

  9. Pour avoir lu l’éloge de la lenteur de Carl Honoré et avoir trouvé ce livre plein de bon sens, je ne peux que comprendre ce besoin de détachement.
    Parce que oui, à un moment ce sont les choses qui nous possèdent et plus l’inverse :-/

  10. C’est vrai que ça fait du bien de faire du tri, du vide…mais je pense que ça arrive quand on a eu un “trop plein” depuis trop longtemps.
    Je ne suis plus étudiante depuis seulement deux ans, du coup, je commence à peine à pouvoir me faire plaisir niveau fringues. Bon là je commence quand même à bien accumuler, mais je ne me vois pas faire un grand tri…j’aime changer de tenues souvent, et même les choses que je ne mets jamais, je n’ai pas envie de m’en séparer… Je ne sais pas pourquoi mais je pense que c’est parce qu’il y a trois ans, je ne pouvais rien m’offrir, je m’achetais un jean quand le dernier avait lâché, j’avais 4 paires de chaussures que j’ai usées jusqu’à la moelle… Bref maintenant avec mon nouveau dressing rempli, je n’ai pas envie de faire du vide (même si ce serait sans doute utile, parce que dans mon petit appart ça déborde un peu), j’ai juste revendue deux/trois robes et une paire de pompes que je n’aime pas vraiment.
    Peut être que d’ici quelques années, je me tournerais vers ta philosophie… Mais ce sera quand je serais lassée de tout ce que j’ai!
    En attendant, j’essaye de me raisonner maintenant et d’investir de de belles pièces que j’ai choisies avec soin, les basiques qu’on met au quotidien. Et j’arrête les “oh le joli top imprimé!” ou “oh il est pas cher ce joli pull!” “il est marrant ce pantalon” parce que je me rends compte que ce ne sont en général pas les pièces que je mets le plus !!
    Bref go back to basics pour moi!
    Bon courage pour le grand tri!

  11. Je suis en plein dans la lecture de Zéro déchet, je ne peux que te suivre dans cette envie de moins posséder. Envie de s’alléger et de penser à l’essentiel

  12. ” on doit pouvoir accéder facilement et sans hésitation ou manipulation à tout ce dont on a besoin ”

    Alors ça, ça me parle énormément, et c’est ce que je suis en train de faire un peu partout inconsciemment, mais alors autant donner les fringues, c’est pas un problème autant tout le reste, ça me fatigue d’avance … J’avoue que je jette beaucoup de vieilleries … en douce parfois et jamais je n’ai de réclamation bizarrement comme quoi ;-)

    Pour exemple, j’ai dans mon coffre un sac plein de jeux vidéo à revendre car non utilisés. Il faut que j’aille faire la queue à Easycash ou faire une annonce sur le bon coin et après gérer, je commence à hyper ventiler rien que de l’écrire …

    Puis alors avec 2 mouflets dont un pré ado, ces messages ont du mal à passer :-\
    Tu m’as donné des idées avec ton placard à vaisselle car en effet, j’ai quelques tiroirs où je n’arrive même plus à ranger les couverts :)

  13. J’ai bien envie de faire du tri moi aussi, essentiellement dans ma penderie et dans le vaisselier. Ce qui me freine le plus, c’est le “et après ?” parce que trier, OK, mais après, quoi faire du carton de vaisselle mis de coté ? pour les fringues, hop, dans la bene pour les assoc (j’ai pas de choses de valeurs qui vaillent le coup d’être revendues) … mais le reste ? faire une brocante me saoule d’avance …

  14. Çà me fait beaucoup penser à un article que Coline a écrit il y a quelques temps. Pour elle c’est surtout une démarche écologique mais peu importe, c’est bien je trouve.
    Consommer mieux çà me parle, et faire le tri avant est indispensable je pense.
    Ceci dit pour vous blogueuse pro je trouve çà un tantinet schizophrène parceque rien qu’avec les sales vous êtes dans le hors norme :)
    Bon courage.

  15. tout cela me parle aussi, bientôt 4ans que je n ai pas déménagé du coup il va falloir que je fasse du tri aussi : )
    on a vite tendance a garder beaucoup de choses au cas ou et finalement on ne s en sert pas soit car on ne s en souvient pas soit on ne retrouve pas rapidement !

  16. Coucou
    C’est bien d’en parler ici… Pour ma part, je garde des affaires par “sentiment”, et ça depuis petite, car ça me rappelle un moment, un souvenir mais il y a des périodes où j’en ai marre, j’ai besoin de jeter/donner/faire le tri. Je me sens mieux après… Par contre, il faut que ça vienne de “moi”!

    En tout cas, bon courage pour la suite :-)

  17. Moi ça m’arrive de temps en temps ces pulsions du “je dégage la moitié des trucs qui ne servent pas” mais rarement et il y a des choses (sentimentales) avec lesquelles j’ai du mal à le faire. Et de temps à autre je saute le pas et ça ne me manque pas… Comme quoi !
    Ton bouquin m’intéresse pour arriver à être plus détachée du matériel/souvenir, hop dans ma liste Amazon.
    Après, là, pour un 1er avril, c’est peut-être un peu too much ?

    (et quand sort ton prochain essential by TBGB ? Histoire que je ne le loupe pas, celui-là ?)

  18. Ton idée me parle énormément, même si je n’ai pas suivi le même cheminement. Je n’ai jamais été dans la consommation excessive, mais là je viens de virer moine ! En effet on vient ENFIN de trouver un appart à nous après quasi 2 ans de recherche. Du coup, je n’achète plus rien, il faut économiser pour les travaux/l’ameublement, en plus il ne s’agit pas de charger la mule avant le déménagement. Mieux, il faudrait même faire un grand tri, histoire de pas trimballer des trucs bons à jeter. Dans les fringues bien sûr, la vaisselle ebrechee qu’on ne sort plus, mais aussi les papiers (j’ai encore les quittances de loyer et les factures edf de mon appartement d’étudiante il y a…14 ans).

    Bref, envie et besoin de faire le tri par le vide. Surtout que ça ne me coûte absolument pas de renoncer aux achats vestimentaires ou autres, je ne pense que parquet, peintures, cuisine…
    (Sauf qu’après j’aurai un vrai dressing, j’espère ne pas avoir la tentation de le remplir ras la gueule…!)

  19. Je rejoins le cortège des adeptes de cette démarche, difficile mais sans aucun doute nécessaire. Cependant, je m’interroge : n’est-ce pas incompatible avec la fonction de bloggeuse, qui demande de présenter des pièces nouvelles en permanence, qui est à l’affût des dernières tendances ? J’ai découvert il y a peu le site “l’armoire essentielle” – les filles qui ont écrit “Ma to-do list du dressing” et je suis complètement en phase avec leur idée de ne s’offrir que de très belles choses qui durent…Mais le renouvellement et les achats permanents ne sont-ils pas le moteur même de la plupart des blogs mode ?

  20. ah je bénis chaque jour ma petite maison sans garage ni cave, qui m’oblige en permanence à faire du tri pour continuer à respirer ! Et avec une famille qui s’agrandit, on arrive vite à l’essentiel… Mon seul point noir, comment diminuer la place occupée par la paperasse ???

  21. Ce que j’aime c’est que tout le monde fait les mêmes choses en même temps. Le problème ce n’est pas l’accumulation ou le tri, ce sont nos valeurs et être en ligne avec elles.
    On peut aimer les habits,en acheter des tonnes, mais il faut savoir les mettre ou alors les revendre ou les donner.
    On peut faire du zéro déchet ou manger bio parce que c’est bien de le faire mais si ce n’est pas dans nos valeurs, ça ne durera pas.

  22. Encore une qui va me motiver ;-)
    (j’adore lire les billets de Balibulle sur le sujet de sa penderie et ça me motive à mon échelle, sans parler de Coline aussi :-P )
    En ce moment je lis “l’art de l’essentiel” toujours de Dominique Loreau (j’ai déjà lu il y a un bout de temps “l’art de la simplicité” aussi)
    Le “Zéro déchet” est dans ma wishlist
    J’espère que “The joy of less” sera traduit un jour… je ne me sens pas assez à l’aise en anglais pour ça… (d’autres lectures oui mais là j’ai peur de passer à côté)

  23. ARf, tu me fais envie. Quand je vois tout qu’il y a dans la maison et les dépendances. Un énorme tri s’imposerait. Je le fais de temps en temps. Mais j’aurais besoin d’un vrai détachement comme celui que tu décris.

  24. Je suis un peu sceptique et je sens que cette date du 1er avril n’est pas pour rien dans mon scepticisme.
    Je m’interroge. Comment toi qui achètes sans cesse, aurais tu soudainement envie de faire du vide ?
    Est-ce sincère et durable ? Est-ce un trop plein, une accumulation jusqu’à l’écœurement qui te font réagir ainsi ?
    Il y a quelques temps dans un billet nous étions plusieurs à te faire la remarque que tu achetais démesurément, comme une sorte de boulimie. Aurais tu enfin pris conscience et serais tu au stade de l’overdose ?
    Si tel est le cas je ne peux que te féliciter et je pense alors que la suite logique sera la fin de ce blog, puisque plus d’achat, plus de partenariat, plus de cadeaux, …
    Une nouvelle vie s’offre à toi alors !

    (P.S : ton placard à vaisselle était surtout et avant tout en bazar ;-) )

  25. Toi, Coline, Balibulle, The Glamourous.
    En même temps.
    C’est l’époque.
    Compliqué pour toi et Coline qui vivez de partenariats et de présentation de nouvelles pièces.
    Balibulle, c’est plus comme “nous”. Elle veut plus s’encombrer de trucs qu’elle met pas. Je la comprends. Mais je crois pas qu’elle ait jamais surconsommé comme vous.

  26. Bonjour Walinette ce n’est peut être pas le bon endroit pour te demander cela mais je suis très intéressé par le haut vichy EIM ma seule contrainte et que je suis au boulot sans ma carte bleu ;( peux tu s’il te plait me le réserver jusqu’à ce soir 19h00 ???????? un gd merci et ceci en passant je partage exactement ton point de vue sur la consommation et je trouve ça très bien que tu oses le faire partager !!!
    Cécile

  27. Je viens de déménager, on a donc du faire pas mal de tri, en donnant des meubles, livres, films qu’on n’aurait de toute façon jamais revus… ça fait du bien, et je me rends compte que ça ne me manque pas du tout !

  28. Je suis impressionnée et j’adorerais pouvoir faire la même chose que toi.
    Il faut que je lise le livre…
    Par quoi as tu commencé ton tri ? comment as tu pu choisir ? as tu hésité à garder certaines choses ??
    Mille mercis pour tes réponses…

  29. j’ai été accro aux fringues assez tôt et même si ça se voit moins pour certains pour qui je reste assez fringues addict dirons nous ,moi je sais bien que j’achète beaucoup moins et que je me pose de vraies questions avant d’acheter: est-ce que ça me correspond vraiment? est-ce que je vais le porter? est-ce que je peux l’assortir facilement avec ma garde robe (quoi vous n’avez jamais acheter un tee shirt et acheter les éléments qui allaient avec quand vous vous êtes rendus que le dit tee shirt n’allait, ben, avec rien de ma garde robe? moi OUI.) Je pense que oui ça me conduit à peut-être moins d’extravagance parce que je ne veux pas devoir acheter le sac, les shoes qui iront avec (déjà fait) et que si je sens que y a un truc qui cloche dans ma tenue ça m’irrite vraiment. Mais ça me conduit aussi à un style qui est plus le mien, que je vais garder encore un certain temps (je n’ai que 20 ans donc le côté très rock passera peut-être à la trappe un jour) et qui me permet de mélanger facilement mes fringues comme j’essaye de le montrer sur mon blog. Alors oui je ne serai peut-être pas à la pointe des tendances mais il vaut mieux adopter les tendances qui se marient le mieux à notre style habituel pour faire durer nos pièces, non? Et pour le reste quand je vois la multitude d’objets inutiles dans la cave de mes parents je vais essayer de prendre note et de vider au fur et à mesure comme tu dis :)

  30. Je veux, j’attends, je cherche cette même révélation…pas tellement sur le fouillis-fouilla, plus sur la compréhension de soi, le détachement, pouvoir agir sans se poser de questions, toujours les mêmes questions, les doutes, les hésitations !
    Au final, même ton post est plus clair, direct et concis qu’à l’accoutumée, je trouve…
    Ça donne envie en tout cas ! Continue à faire de tout, une évidence, ça te réussit pas mal :)

  31. Je ne le trouve pas ridicule du tout ton post : moi aussi j’ai du mal à me détacher de mes objets en tout genre mais quand je décide de faire un grand ménage de printemps, je me sens légère et apaisée.
    Les vide – greniers, c’est cool aussi pour se débarrasser de toutes ses affaires.

  32. Oh comme je te comprends, par chance je suis sentimentale et je m’attache aux choses, mais je hais encore plus voir les choses s’accumuler chez moi (peut-être le traumatisme de 9 déménagement en 2 ans), dans les placards, dressing etc, je fais le tri tous les mois, pas parce que je m’y oblige, mais parce que j’en ai vraiment besoin, je suis une maniaque sur ce point, je m’en rend compte en écrivant, mais je n’aime pas avoir des choses qui ne servent à rien chez moi, alors je trie, je vide, je donne et je vend (brocantes, ebay, boncoin …) et cela me permet de me faire plaisir et de m’acheter des vêtements, une sorte de cadeau à moi-même, mais pas de cercle vicieux :)
    Mais c’est vrai qu’avec un blog et des articles à faire, acheter plus et tentant, pour l’instant je résiste !
    Désolé mon commentaire est un peu long :/

  33. Ne voit rien de négatif ou d’agressif dans mon commentaire, mais “faire le vide” “se détacher des choses” etc. sont à mon sens des valeurs à la mode, mode que tu suis toujours en tête de liste miss ;)

    J’espère que faire un peu de vide te permettra d’être mieux, tous nos petits pas servent à ça.

    Des bises parisiennes

  34. Bravo, je trouve ta démarche audacieuse, courageuse car pas facile.
    C’est aussi le cheminement spirituel qui est à mes yeux intéressant et salutaire :)

  35. Bonheur de lire ce type d’article ! Je suis moi-même devenue comme ça il y a quelques années. J’étais, avant, obsédée à l’idée de conserver les choses, de prendre soin de “souvenirs” matériels (des souvenirs de voyages ou d’activité ou de fringues, hein).
    Je ne sais plus bien comment le déclic s’est produit pour ma part.
    On voit effectivement pas mal ça sur les blogs en ce moment. Je l’ai lu sur Balibulle, d’une certaine façon, ou une conscience écolo affichée sur EPPC de Coline, et j’ai découvert (aujourd’hui même !) Mango and salt qui a une certaine façon d’approcher la consommation (même si ce n’est “que” à travers la nourriture, pour ce cas-là).

    Je pense également que c’est un phénomène de masse. Qu’après une surconsommation générale et globale (qui n’a rien d’enrichissant à proprement parlé, et ne provient que d’une psychologie et un fonctionnement lié à nos sociétés occidentales), on ne peut qu’en arriver lentement à se dire “mais, pourquoi, au fait ?!”.

    Je valide totalement ta révélation, de ma petite vie d’ancienne étudiante et chômeuse à Bac + 5, qui adore les fringues, suis avec assiduité plein de blogueuses françaises et étrangères, et vit par procuration et avec beaucoup de joie de petites éclosions de… de… liberté ?

    ;) J’attends avec hâte une suite, bientôt ou pas, de ce processus !

  36. (Oh et je valide également le fait de ne pas jeter ! Pas besoin d’ajouter des déchets alors même qu’on est de bonne volonté ! Emmaüs et autres associations fondées sur la vente de dons sont ravis d’accueillir divers objets/vêtements/meubles qui seront revendus à prix cadeau à des gens qui, pour le coup, en ont besoin.)

  37. Processus en cours aussi chez nous. Pas avec les vêtements, parce que je crois être assez raisonnable. J’achète quelques pièces par année. Comme je travaille surtout à la maison, je peux “finir” les vêtements chez moi à mon bureau.
    Je découpe les torchons, serviettes, draps, draps de bain usés en grands carrés et les dépose dans une caisse dans le local à outils. Le stock s’épuise très vite à entretenir maison et jardin et je n’achète jamais de chiffon.
    Mon grand souci, c’est… les livres. Ou plus exactement les livres de poche. Je lis beaucoup et je les ai tous gardés depuis une trentaine d’années au point qu’ils sont classés à plat et sur deux rangées dans les Billy d’Ikea; il y en a des centaines et des centaines. Pendant longtemps je n’ai pas voulu me séparer d’un seul d’entre eux, ils me sécurisaient. Petit à petit, j’ai réussi à m’en détacher.
    Maintenant, quand j’ai un moment (je suis incapable d’y passer une journée entière), je trie un rayon, j’en garde un ou deux (histoire, poésie, etc…) et je mets les autres dans des sacs. Quand une dizaine de sacs sont prêts, je vais à une association locale, genre Emmaüs, qui vend de la brocante, mais qui a aussi une jolie librairie d’occasion.
    Petit à petit je redécouvre des beaux grand livres et je peux bien les ranger sur les rayons libérés.
    un jour je m’attaquerai au local à outils…
    Sweet dreams

  38. Article parfait pour la semaine de développement durable ;)
    Plus sérieusement, j’aimerais bien aussi “apprendre” à me détacher des choses pour pouvoir jeter plus facilement.

  39. moi mon problème sont les affaires de mes enfants ……dessins, bricolages de Noel, Pâques, Kermesse ……vêtements, j’entasse et n’arrive pas à me séparer ……mes enfants on 9 et 7 ans, ça en fait des tonnes de truc. Mais là vraiment c’est dur. Sinon j’ai un budget shopping annuel, je pense, inférieur au budget mensuel de la plupart des lectrices donc c’est easy ! 300/400 euros par an ça fait 1 ou 2 paire de pompes, un sac tout les 2/3 ans et pareil pour les manteaux , des basics essentiellement noir mais j’aime bien mon “dressing” ( haha dressing …bref) du coup je réfléchis vachement avant d’acheter et chaque achat est une MEGA fête, je ne me sens pas frustrée pour autant, simplement je me suis fait une raison, c’est comme ça et c’est tout. Ce n’est pas méchant mais pour beaucoup de filles le problème du dressing vient peut être simplement d’avoir “trop” les moyens….en tout cas j’aspire aussi à virer les trucs inutiles pour “respirer” !
    Bon courage dans ta quête !

  40. Bonjour Cécile,
    Ton post me parle comme jamais!
    J’ai également fait un grand ménage dans mon dressing/shoesing (pour le reste je suis plutôt raisonnable). Ça m’a pris il y a un mois, comme un déclic violent après une réflexion lente et aux blogs que j’avais pu lire sur le sujet (EPPC, balibulle et ses 2 portants, une chic fille…) et je me suis aperçue que j’achetais surtout pour “avoir” (le même sac que.., les mêmes chaussures que..) ou pour “être” de manière virtuelle comme … .
    J’ai la chance d’avoir un budget conséquent mais c’est paradoxalement aussi mon piège: ne jamais avoir à choisir, à faire attention, comme un enfant qui n’aurait aucune limite…
    J’essaie maintenant d’être moins impulsive sur l’achat, mais surtout, surtout, j’ai enlevé instagram ‘le grand tentateur’ de mon portable et je crois que c’est le plus grand service que je me suis rendu !!!
    Maintenant, il va falloir tenir sur le long terme, et pour cela, mon objectif est de financer les achats uniquement par les ventes, au moins pendant un moment, le temps d’apaiser la fièvre acheteuse qui s’était emparée de moi et m’a fait acheter des choses qui ne me correspondent pas du tout. Pour moi la question reste: comment être sûr d’acheter ce qui nous plaît vraiment à nous tout en gardant un oeil sur les tendances afin de ne pas nous mémériser trop vite (j’ai à peu près le même âge que toi)
    J’espère que nous raconteras la suite de ta démarche, c’est particulièrement intéressant surtout avec ta position délicate de blogueuse mode à l’affût des dernières nouveautés ou autres “bons plans”.
    Bonne journée!

  41. On n’est jamais ridicule quand on est sincère, et ceux qui prétendent le contraire n’ont rien compris :D
    Ta franchise et tes hésitations sont au contraire si touchantes qu’on a envie de te lire encore plus loin. Parce que laquelle d’entre nous ne s’identifierait pas à des hésitations, hein…

    http://www.mamzette.com/blog

  42. Ah ! C’est marrant, mais j’ai fait la même chose…et mes copines aussi, mais c’est parce qu’on a toutes passé le cap des 40 ans ! Il y a comme un déclic à cette âge!
    En fait, on y voit plus clair et tout ce qu’on a accumulé devient comme de la “pollution” et c’est fou comme on se sent super bien après un grand nettoyage et j’ai pas mal jeté…sans regrets !
    Maintenant, j’ai un logement “propre”, beaucoup plus d’espace, c’est bizarre car je me sens comme apaisée chez moi…désormais, je zappe les magasins et rayons déco. C’est en rénovant que je me suis rendu compte de “la pollution visuelle des objets” de mon appart, le ménage quotidien était devenu invivable…
    Bon courage, mais ça vaut vraiment le coup ! Il vaut mieux investir dans une belle oeuvre d’art que tu ne cesseras de contempler que 36000 merdouilles…qui vont finir par t’étouffer…

  43. Je trouve au contraire que tu n’est pas du tout ridicule et tes hésitations sont très sincères, d’autant qu’en dehors du phénomène de mode “épure” qui devient un leitmotiv pour certains branchés; je pense que le trop-plein de fringues et de tout, ou justement, le fait de ne pas avoir de limites, créé cette réflexion. Moi ça a commencé il y a 2-3 ans, mais j’ai vraiment agi au début de l’été dernier, quand j’ai trié toute ma salle de bains, et ça m’a fait un bien fou!
    Pendant les vacances d’été, j’en ai profité pour terminer les flacons entamés et quel bonheur que d’arriver avec 4 gels douches en fin de vie et de ne repartir qu’avec 1!
    Maintenant je range régulièrement et trie petit à petit tout. Le problème de l’achat compulsif ou de mode qui vient d’une envie parce qu’on a vu sur l’insta d’une telle qu’elle possédait tel truc, c’est nul. Et même si on fait toutes des vides-dressing et dons de divers objets, on ne va pas à la racine du problème en vidant “ça” qui nous encombre, l’esprit, la vue, et la vie. J’ai remarqué que j’aime plus les autres, que je travaille mieux et que j’ai moins de sentiments négatifs quand je me sens en phase avec moi-même, dont cette envie de moins mais mieux, consécutive à la pensée erronée de plus et mieux…
    Bonne soirée!

  44. Je sais pas, moi ça me paraît plutôt contradictoire avec l’idée même d’un blog mode comme le tien qui est orienté vers la boulimie vestimentaire. Vider ses placards c’est sympa mais j’ai hâte de voir si ça va au delà de la mode passagère. Je pense déjà que la clé c’est de diminuer de 90% l’achat de vêtements, quand on a 3 jeans, 2 jupes, 3 robes et quelques hauts ça suffit amplement. Moi je vais être franche, je ne viens pas sur ton blog pour voir tes looks mais pour te lire, toi, la personne sympathique que tu sembles être. Moi ça ne me gênerais pas que le blog change sur cet aspect. Je trouve même parfois que les blogs mode sont indécents, quand je vois le nombre de fringues qui défilent avec des prix toujours plus fous et qu’une grosse partie de la France s’habille chez emmaus, ben ça me fait mal au coeur, il faut rester raisonnable et arrêter les excès et voir ce qui est vraiment important dans la vie :-)

  45. Lorsqu on a construit notre maison, j ai dit à l archi que le point le plus important serait les pièces rangements !!! Donc un sous sol complet, un dressing à l entrée qui permet à tout le monde de laisser tomber sac, chaussures, vestes sans que cela soit au passage et un grand cellier directement connecté (!) à la cuisine. Résultat bcp de rangement et tout le reste qui parait aéré. Finalement c est ca le luxe, car quand je regarde des photos de maison je craque plus pour les espaces épurés que pour les endroits pleins de petits et grands trucs un peu éparpillés partout.
    Néanmoins, il faut quand même faire le tri régulièrement…… le point noir chez moi, c est le dressing…… mais j y travaille !!!
    £Bonne journée a toi.

  46. Je lis ce genre d’articles sur les blog mode depuis des années…et suis toujours aussi perplexe. Car l’expérience démontre que les bloggueuses ayant eu cette révélation finissent par continuer de consommer “autant” (je considère que quand on consomme avec un tel excès, diviser par 2 les possessions ne change fondamentalement pas l’état d’esprit).

    Et après avoir fait du tri, que peut-il se passer ? Soit tu continues d’accumuler, au moins via les partenariats (même à supposer que tu en réduises le nombre, ils devraient être encore conséquents si tu veux continuer d’en vivre), jusqu’au prochain gros tri (avec un nouvel article à la clé évoquant le trop plein ?). Soit tu revends tes acquisitions au fur et à mesure que les nouveautés arrivent, mais dans ce cas-là on ne pourra pas dire non plus que c’est un réel détachement aux choses.

    Je ne trouve pes ces démarches réalistes ni cohérentes. La solution cohérente serait la fermeture du blog, ou sa réorientation vers des thèmes non matériels ?

  47. Pingback: Decluterring | I love stilettos

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>