BA et réflexion de croissance

[Note : des personnes – que j’apprécie – m’ont demandé de relayer cette opération. Ceci est fait à titre gracieux, je précise.]

Le titre est curieux, mais c’est pour amener une base de réflexion.
J’ai beau être ici une blogueuse mode, par essence écervelée et à la consommation de chiffon pour le moins frénétique, il m’arrive (tout de même) de me poser parfois des questions de société. Sur notre économie basée sur exclusivement sur la croissance, croissance d’habitants, de biens, de production. Ce qui en simplifiant doit bien mener un jour dans le mur.
Dans le genre je me suis donc intéressée aux objecteurs de croissance et cie (taper donc « décroissance » dans wikipédia, aller chercher un plaid et des recharges de thé, vous en avez pour la soirée).
Bref. Séduisant, mais non satisfaisant. Utopique, dirions-nous.

Du coup on se pose les questions suivantes :

– Pouvons-nous consommer utile, sans polluer
– Quid des pays émergents ?
– de la croissance réservée à certains domaines (médecine ?)
etc, etc… le sujet est bien évidemment beaucoup trop complexe.

Ou plus concrètement : doit-on privilégié un pull hors de prix fabriqué en France avec des matières nobles plutôt que d’acheter 15 pulls H&M (demande celle qui fait allègrement les deux). Doit-on absolument fermer nos frontières et ne pas contribuer au développement d’autres pays qui vivent grâce au commerce extérieur. C’est sans fin.

Mais tout de même une piste. Qui relie justement les 2 points de ce billet (et je sens que j’ai perdu du monde en route) :

– imaginez que vous pouvez contribuer à la fois à la croissance de votre pays, donc à son économie. Sans passer par l’achat de biens manufacturés, et en contribuant au bien-être d’un enfant, de quel pays qu’il soit.

C’est un peu l’idée. On raye un item de la wish-list de noël et à la place on aide à l’opération d’un petit malade. On contribue au financement de son voyage, de sa prise en charge, de son opération.
Contribuer à une économie qui se voudrait réparatrice si on veut bien, en donnant à des associations qui font aussi fonctionner la France, ses transports, ses services.

Je sais bien que l’on n’a pas forcément besoin d’argumentation de ce genre pour donner à Noël. Je sais également que les appels aux dons sont particulièrement nombreux à cette période de  l’année.
Sauf qu’on touche ici à des enfants (et quand on devient mère, Dieu sait que la sensibilité n’est plus la même), et à un altruisme envers le Monde sans exception qui me parle profondément. Il s’agit donc de La chaine de l’Espoir, qui organise une opération durant les 24 jours de l’avent pour récolter de quoi opérer 24 enfants qui souffrent de pathologies diverses. Au total il faut 110 000 €, il reste 9 jours, et si on en juge par le bandeau qui illustre ce billet, on est encore loin du compte.

Pour faire un don, on clique ICI*.

*(et n’oubliez pas que le don en question est déductible des impôts à hauteur de 75%)

8 commentaire pour “BA et réflexion de croissance

  1. L’opération est louable, mais c’est seulement maintenant qu’ils s’y mettent pour l’appel au don ??? 😕
    Ils ont une marraine avec une certaine visibilité médiatique, c’est un peu bizarre que l’opération soit lancée si tard dans l’année.
    Mais je le répète, appeler à faire le bien autour de soi est toujours une belle initiative :-)

  2. Merci chère Walinette au grand ♡;-)

    @Modeuse, si tu as l’occasion de cliquer sur le lien tu verras que cela a commencé le 1er décembre( d’où le clin d’oeil aux traditionnels calendrier de l’avent), cela dit on peut aider TOUTE l’année, héhé;-)

  3. @ alexandra : ce qui m’étonnait en fait c’est la notion « compte à rebours » de cette opération, voilà tout :-)

    @ Gaspard : je ne souhaite parler au nom de personne d’autre que moi, mais le don c’est une action personnel, le fait de savoir si un tel ou une telle a donné va-t-il vraiment t’aider à passer une bonne soirée/nuit ? 😉

  4. Dans ce mois de décembre propre aux dépenses irraisonnées et à la surconsommation (et j’y participe allègrement, hein…), ça fait du bien de se poser 5 minutes et de réfléchir. Merci Walinette !

  5. Deuxieme annee ou ne feterons pas Noel, pas de cadeau, pas de repas de fete, meme avec des enfants c’est possible. Nos enfants ne sont pas du tout traumatises et trouvent egalement que cette debauche de consommation en cette periode est plutot mal venue. Alors c’est vrai que pour relancer l’economie si tous les foyers agissent de la sorte ca va etre difficile, mais c’est un choix que nous avons decide de refaire. Il y a 2 ans cela avait attere notre entourage et avec le recul, quand j’en parle les gens se posent de bonnes questions quand a leur consommation.
    Pour les bons aux associations, c’est bien d’y penser en cette fin d’annee, mais tout au long de l’annee c’est encore mieux :-)

  6. Je me pose tous les jours (enfin…presque !) la question concernant l’achat d’un pull cher made in France ou de plusieurs pas chers made in ailleurs, c’est aussi revenu très fort dans les débats politiques ces temps-ci… sans avoir la solution toute faite on est d’accord !
    Et la période est effectivement propice au don, même si effectivement toute l’année c’est encore mieux…mais 1 fois c’est mieux que rien !

  7. Pingback: 24 jours pour 24 enfants » Les bloggueurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *