Désencombrer

C’est tout moi ça. Alors oui, je vous annonce avec tambours et trompettes que j’ai eu la révélation, que j’ai vu la lumière et tout ce qui va avec – rien de moins – et je vous plante, là, comme ça, sans nouvelles.
Et bien, ça me tient toujours. Je vide, je trie, j’organise, j’optimise. Ca me prend au minimum une de mes 2 journées de week end. J’ai quasi fini cuisine et salon, la salle de bain, le cellier (ouh là, gros chantier, le cellier), le dressing de mon mari. Je garde le meilleur (?) pour la fin : ma penderie et mon bureau (on va rigoler).

sdb

(la salle de bain : n’est à portée de main QUE ce qui sert tous les jours)

Il faut quand même vous donner une idée du problème de base : un garde meuble en France à notre départ en 2003 pour la Chine. Départ se faisant uniquement avec 2 valises, mais avec un 1/2 container au retour.
Puis de la Chine au Mexique, même combat : 2 valises à l’aller, une grosse caisse de déménagement à l’arrivée. C’est comme ça qu’on se retrouve avec 3 home cinéma : un français, un chinois et un mexicain. Le mexicain étant le seul capable de tout lire (parce que nos DVD avec les zones du monde entier, bref). A la consolidation de tout cela en 2008, quand on a tout récupéré, on a déjà fait un paquet de colis au Relais et Emmaüs. Mais y ‘a pas, il y a encore du boulot, même si je crois, on arrive à la fin*.

Mais comme je vous le disais, outre le désencombrement, il faut tout repenser, trier, selon les principes « lean » : à savoir, garder à porter de main tout ce qui sert tous les jours et rien de plus. Dans un tiroir mais pas trop loin ce dont on se sert genre une fois par semaine/mois et stocker (mais bien y réfléchir avant) ce qui sert une fois par an ou de manière saisonnière (décos Noël, ski…).
Je crois que ça me plait énormément de réfléchir à tout ça et d’essayer de l’optimiser. C’est là qu’on se rend compte qu’on avait gardé l’habitude de mettre les tablettes du lave-vaisselle au fin fond du cellier (à l’époque où Aurèle était bébé, on avait tout mis hors de portée), alors que désormais elles peuvent reprendre une place plus pratique sous l’évier. C’est bête, mais quand on y réfléchit : le nombre de bâtons dans les roues qu’on se met dans la journée **.
Autre exemple : j’avais un panier en osier dans ma salle de bain où tout était en vrac : maquillage, pinces à épiler (au nombre de 3 ! merci les box beauté), élastiques à cheveux. Bref. Je m’énervais chaque matin à tout retrouver.
Je n’ai gardé QUE ce que j’utilise tous les jours, dans 2 petites boites Muji minimalistes avec compartiments et qu’est-ce que je me sens mieux !
(et j’ai donc viré 2 pinces à épiler sur 3 hein…). Je vois d’un seul coup d’oeil ce dont j’ai besoin. C’est le but d’ailleurs : dans chaque tiroir ou armoire, sans même l’ouvrir je dois avoir une vision claire de ce qu’il y a à l’intérieur.

Je tiens bon avec l’objectif de ne garder que 50% de nos possessions. Je suis même un peu au delà pour le moment. Un oeil neuf et impitoyable, une envie irrépressible de me simplifier la vie. Et croyez-le ou non, cela change même ma façon d’être et de penser : je suis beaucoup moins stressée, énervée, beaucoup plus zen. Le fait d’être moins « contrainte » par les objets libère du temps libre (oui, enfin, hors la journée de tri chaque semaine), je reprends du temps à lire, observer la nature, ne rien faire (et ça fait un bien fou).

En revanche et en corollaire : j’ai commencé à m’intéresser aux déchets et au bio. Cela vaudra un billet prochainement mais pour le moment, ahem, pas franchement une réussite (les serviettes périodiques compostables suédoises, comment vous dire, quant à la moon cup, je ne suis pas encore mûre !)

* j’ai fait mon deuil du service entier dédié à la cuisine chinoise ou à ma boite mexicaine « spéciale pour garder les tortillas ». Si je ne m’en suis pas servie ces 5 dernières années, je crois que c’est mort, je ne m’en servirai jamais. Et c’est pas avec les 3 recettes exotiques que je connais…

** Il faut quand même que je précise un écueil, je ne sais plus actuellement où diantre stocker mes patates. Oui, je sais, j’ai des problèmes moi !

