Désencombrer (sa maison)

C’est un billet que je vous avais promis : revenir sur mon désencombrement et vous donner quelques pistes. Pour mémoire, suite à la lecture de The Joy of Less, j’avais passé 5 week ends à désencombrer totalement (ou presque, il reste le cas du dressing, il faudra qu’on y revienne) ma maison et à diviser par deux toutes nos possessions. Je crois que mon mari, moins matérialiste et plus zen, n’attendait que ça. Il m’aura fallu 38 ans pour lâcher prise.

cuisine

(la cuisine et le plan de travail. Ne sont sortis QUE ce dont on se sert tous les jours. Notez que pour gérer les papiers, rien à faire on a besoin d’une zone tampon, du coup j’ai installé une trieuse en bois La Redoute au coin, cela permet de contenir le courrier et autres listes de courses, et c’est vidé une fois par semaine)

Il est bientôt temps de faire un second balayage, le « merdier » (copyright Roland Magdane) ayant tendance à revenir sournoisement par toutes les ouvertures de la maison.. Mais globalement, le geste, l’idée est restée. Une fois qu’on a goûté au confort que la simplicité procure :  les surfaces vides et accueillantes, le bien rangé qui fait qu’on trouve TOUT tout de suite, l’absence de choix qui libère de l’énergie… Et bien on ne peut plus je crois revenir en arrière.

Mais quelques pistes je vous disais… Commençons déjà par :

1. LE DECLIC :

J’ai toujours été accumulatrice. Petit écureuil. Je ne sais pas pourquoi. Enfin, par insécurité sûrement. Alors que maintenant c’est totalement l’inverse. J’ai besoin de ne pas être encombrée pour me sentir en sécurité, avec peu, on est mobile. Tout est déjà trié, on déménage quand on veut, si on veut, on n’est pas plombé à un endroit à cause des choses qu’on a accumulées. Si vous avez déjà dû trier une maison suite au décès d’un proche, ou aider de vieilles personnes à déménager, vous savez ce dont je parle…

Mais le déclic je disais, et bien cela a été de réaliser ceci :

=> Que sont les objets ? Des choses inertes, sans sentiments et qui doivent ME SERVIR, me simplifier la vie. Je ne leur dois rien. Si ils m’encombrent, que ce soit l’espace physique ou mental car ils nécessitent un entretien, ou me rappelle un souvenir désagréable (ou pas, même) => DEHORS. Je n’ai plus de scrupules. Même si c’est un cadeau, ça ne me rend pas service, ça plaira peut être à quelqu’un d’autre.
Et si je sens que je me pose trop de questions à propos d’un objet, je le vends/donne/jette. En gros si j’y pense plus que nécessaire, c’est que je dois m’en séparer. La vie est trop précieuse pour se la gâcher avec des considérations matérielles.

=> Je mets de la valeur dans l’espace. Où est le luxe désormais ? Tout le monde a trop de tout.. Et bien c’est d’avoir de la place. De la place sur les plans horizontaux (une table vide qui invite à la cuisine, à l’écriture, plutôt que d’être encombrée par moultes papiers). Un espace vide et calme, qui laisse court à ses rêveries. Un espace où on voit d’un SEUL coup d’oeil ses possessions et où on ne s’énerve jamais à chercher quelque chose.

2. LA METHODE :

Je suis totalement contre le « petit à petit ». Genre un tiroir par ci, un meuble par là. NON. Car non seulement on voit à peine le changement et le bien être que ça procure mais ça ne permet pas une vue d’ensemble de ses possessions.
J’ai divisé par « zones », voire carrément par pièces, mon désencombrement. Ca m’a pris 5 week-ends. En gros il faut taper dedans ! Je me suis mis comme règle générale de diviser par deux. Mais ce n’est pas immuable et c’est personnel. Les multiples expat et rachats qui en découlaient ayant amplifié notre encombrement.
Le fait de faire « par zone » (cuisine, salle de bain, cellier, entrée….) a permis un tri drastique. Le genre qui te fait réaliser qu’avec les voyages, les box en tout genre, les rachats car on pense que c’est perdu… j’avais accumulé pas moins de 5 pinces à épiler… Ca vaut pour les économes, les règles, les carnets… Bref.. ne garder que le nécessaire, QUE CE DONT ON SE SERT VRAIMENT. Le reste, et bien c’est de l’encombrement qui coûte : pour le stocker, l’entretenir, le temps passer à chercher.

=> Après j’ai utilisé la méthode japonaise du 5S :

5S

1. SEIRI / TRIER : je sors TOUT de la pièce (ou des placards), je regroupe par catégorie, j’élimine les doublons, ce qui est abîmé, ne sert pas. On élimine l’inutile.

2. SEISO / NETTOYER : vu que c’est vide, c’est plus facile de faire un nettoyage de fond ^^

3. SEITON / RANGER : mais pas tout bêtement dans des boites, on REFLECHIT à l’usage qu’on fait des choses. On s’en sert tous les jours, plusieurs fois par jour ? Ca reste sorti, sur le plan de travail ou dans un tiroir à hauteur de main, près de l’endroit où on s’en sert.
Une fois par semaine ? On le range, mais pas trop loin.
Une fois par mois / an ? On stocke plus profond.
En gros on hiérarchise ses possessions.

4. SEIKETSU / STANDARDISER : oui, bon là on voit qu’on est dans une pratique industrielle… En gros on pourrait dire qu’on fige par exemple sa routine beauté/maquillage pour gagner du temps. Et qu’on étiquette, rend évident son système de rangement, tout doit être facilement visible.

5. SHITSUKU / RESPECTER : s’agirait de ne pas remettre le bazar ! En gros on s’auto-discipline. On finit d’utiliser quelque chose, on prend le réflexe de le ranger DE SUITE et de ne pas le laisser traîner. On garde le réflexe de ne pas encombrer à nouveau.

=> Et je COMPARTIMENTE ! Les tiroirs, les placards. Je créé des « modules » . Par exemple les affaires d’hiver du petit : bonnet/gants/écharpes, l’été ça se transforme en lunettes/casquettes sont dans un panier du tiroir de l’entrée, dans le panier à côté, les affaires (tel, portefeuille, lunettes de soleil…) de mon mari, etc… Ce dont on a besoin pour sortir est près de la porte d’entrée, et chaque personne a son module. J’ai également quelques sacs de course en tissu à cet endroit. Je recycle toutes les boites et leurs couvercles (les boites NAP, les boites des Box, etc… au pire on trouve tout chez Ikea ou Muji pour faire joli) pour tout compartimenter donc. Cela vaut pour le goûter du petit, les affaires de patisserie, etc.. et tout est identifié par une étiquette. Notez que les boites ne sont pas FERMEES, mais laissées ouvertes dans les tiroirs/placards, ce sont des compartiments.

Le but étant d’être capable, les yeux fermés même, de savoir où tout se trouve, sans avoir à retourner tout un placard. Vous n’imaginez pas les économies de geste, et d’énergie que cela procure.

3. LES BLOCAGES :

=>Le sentimental : Je vous ai dis que je n’ai pas laissé le sentimental empiéter sur le bien-être que je ressentais. J’ai gardé une boite à souvenirs tout de même. Et jamais cela prend trop de place ou j’ai un doute : je prends en photo.

=> Le « oui, mais si j’en ai besoin un jour ? » : et bien je crois que nous vivons dans une société où il est très (trop ?) facile de racheter cette chose, si vraiment on s’est trompé. Si c’est occasionnel, on peut toujours l’emprunter et si vraiment on a un doute, on peut toujours garder un carton marqué d’un point d’interrogation, avec l’obligation un an après, si on ne l’a pas ouvert, de s’en débarrasser sans même l’ouvrir (hop, Emmaüs).
Et quoi-qu’il arrive, le coût du rachat sera inférieur au coût que cela aurait représenté de tout garder…

Cela va faire un an, et je crois qu’il ne m’a RIEN manqué (à part à mon mari dans un excès de zèle qui a même balancé un carton de bouquins qu’il voulait en fait garder ^^ il s’est fait prendre dans le mouvement, mais remarquez qu’au final il a oublié). J’éprouve toujours autant de plaisir à ne rien chercher le matin dans ma salle de bain, tout ce dont j’ai besoin est visuellement accessible. Le tiroir de la cuisine est net. Je ne m’énerve plus jamais à chercher quelque chose.
Ce n’est pas encore parfait. Je n’ai pas réglé le problème des fringues (et avec le changement de situation, ça ne simplifie pas forcément la démarche, comment diantre s’habille-t-on pour un entretien d’embauche ??) et quelques tiroirs se sont malgré tout un peu remplis (les cosmétiques…). L’arrêt du blog en version pro devrait m’aider à régler ce dernier problème, car je n’ai pas réussi à suivre à la lettre le ONE IN => ONE OUT. Mais le pli est pris, je ne supporte pas de voir des choses trainer sur la table basse, les papiers qui s’accumulent, j’aime avoir l’esprit et l’intérieur net et tranquille.

4. LES RESSOURCES :

– Le livre The Joy of Less de Francine Jay donc. Qui m’a plus « parlé » que les livres de Dominique Loreau car plus pragmatique.
– Le Blog Into-Mind et particulièrement ce billet.
– Le 5S résumé sur Wikipédia
– Le sketch de Roland Magdane « Le Merdier » (si si… je n’ai pas trouvé la vidéo mais le texte est ici )
Foule Sentimentale, la chanson de Souchon

On parlera de l’addiction au shopping une prochaine fois si vous voulez.. en attendant « LEARN TO LET GO » !

PS : pour tout ce qui est partage de look du jour, tenues etc.. je vous invite désormais à me suivre sur Instagram, le support s’y prête mieux. Plus de spontanéité, c’est un réseau social où on enjolive certes, mais cela représente plus ma vraie vie.

PPS : Oui, le vide-dressing est plus que jamais actif ! je brade ce qui reste (le code SOLDES donne 50% sur tout) et je mettrai en ligne plein de nouvelles choses la semaine prochaine. Je vais tenter je crois de diminuer de moitié là aussi… de l’espace dans un placard qui permet de voir d’un seul coup d’oeil les pièces qui sont mises en valeur, ça doit être génial aussi non ?

EDIT  du 27 janvier : le code n’est plus valide, mais je viens de mettre en ligne plein de nouveautés

51 commentaire pour “Désencombrer (sa maison)

  1. Merci pour cet article!
    Je suis pile dans cet état d’esprit, nous venons de changer les meubles de place, et cela change tout! J’ai envie de simplicité!…

    Je vzis soumettre ton schéma à mon mari, parce que mon gros problème ce sont les choses qui trainent! (j’ai testé les paniers dans l’entrée -avec étiquettes!- mais bizarrement, ça ne fonctionne pas vraiment… :p)

    Bises!

  2. Très intéressant cet article !
    Pour ma part, je suis, et j’ai toujours été, une accumulatrice mais en parallèle je suis une adepte du grand rangement. J’accumule donc et réguliérement, très régulièrement, je trie, je jette, je donne.
    L’avantage aussi de vivre dans un appart et non dans une (grande maison) c’est que tu n’as pas trop le choix ! Le manque de place t’oblige à garder l’essentiel.
    Quand je vivais chez mes parents, je mettais tous les trucs dont je ne me servais plus mais qui pouvaient toujours servir (sait-on jamais ?!) à la cave… ma sœur, mon père et ma mère faisant pareil, je te dis pas l’état de la dite cave :-)

    PS : 1ére phrase, « Il est bientôt temps », non ?

  3. J’aimerais bien que mon mari ait ce déclic … Parce qu’être minimaliste et vivre avec un accumulateur, c’est pas simple tous les jours. Chez moi, le désencombrement et la simplification, c’est naturel. Mais pour lui, c’est IMPOSSIBLE. Seule exception chez moi : les Kickers (mais j’me soigne ; surtout maintenant que j’ai vraiment trouvé le style vestimentaire que j’aime et qui me correspond, ça aide).
    Je n’ai jamais eu besoin d’allumer la lumière quand je veux quelque chose, que ce soit dans mon armoire (enfin si, pour choisir la bonne couleur de t-shirt, vaut mieux allumer un peu quand même), ou dans mon placard de cuisine.
    Une phrase m’a faite sourire : « Tout est déjà trié, on déménage quand on veut, si on veut, on n’est pas plombé à un endroit à cause des choses qu’on a accumulées. » Moi, j’ai toujours dit que je voulais pouvoir déménager avec juste mon coffre de voiture (bon, mon déménagement m’a prouvé que je suis utopiste sur ce coup-là, mais ça donne l’idée), ça me donne un sentiment de liberté.

  4. ça me tente énormément tout ça , et ça me fait peur aussi (peur de « manquer » peur de regretter) mais surtout, je n’ai clairement pas le temps : tu dis que ça t’a pris 5 week-ends !!! et je pense que c’est ce qu’il faudrait aussi pour le faire chez moi mais grosso modo, ça correspond à mon temps libre sur 1 an … et je ne suis pas prête à « perdre » un an de temps libre !

  5. Merci pour ce retour d’expérience, je suis tout à fait d’accord avec toi, tu nous donnes de précieux conseils.
    J’ai un déménagement qui se prépare, et je vais en profiter pour désencombrer, au moins de mon côté et pour les pièces communes car je ne pense pas que mon conjoint soit du même avis, du moins concernant son garage…

    Bref, j’avais surtout une question à te poser :
    j’ai bien compris la démarche concernant les objets « utiles », dans la cuisine, sdb, les papiers… Mais comment as-tu procédé pour le reste? La déco ,les livres?
    Merci pour ta réponse.

    • De la manière en fait ! j’ai une malle de déco au grenier « pour faire tourner » et les livres on n’en a gardé que le tiers… tous ceux qu’on souhaitait relire ou faire passer, le reste => Emmaüs

  6. Tu es sur la bonne voie.
    Mais fais gaffe à l’excès inverse, celui d’une vie trop organisée, trop ordonnée, qui ne laisse plus de place à aucune fantaisie et où le moindre geste du quotidien s’inscrit dans un protocole quasi-militaire !
    Point de vue allergies, une fois les rangements terminés, tu devrais observer un mieux général suite à la diminution logique de COV dans l’air ambiant, et c’est la cerise sur le gâteau !

  7. Tout ça m’intéresse beaucoup, je vais prendre des notes. Mais est-ce que tu as fait de même pour les affaires de ton fils? J’ai un petit garçon du même âge et j’ai surtout l’impression qu’une grosse partie du problème vient de sa chambre ….

  8. Tout cela est fort sensé et j’adore ton approche 5S du truc (ok ca m’a rappelé les cours en IAE 😉 ….j’aurai du mal avec les cadeaux…. meme ceux qui ne sont pas moi et sortiront difficilement de leur carton: j’aurai peur de faire de la peine.

    Sinon moi je suis bien curieuse de voir comment tu vas concilier ton gout pour la mode avec les us et coutumes des entretiens d’embauche.

  9. Aloha!
    Punaise ça me parle trop ton article. Ca faisait un moment que je suivais ton blog mais jamais j’ai eu l’idée de commenter.

    Mais là, ton article va me sauver ma life. Ca fait 1 an que j’essaie de ranger cette SALETE d’appart! Ma dernière tentative remonte à il y a 1 mois où j’ai enfin donné des t-shirts de quand j’avais 15 ans (j’en ai 32 maintenant bien sûr que ça ne me va plus -_-)

    A chaque fois, je me perds donc je commence à aller sur internet, je me mets à danser sur de la musique, … Bref l’efficacité c’est pas mon fort.

    Merki :)

  10. Super article! Merci, c’est pile poil ce dont j’avais besoin pour me mettre un petit coup de pied aux fesses et continuer ce que j’avais déjà commencé. Mais qu’est ce que c’est dur de se séparer de certaines choses…

  11. Bravo!
    Je suis passée par la même phase de rangement / désencombrement / élimination que toi il y a quelques mois.
    Je déménageais après avoir vécu 10 ans dans la même maison.
    Lorsque j’ai commencé à faire les cartons, j’ai réalisé que l’on avait accumulé beaucoup trop de choses (dont on ne se servait pas… on avait une très grande cave, le piège). Je n’en voyais plus la fin.
    Et là j’ai ressenti le besoin de faire le tri!
    Ca a été mon déclic!
    Et ça fait un bien fou. On est fier de soi une fois le tri terminé et le gain de place réalisé.
    Mon nouveau chez moi est épuré, rangé, organisé(bon pas toujours le cas dans la chambre du petit mais ça c’est bien normal).
    Ca circule! On s’y sent bien.
    C’est fou mais j’arrive à me séparer des choses beaucoup plus facilement depuis ce déménagement. La prise de conscience.
    Maintenant, il s’agit de garder les bons réflexes.
    Merci de partager avec nous.
    C’est toujours un plaisir de te retrouver.

  12. Ca fait envie, mais comme une de tes lectrices plus haut, 5 we de libres ? moi aussi, il me faut 1 an au moins pour trouver le temps nécessaire. Et puis j’ai 3 enfants, dont 2 filles pré-ado, donc tout les bidules genre pinces à cheveux, brosses, pince à épiler existent en 10 exemplaires au moins, dans chaque chambre, dans les salles de bain :-) le joyeux foutoir…. sans parler des jouets, jeux, livres….
    mais j’aimerais vraiment arriver à avoir des pièces communes mieux rangées, moins encombrées, il faut que je songe sérieusement à tout ca, merci pour ton post !!! et continue de temps en temps à nous donner des nouvelles :-)

  13. je te comprends, moi j’ai tjs été comme ça, je range tout au fur et à mesure, la maison est tjs dégagée et globalement, j’ai peu de doublon, et je trouve tjs tout à sa place quand je le cherche. c’est vrai que c’est super agréable, effet pervers : quand il y a du bordel qui s’accumule, je me sens mentalement pas bien, ça me dérange vraiment….

    • Je suis comme toi ! J’ai un seuil de tolérance très bas au bordel… et c’est régulièrement source de conflit avec mon mari qui est très bordélique (genre, j’utilise un couteau, je le laisse sur la plan de travail au lieu de la mettre directement au lave-vaisselle, j’ai fini un livre, je le laisse sur la table plutôt que de le ranger dans la bibliothèque… ça me rend dingue !).

  14. j’ai découvert la méthode 5S grâce à une de tes lectrices qui a laissé un commentaire récemment à un post similaire et j’ai dévoré l’article wikipedia relatif…..merci à toutes les deux!
    p.s.: est-ce que tu pourrais annoncer tes nouveaux posts sur instagram (où je suis abonnée à ton feed)comme le font les américaines? ça m’évitera de râter tes (désormais rares) articles. merci.

  15. idem que Calou, j’ai déménagé, fait appel à un copain décorateur et le tri a été drastique! Même si non je ne vis pas dans un univers zen, dépouillé, j’aime mais c’est pas mon truc, mais j’ai divisé les objets par deux… après y’a la façon de les agencer, mieux vaut rassembler des objets de même famlle qu’éparpiller… pour le dressing idem… suis passée par exemple de 25 à 10 sacs de 7 speakers Im à 1 etc etc…

  16. Je travail dans la qualité et tout ça me parle!! même si je n’ai pas envie de reproduire la roue de Deming chez moi (ce qui équivaudrait à ramener le boulot à la maison!) je pense que tu es effectivement dans la bonne dynamique.
    Pour ma part j’habite avec mon homme dans un 40m2 et il n’est pas du style « rangeur » du coup même si j’applique depuis longtemps le concept « tu utilises, tu ranges » ce n’est pas simple tous les jours…alors je fais des compromis!! mais c’est certain: j’adorerai avoir une cuisine aussi épurée que la tienne!!!!

  17. Merci pour cet article qui me parle beaucoup, de gros changement de vie, et le besoin de faire le tri s’est imposé…Un premier gros tri a été fait, j’attaque mon dressing mais c’est plus compliqué 😉

    J’ai trouvé après plusieurs semaines de réflexion ma solution pour ranger les chaussures…et donc j’ai du faire du tri et jeter ces vieilles paires qui ne sont plus portables ou celle qui me tue les pieds ( et que je ne mets pas donc…)
    La je déménage et c’est l’occasion de (re)faire un tri dans tous ces livres les dessins les trucs bidules…

    J’ai découvert que si on veut se servir de quelque chose il faut qu’il soit accessible sinon on le laisse au fond de la boite…et ce qui reste au fond de la boite ca sert à rien…

    Je veux me simplifier la vie sur certaines choses : la cuisine, le ménage (moins d’objets déco « inutiles »..) mais je vx garder une part de choix et de « liberte » sur mes envies de coutures, de tricot… 😉 Mais promis c’est rangé!! 😉 😀

  18. Quelle motivation pour le We qui vient !
    Merci en tout cas pour ces conseils et cet « exemple » … Mais comment fais-tu par exemple pour les « oeuvres » créatives de ton fils ? Moi j’en ai 2 de 8 et 10 ans et mon coeur de mère se brise chaque fois que je dois « faire disparaitre » un de ses adorables souvenirs de moments de leur enfance (et ils sont très très productifs, alors qu’une autre partie de moi rêve d’un intérieur épuré, voir minimaliste …

    • J’en garde un par an dans la boite à souvenir et pour ceux qui sont réussis/symbolique, hop, photo qui ira dans le livre-photo de l’année 😉

  19. Je comprends tout à fait cet envie de désencombrement. Mais n’y a-t-il pas une contradiction entre cette envie/ce besoin et tes photos sur Instagram où tu présentes des looks différents et de nouveaux achats de manière relativement fréquente ?
    Merci de ton éclairage ! :-)

    • Je me permets de rebondir sur ton commentaire… Je ne vois pas où est la contradiction si Cécile fait du tri régulièrement (le fameux one in -> one out).
      Je suis une grande adepte des fringues, et j’achète pas mal de choses, donc je tourne beaucoup aussi. Mais je suis aussi une adepte du rangement et du désencombrement (je ne supporte pas d’avoir un placard plein, ça m’oppresse). Ce n’est pas contradictoire du moment qu’on adapte sa « consommation » de mode à son mode de vie. Donc, dans le même temps où j’achète : je donne, je vends, etc… pour garder l’espace clair.
      C’est sûr que ça demande plus de temps, d’organisation que le minimalisme d’une garde robe où quasi rien ne tourne, mais pour le moment, ça me convient ! 😉

  20. Très intéressant ce post, j’ai fait un peu pareil lors de notre dernier déménagement, mais c’est plus dur pour les livres et la déco.
    Et sinon je te suis sur Instagram, mais en tant qu’ancienne lectrice de ton blog (depuis ta grossesse) je trouve ça déstabilisant de ne jamais voir ta tête sur ces photos.
    Bon courage pour tes entretiens d’embauche !

  21. Ah ça me parle vraiment tout ça !
    On a déménagé l’été dernier pour un appart plus grand mais sans cave, ça oblige à faire un sacré tri. Et c’est vrai que ça fait du bien. L’aménagement n’est pas terminé, mais ce week-end on a vidé les derniers cartons du séjour, réorganisé la déco, …et jeté pas mal !
    Je n’ai plus envie d’être encombrée. Il me reste à repenser la partie bibelots/souvenirs/cadeaux déco. Je me dis qu’une sorte de petite vitrine devrait faire l’affaire, chaque nouvel arrivant nécessitant le départ d’un ancien…

    Je me suis mise à Instagram, pour pouvoir vous suivre toi et Clara. C’est vrai que c’est beaucoup plus spontané, mais je n’arrive pas à commenter. Ca me semble moins nécessaire ou justifié que sur le blog, ou alors j’y ai moins de légitimité, je ne sais pas, ça viendra peut-être !

    Tu nous raconteras tes entretiens d’embauche ?

  22. Bonjour CEcile, je suis en phase aussi même si le travail me semble dantesque. On (mon mari en fait!) a du faire ce travail pour le garage ce mois ci (3WE déjà) car on transforme toute notre maison et ledit grand garage se transforme en une chambre d’amis et un suite parentale. Vide garage impératif avant l’arrivée des artisans.
    Beaucoup de boulot encore dans la maison. Dans le futur agencement j’ai aussi demandé beaucoup de placards fermés car avec deux jeunes enfants et pas trop de temps les biblio ouvertes sont des expos a bazar.
    Un truc que j’ai réussi a trier : les draps ! C’est fou comme c’est résistant ces trucs là, j’en avais encore de la période étudiante (j’ai 42 ans), en très bon état, sauf qu’aujourd’hui je suis adepte du lin lavé plutôt anthracite et sûrement pas de la housse de couette à motifs fussent ils des lignes ou des carreaux. Direction emmaus! Prochaine étape les livres… Je ne les relirai pas, j’ai des listes de livres nouveaux à lire un jour… Qui pourraient m’emmener jusqu’à la retraite mais des fois je me dis, et si les enfants voulaient les lire plus tard ? Erreur, ma fille de 9 ans ne lit pas mes bibliothèques roses ou vertes, elle me demande des livres actuels de cette collection. Alors mes livres de poche adultes…
    Les magazines : j’adore les mag de deco et j’en avais gardé des tonnes, j’en ai toujours mais j’en ai jeté beaucoup aussi, ça ne vieillit pas vraiment bien ces choses là. On a aussi fait le tri de la vaisselle mais là c’est pour en faire rentrer de la plus actuelle, plus en phase avec nos goûts d’aujourd’hui.

    Et puis enfin, s’agissant du côté sentimental, j’ai un mari qui a quitté le Canada pour venir s’installer ici il y a presque 12 ans et qui a tendance à considérer chaque chose comme un vestige de sa vie d’avant. Pas touche !

    Bref il y a du boulot. Merci pour toutes ces références !
    Je suis contente de voir que tu n’arrêtes pas complètement le blog.

  23. J’adore cette philosophie.
    Je suis issue d’une famille de paysan chez qui, par définition on conserve tout. Puis un jour mes parents ont divorcé et il a fallu déménager… plusieurs fois…
    Je crois que le déclic a eu lieu à ce moment là. Et puis, ça s’est renforcé quand je suis devenue étudiante et que je vivais la semaine à un endroit et le weekend à un autre. Tout ce qui m’était nécessaire devait tenir dans une valise et un sac à dos. Et finalement, c’est là qu’on se rend compte que notre essentiel est bien peu de choses.

  24. Pingback: Déco | Pearltrees

  25. Pingback: Un invincible été » Lecture : L’art de l’essentiel, de Dominique Loreau

  26. Pingback: La méthode des 5 « S » | Chachou Minimaliste

  27. Pingback: Surconsommation, désencombrement et minimalisme | Zijenlly : Petits blablas de filles autour d'un thé…

  28. Super article en ce moment j’essai de désencombrer chez moi par contre j’ai un grand obstacle devant moi c’est mon mari ( puisque c’est ça maison a la base) je ne peut rien jeter ou donner, il veut garder tous les vieux truc qu’il a accumulé dans sa vie c’est très dure a vivre pour moi.

  29. Pingback: La liste des 40 ans | mon blog de maman

  30. Pingback: Désencombrement et minimalisme • Blog féminin, beauté bio et vie minimaliste Grenoble

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *