6 ans : un anniversaire Star Wars

By popular demand : voici la récap de la journée de samedi dernier… Je ne dis pas que je ferai ça tous les ans (et ne le ferai certainement pas d’ailleurs), mais 6 ans c’est un cap, le petit est toujours A FOND dans Star Wars (et the Clone Wars, collatéral de l’abonnement CanalPlay) et cette année j’avais la possibilité de m’investir en amont en préparant pas mal de trucs. Et allez, j’ai gagné en compétences : je sais désormais faire du papier mâché et du papercraft…

anniversaireStarWars1

J’avais donc fait une liste, en 10 points SVP, avec un fil conducteur et quelques jeux. Notez bien qu’on était munis de 6 gamins, dont 4 surexcités et fans de la saga (mais si j’avais pu en avoir 6 comme les 2 calmes du lot, on aurait passé la journée à faire des jeux de société et des scoubidous), et que par conséquent ça nous a tenu une bonne heure hors gâteau. Heureusement qu’on a pu faire une partie de foot et monter des Lego en fin d’aprem pour tenir les 3 heures prévues. Lire la suite

« Tonique »

C’est ce que m’avait sorti le gynéco à la visite des 6 mois.
« il est tonique ».
Et bien il l’est resté, tonique. Debout à 8 mois, il marchait à 10.

Alors n’allez pas croire que mon loupiot est du genre hyperactif, sans savoir se poser, ni rester concentré plus de 5 min. Non.
Vous le déposez à la garderie Ikea, vous ne savez jamais si vous allez le retrouver à faire l’andouille dans la piscine à balles ou à s’amuser à faire des additions à 2 chiffres sur le tableau noir. C’est 50/50. Il peut passer une journée à organiser une « étude de requins », loupe à la main, toutes figurines et encyclopédies dehors tout en étant obsédé par l’idée de jouer au foot.
Il nous sort dans la même phrase ou presque : « j’adore les mathématiques » puis « j’aime trop le sport ».

ABCD

  (les copains de FrenchDisorder ont sorti une collection enfant ! Autant vous dire que le tee AB/CD est ON NE PEUT PLUS d’actualité.. notez que pour fêter la coolab de la marque avec Caroline, les frais de port sont offerts avec le code KIFF)
Lire la suite

Le cas de conscience

Pour les plus anciennes qui me suivent, vous vous souvenez, très rapidement après sa naissance, mon fiston a été diagnostiqué atopique. Un grand mot pour désigner finalement quelqu’un qui manifeste des symptômes allergiques. On s’est battu plus de 2 ans avec un eczéma carabiné, et je vous avais fait part ici de notre lutte, essayé de donner des pistes, je vous avais exposé nos solutions, j’avais même dialogué avec un expert venu sur place.
Et puis je n’en ai plus parlé, la vie intime a pris moins de place sur le blog et en parallèle l’eczéma d’Aurèle a totalement disparu, est-ce grâce aux traitements ? aux cures ? Ou simplement la suite logique ?
Car oui, le petiot est un cas d’école. Il a développé ensuite des allergies alimentaires, limite il a un abonnement chez l’allergologue. Et forcément vous me voyez venir, depuis le printemps dernier : POF, asthme. La sainte trilogie de l’atopie (ah non, on me dit qu’il n’a toujours pas de rhinite allergique. Ah. Ca sera pour l’adolescence vous allez voir).

vaya

Bref.
Pourquoi vous mets-je une photo de Madame Le Microbe, vous allez me dire. Nous y voilà. Lire la suite

Le pantalon qui ne se trouait pas au genou… // Concours

[Ceci est un billet sponsorisé]

Si vous me suivez un tant soit peu, ici, sur Twitter, Instagram, vous m’avez sans aucun doute entendue émettre la traditionnelle complainte de la maman de GARCON. Je ne dis pas que les filles sont moins casse-cou mais un peu quand même.
Car la maman du petit garçon, elle passe sa vie à :
– acheter des pantalons.
– les détacher.
– les rapiécer.

Voyez plutôt :

pantalon1

Hum. 8h de vie. Mis neuf le matin même. Le lendemain il a des trous. En gros le futal JETABLE, limite je les achète par 10 à la toute dernière démarque. Vous voyez le joueur de foot qui a marqué un but et fait la glissade-genou de la victoire ? Le fiston ne sait arrêter sa course que de cette manière.
Fléau national si j’en crois les consoeurs. Je vous mets au défi de trouver des pantalons de 4 à 10 ans dans les dépôt-vente pour enfant, nul besoin d’obsolescence programmée, ils se chargent tous seuls de relancer la consommation. Lire la suite

La mode enfant

Pour rester dans le thème, mais changer un peu, je voulais aborder les penderies voisines certes masculines mais dont j’ai globalement la charge. Mon inclinaison naturelle couplée à mon activité principale m’ont propulsée responsable ès fringues de la famille sans plus de cérémonie.

Après 4 ans et demi au rayon petit garçon, je crois avoir trouvé la bonne vitesse de croisière. Retour d’expérience donc avec mes marques favorites et les dernières découvertes.

enfant

Alors déjà, si j’examine le placard du loupiot, voici le Top 3 : Lire la suite

Carnaval ? #fail

Comment vous dire… j’ai une réticence certaine au déguisement. Carnaval, Halloween, pas mon truc. Y’a bien juste pour faire Touloulou en Guyane que j’ai accepté de faire un effort (et quel effort, 36 couches de vêtements pour 36°). Donc fatalement, quand j’ai vu la note indiquant que c’était Carnaval à l’école la semaine suivante, j’ai un peu zappé. Acte manqué dirons-nous.

Jusqu’à ce que ça me remonte pleine face LA VEILLE, 19h10. Autant vous dire que dans ma verte campagne, les possibilités shopping étaient donc néantes. Déguisement, fournitures, queud’.
Avec un reste de conscience maternelle, l’angoisse de l’exclusion est montée….

Yep.
J’ai déhoussé le drap de la chambre d’amis. LE SEUL drap blanc de la maisonnée (enfin, blanc, blanc… Je l’avais lavé une fois avec un coussin rouge quoi… rose pâle pour un fantôme c’est bien aussi non ?).
Pris tant bien que mal les mesures. Découpé. Fait des trous pour les yeux. Essayé pour me rendre compte que c’était trop court derrière. Redécoupé un autre morceau, au jugé vu que le bestiau dormait et refait des essayages le lendemain. Avec même des trous pour une sorte de ceinture pour maintenir le machin en place.

RA-VI. Il était.
YOU-HOU. Il faisait.

Sauf que. Au moment de le remettre à l’école avec les copains. Refus total d’enfiler le bazar. Il faut dire que nous avions en face 3 costumes flambants neufs de Spiderman, un chevalier et un mousquetaire.

Saleté de société de consommation tiens.

(remarquez, en même temps du coup il a pu manger son goûter, hein. En fantôme ça aurait été moins évident)
(ah et puis je le ressortirais à Halloween, hein, quand même)
(non, non, j’ai pas honte de mon oeuvre, c’est l’INTENTION, qui compte non ?) 

3 jours à Paris…

… avec un tout-petit.
Enfin, 3 ans et des poussières… Genre trop grand pour la poussette, trop petit pour marcher toute la journée (voyez venir la galère).

Je la jouerai courte, n’épiloguerai pas sur le petit monstre, vu que nous avons eu la bonne idée d’enchainer directement en le récupérant de se semaine de vacances chez ses grand-parents. Semaine de farniente, campagne, je ne vous dis pas le changement de rythme d’un coup. Ca plus les retrouvailles. Bref. En revanche le diablotin s’est retransformé illico en ange à peine le pas de porte bourguignon franchi. On en connait à qui l’air de l’océan ne réussit pas (hein la Lyonnaise), là c’est plutôt l’air parisien.
Un exemple ? Refus catégorique d’avaler la moindre miette de pain au chocolat. En revanche, gros succès du pique-nique moquette Sushi-shop dans la chambre d’hôtel. Qui s’est retrouvée à avaler des boulettes de riz délestées de la tranche de poiscaille au profit de la progéniture ? Hein.
LE SENS DU SACRIFICE. Lire la suite