41 commentaire pour “Désencombrer

    • J’avais beaucoup de mal aussi il faut que je fasse un billet sur ce qui m’a décoincée 😉
      (j’ai regardé la vidéo…. arf… faut que j’essaie .. un jour)

  1. Il y a les serviettes lavables aussi… (ça demande juste un peu d’organisation comme les couches lavables pour bébé en gros :-P, la cup : je vais pas tarder à tester je pense, faisant partie de celles qui enchaînent les petits soucis avec du traditionnel…)

    J’ai finalement commencé à lire le livre… qq passages qui me passent au-dessus (avec mon anglais, je m’y attendais un peu) mais je comprends l’ensemble. Pour l’instant, c’est la phase digestion, je pense que ça me prendra plus de temps pour un déclic (à moins que d’ici la fin de la lecture…),et je ne l’appliquerai que sur certaines « zones » pour commencer (ça donne des idées par contre sans pour autant tout appliquer de suite)

    Pour les pommes de terre, le seul endroit où elles ne verdissent et ne germent pas, c’est le bas du frigo pour nous… sinon je peux planter la moitié du sachet… j’ai pas de cave à bonne température… (et galère pour le vin, on stocke pas trop actuellement… faudrait un frigo « cave à vin »)

    • Ce sont les premiers chapitres qui m’ont décoincée ! après bon, tu as compris le système 😉 mais c’est vraiment sur l ‘aspect psychologique de l’attachement aux choses que j’ai compris beaucoup de trucs !
      Sinon, on a une cave à vin depuis 5 ans, c’est pas mal. Sauf que le thermostat est déréglé/pété et que maintenant on a un frigo ! :-/

  2. J’aurais bien aimé voir un avant/après de la salle de bains :)
    Pour ma part mon déménagement l’an dernier m’a aidé à faire un grand tri.
    Et pour les vêtements à chaque fin de saison je donne ou vends ce qui n’a pas été porté. Et voila, ça permet de ne pas s’encombrer de choses inutiles.

  3. En plein désencombrement aussi.
    Avec deux enfants en bas âge il y a un sacré roulement d’objets et de cartons de vêtements.
    J’ai testé la cup. J’avais plein d’appréhensions à la noix, au final ça va tout seul, je me demande pourquoi je n’ai pas sauté le pas plus tôt!

    • ah.
      J’ai commencé à me renseigner en fait, mais entre la foulitude de modèles et la polémique à la noix sur le stérilet…. *soupir*

  4. Coucou!

    C’est super cette démarche. Moi je commence doucement à le faire, mais n’ayant pas eu « une révélation » comme la tienne, je suis plus modérée. J’ai fait un premier tri dans mon armoire mais un second va s’imposer. Par contre dans la salle de bains, pas de soucis, je passe aux produits bio, sans silicone, sans paraben… Mais du coup, gros gros problème, que faire des produits dont je ne me sers plus… Comme toi je déteste jeter et je ne sais à qui donner, surtout qu’il y a des produits neufs (merci les box.. heureusement j’ai arrêté l’abonnement)
    Tu as fait comment toi pour tes 2 pinces à épiler par exemple? et pour les produits de beauté, le maquillage ?

    • Le truc c’est que comme tout le monde j’imagine, je triais/rangeais régulièrement, mais là je suis devenue radicale et sans état d’âme. Les objets/affaires sont là pour me rendre service, je ne leur dois rien, je n’ai pas à m’en encombrer en fait.

      Après je donne tout à mon entourage : ma maman/copines et surtout ma belle mère qui fait un second tri pour les nièces/neveux/belle famille, les voisins et le reste part chez Emmaüs. En gros, y’a quasi rien qui part à la déchetterie.

  5. Je suis dans le même état d’esprit que toi, car nous allons emménager dans un nouvel appartement dans 6 mois et je viens de prendre rendez-vous avec Emmaüs pour nous débarrasser de tout ce qui nous encombre. C’est marrant, j’ai également commandé des boîtes Muji que je trouve très pratiques, et je n’ai aucun mal à me débarrasser de ce qui ne sert à rien, je respire mieux lorsque tout est plus clair.

    • Après un moment ça devient même vital. Là je garde mon bureau pour la fin, limite j’arrive plus à bosser tellement le bazar m’insupporte (surtout que tous les trucs à vendre atterrissent là)

  6. j’ai suivi des heures de formation en « lean management  » au boulot et suis même lean reférent manager !!! j’ai bien du mal à me l’appliquer, un comble non ?? !!! Je suis tout de même ne train de commencer la démarche avec mon dressing puis viendra celui des filles et celui du prince charmant bordélique ;=)
    belle journée
    anne-gaelle from nouméa

    • Ah oui mais c’est top le lean !! (cool, y’a quelqu’un qui me comprend).
      En fait c’est juste du zen appliqué à l’industrie quoi, mais avec un parcours scientifique ça me parle limite plus que Dominique Loreau

  7. je vide aussi bcp, je donne et je revends en brocante aussi, petit budget oblige.
    c’est assez agréable de faire ce vide, les enfants apprécient et donnent plus de valeur aux choses.
    se détacher de l’immatériel c’est salvateur je trouve.
    bon courage pour la suite.

  8. Super ta démarche de simplifier la vie! Et quand tu dis qu’on se mets beaucoup de bâtons dans les roues çà me parle beaucoup!
    J’ai commencé à avoir le virus moi aussi… Je n’ai pas encore tout optimisé mais j’avance petit à petit et puis pour une personne comme moi qui a du mal à jeter et qui pense à « Et si j’en ai besoin… »

    • C’est la gangrène ça le « et si ? » « Peut être un jour ? ». Nope. Même si ce jour arrive cela ne vaudra pas toutes les emm*** qu’on aura eu à stocker et trimballer ces trucs !

  9. Hâte de voir ton cheminement dans le bio. Mais ça se fait petit à petit,depuis ma grossesse en 2009, je m’y suis mise, et ça a été progressif : légumes, puis féculent etc, les produits de beauté étant ma nouvelle étape d’abord les crèmes et maintenant le maquillage. La moon cup sera la suite logique ,surtout suite à l’article de coline, mais l’idée doit continuer à mûrir…

    • Merci pour l’info ! j’avais zappé l’article de Coline, je suis allée lire du coup 😉
      Le bio, pour les fruits et légumes ça va (quoique les emballages au secours) mais les cosmétiques j’ai du mal à trouver de bons équivalents. J’ai mis genre 20 ans à trouver ma routine avec mes produits alors reprendre de zéro :-/

  10. Tu sais pas où mettre les patates ? Tu prends une de tes robes sac-à-patates (ou encore ta jupe longue plissée Pimkie), tu mets les patates dedans, tu fais des noeuds pour boucher les trous et tu ranges ça sous l’évier par dessus les tablettes, de sorte que si l’envie prend Aurele de vouloir déguster ces derniers, il tombe d’abord sur la case patates crues, ce qui serait tout de même un moindre mal… :)

  11. J’ai vécu la migration de l’ appart à Paris à la grande maison à la campagne, avec l’ivresse de tout garder qui peut l’accompagner!
    Ceci dit, tout à des limites (quand on a plein d’enfants 😉 ) Du coup, le principe « lean » dont tu parles est un idéal vers lequel je tends!

  12. Perso, j’ai toujours eu besoin d’un environnement épuré, donc jeter ou éviter d’acheter ce qui remplit inutilement l’espace et l’esprit n’a jamais été difficile pour moi… excepté pour les bouquins ! Là, je bloque, je ne peux m’en débarrasser même lorsque je sais que je ne relirai jamais certains d’entre eux. La solution existe cependant : j’ai fait l’acquisition d’une liseuse il y 3 ans, un vrai bonheur… !

  13. En plein déménagement actuellement, je n’ai rien eu (personnellement) à virer tellement je désencombre au fur et à mesure. Je suis comme Alix D., j’aime quand c’est épuré.
    Par contre, j’avais osé espérer que ChériBibi désencombrerait aussi, ben c’est râté : il a fait des efforts sur 2-3 choses, mais c’est tout (genre, faut déménager la vieille PS2 et ses jeux, des fois que ça prenne de la valeur plus tard …). Ah, ces hommes …

  14. C’est rigolo, quand je te lis « découvrir » toute cette optimisation, je me dis que je suis une lean qui s’ignore depuis ma naissance (haha) : en fait j’ai toujours fonctionné comme ça, avoir à portée de main les choses qui servent tous les jours, le reste, rangé, point barre.
    J’ai organisé ma maison comme ça, y compris dans la distribution des pièces et dans la conception de ma cuisine. Exemple sur les plans de travail, j’ai :… rien à part la cafetière, le panier à fruits, la corbeille à pain, la fontaine à soda et BASTA.
    Tout le reste, robots, plats vaisselles etc, c’est dans les placards (en adoptant le meme systeme : les plus utilisés devant, les moins utiles derrière ou au fond).
    Et mes patates sont dans un placard de la cuisine et s’y sentent très bien ! 😉
    Sinon je suis une jeteuse compulsive (même parfois trop).
    Ah oui, et la règle d’or que je tente de faire comprendre à mes filles : JE NE RANGE JAMAIS ! Ben non, puisque tout est toujours remis à sa place dès que j’ai fini de m’en servir (enfin, en ce qui concerne mes affaires… quoi). Mais ceci dit si chacun remet à sa place après utilisation, personne ne range jamais et finies les râleries !
    Bon courage !

  15. Comme Lily je suis une jeteuse compulsive sauf de mon mari fouille dans les déchetteries ! Je trie et il récupère (lol) Suite à un cambriolage j’essaie matériellement de ne rien avoir qui me ferait mal si je devais perdre certains objets. Alors c’est bête mais j’ai mis dans un coffre à la banque, un bracelet militaire qu’on pouvait séparer en deux et qu’on envoyait à la famille si le soldat était mort au combat et un tout petit flacon de parfum (Lancôme déjà) offert en 1949 et conservé par Grand-Mamy durant des décennies par un amoureux transis ! Malgré un divorce j’aurais quand même bien aimé que les cambrioleurs ne partent pas avec nos deux alliances bénies lors de la cérémonie religieuse et sans réelle valeur, à part le poids minime de l’or. Cela m’a fait de la peine affectivement mais pas matériellement !

  16. Alors là je dis bravo ! Avec les beaux jours, j’ai tt doucement commencé à faire le tri dans les placards pour la Cacahouète et pour moi (hiver/été, trop petit, plus envie, toussa et tt). Mais pas prête à aller plus loin pour le moment.

    Brrrr… ton dernier paragraphe m’a donné froid dans le dos… Je ne connaissais l’existence ni des unes ni de l’autre. Et là je dis : sans moi ! Je pratique les tampons depuis l’adolescence, et pourtant je n’ai tjs pas sauté le pas pour le stérilet. Et alors la MoonCup, NO WAY ! Ou alors il faudrait vraiment que j’ai un souci soudain d’intolérance aux tampons. Erk !

  17. moi je suis du genre à ne garder que l’essentiel depuis toujours (ma mère était toujours inquiète quand je lui proposais mon aide pour ranger ses placards ^^), ce qui est agréable, c’est que du coup, c’est tjs rangé chez nous (ou presque, les enfants ont le droit à du bordel dans leur chambre).

  18. Pour les vêtements je ne suis pas très stricte. En fait ça dépend du vêtement. Par exemple je m’étais fait faire il y a un quart de siècle une belle jupe crayon noire, un chemisier, une ou deux robes en Thaïlande. Le tout en soie magnifique. Ce n’est plus à la mode, mais les vêtements me vont toujours et j’ai un plaisir four à les remettre de temps à autre. Même chose pour les pashminas : j’en avais acheté quelques-unes lorsque c’était la mode et je les conserve précieusement, pratique à emporter avec soi si on risque d’avoir froid, douillet, facile à entretenir.

    Pour les patates, je fais comme ça: en gros, elles doivent être au frais et dans l’obscurité. Donc quand j’achète ma réserve en automne, j’en ai trop pour les mettre au frigo; en plus elles sont encore terreuses (j’achète au producteur). Donc j’ai une petite caissette en bois que je mets contre le mur nord de la maison, j’ai mis un peu de sagex sur les côtés, le dessus et le dessous de la caissette pour protéger du gel et je revets le tout d’une vieille couverture qui les protège de la lumière. Bilan conservation parfaite tout l’hiver. Bien sûr, j’ai un peu froid quand je vais les chercher.
    Dans les textiles que je trie, certains sont « déclassés » mais ne quittent pas la maison: en gros, c’est tout ce qui est en pur coton – linge de maison, t-shirt. Je transforme en chiffons qu’on consomme beaucoup depuis qu’on a une maison.
    Belle soirée

  19. Pingback: Désencombrer (sa maison) | The Beauty and The Geek

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *