L’empreinte

(de nos fringues)

C’est marrant comme sevrage rime parfois avec blocage. Genre l’appareil photo. 4 mois que je n’avais pas sorti le réflexe avant les 2-3 photos sur trépied du dernier billet. Les vacances sont font à l’iphone, et j’ai de plus en plus de mal à montrer mon visage en photo. Non pas qu’il ait changé hein, je n’ai même pas de gros boutons à cacher ou une subite ride du lion qui se serait installée en 15 jours. C’est juste que j’ai dû un peu tirer sur la corde. Comme si en bientôt 8 ans de blog j’avais épuisé mon crédit Narcisse.

Mais sinon, une réflexion, tiens :

livre

=> J’ai fini de lire « To die For, Is Fashion wearing out the world ? » (ici sur Amazon).

Et bien c’est pas marrant, voire franchement chiant à lire, en plus. Je ne compte pas les fois où je me suis endormie dessus. MAIS, je dois vous dire qu’on revoit fatalement son mode de fonctionnement après ça. Et qu’on se pose pas mal de questions.
Je ne crois pas pouvoir arriver un jour à ne pas « consommer » de mode. Je dis consommer, car je crois que je tombe dans cette catégorie. J’aime regarder les nouvelles tendances, renouveler ma garde-robe, me faire des paniers virtuels. Je suis lucide, j’apprécie d’avoir la chance de continuer à travailler avec certaines marques ou e-shops. Comme dirait une amie qui se reconnaitra « Quand on aime les fringues… et bien on aime les fringues ».
Ce qui n’empêche pas de m’interroger de plus en plus sur les impacts : écologiques-éthiques-sanitaires, d’essayer de réduire (« contenir », serait le mot juste) ma consommation et me renseigner un peu : Lire la suite

Mes 4 romans d’aventure favoris

Notez que je ne vais pas donner dans la nouveauté, mais il se trouve que dans ma démarche du Lean à la maison, la bibliothèque a pris un bon coup dans l’aile également. Il ne s’agissait de garder que les livres que j’étais certaine de relire, de vouloir faire découvrir à d’autres ou que pour une raison ou une autre je chérissais. Il en reste bien évidemment plus que 4, mais dans cette thématique : aventure, romanesque, policier, page turner, bref, les bouquins dont tu ne sors pas le nez avant d’avoir terminé, voici les 4 que j’ai préféré DE MA VIE (ouais, rien que ça), mes 4 opus de l’île déserte.
J’en dois 2 à une ancienne amie il y a quasi 15 ans, un à Mr. E et le dernier découvert en revanche cette année grâce à Caroline :

romans Lire la suite

Dernières lectures

La dernière de Monsieur-le-boulet-mon-mari (nan parce que tout de même, depuis le coup du permis et du duck tour, il a gagné ses galons). Et bien la semaine passée, il me sort : « dis, je crois que j’ai oublié de te donner un de tes cadeaux de Noël ».
3 mois après.
C’est bien, notez, ça fait une rallonge. Une surprise. Il aurait pu la jouer inaperçue en le calant sur la St Valentin, mais comme on ne la fête pas…

Bref.
Et le pire c’est qu’il était tombé juste, puisqu’il m’a donc offert Le Monde selon Karl de sa propre initiative.

lectures1

Quelques critiques (du coup) : Lire la suite

Mon TOP 5 des films très cons (mais drôles)

L’idée m’est venue l’autre jour, en mâtant les Tuche sur la 1. Le truc que tu regardes en te disant bien que ça va être un navet, avec même un peu de chance il s’est fait démonter par la critique, mais à ta grande surprise, tu te retrouves à pouffer en disant (SIC) « c’est con ce truc ».
Donc voilà mon TOP 5 des meilleurs « c’est con ce film » mais tu te marres quand même.

filmscons

Lire la suite

Pourquoi Depeche Mode

J’écoute en boucle Delta Machine depuis quelques jours… Je me suis dit que c’était peut être l’occasion de partager mes goûts, enfin un surtout, celui pour Dave Gahan. Si on en croit le plateau du Grand Journal de mardi*, aimer Depeche Mode cela n’a plus rien d’original, c’est dans la culture d’à peu près tout le monde. Même si le fan de base croit toujours qu’il est le plus grand (fan), qu’il a ce lien en plus, qu’il est unique. On sait tous que c’est faux, mais notre histoire avec un groupe et sa musique reste toujours personnelle :

En 1985 j’ai 9 ans. Petite fille sage, bonne élève, qui joue aux Barbie et aux Playmobile, qui fait du dessin.
Et un jour, voilà que je découvre le Top 50 et et ça devient ma religion. Je regarde les quotidiennes, suis le top du samedi avec assiduité et achète le magazine chaque semaine. Je retapisse ma chambre avec les posters centraux. Et un des tous premiers singles (hu hu, pardon : 45 tours) que j’achète : A Question of Time, au supermarché avec ma maman. Une puissance, une énergie. Et puis mon tout premier 33 tours : Music for the Masses. Lire la suite

Vous souvenez-vous d’Ycare ?

La Nouvelle Star old school, je ne sais plus quelle saison, je ne sais plus combien il avait fini (4ème ?) mais je me souviens parfaitement de son interprétation de Bang Bang qui déchirait tout. Il était un peu flippant Ycare, mais il mettait les poils, ça oui.

Puis on l’a retrouvé à la radio avec « Lap dance ». Il n’avait pas disparu le bougre, il tirait son épingle du jeu. Et là, alors que c’est vieux de 6 mois, je suis tombée * sur cette vidéo. Prenez votre temps et un café :

Toujours les poils, il a quelque chose de Jacques Brel, une montée en puissance, les textes, cette façon de VIVRE la chanson et de s’y noyer à la fin jusqu’à en perdre sa respiration.

* enfin tombée… je crois que vu le niveau de la resucée de D8, j’ai dû être prise de nostalgie et j’ai fait quelques recherches sur les anciens candidats.

Dernière lecture #2

Critique rapide mais néanmoins subjective :

=> Charly 9, de Jean Teulé

Alors j’en attendais peut être trop, M.E m’ayant bien vendu l’auteur. Ou peut être en attendais-je quelque chose de plus léger, m’enfin avec une ouverture sur le massacre de la Saint Barthelemy je devais bien me douter que ça n’allait pas être la marrade à chaque page.
Jean Teulé, je ne me souvenais que du chroniqueur de Nulle Part Ailleurs, qui arrivait devant l’invité de Gildas avec ses boules en plastique façon Kinder Surprise qui recelait des petits bonheurs ou petits malheurs illustrés en vidéo*.

Donc certes, c’est un peu le Tarantino du livre d’histoire, mettre de l’absurde dans le drame, de la proximité dans l’horreur, du décalé pour résumer. En gros, l’histoire (brève) du roi Charles IX, qui commence avec l’ordre du massacre des huguenots et qui finit dans la folie et la mort.
Sauf que là, non, j’ai râmé pour finir (mais genre j’ai mis une semaine alors que vu la taille j’aurais dû mettre 1h30…). Trop glauque, trop gore, des longueurs malgré l’humour, je crois que j’aurais dû commencer avec un autre, quoique vu la liste et les résumés je crois plutôt que je suis trop fleur bleue pour le style général…

* et la seule histoire dont je me souvienne, c’est celle du mec qui se réveille un matin avec à la fois la trique et une souplesse non coutumière lui permettant de s’auto-faire une pipe. La vidéo finit sur une remarque du mec à moitié traumatisé se demandant si du coup il était gay… bref. 

Dernières lectures

Je me suis auto mise un petit coup de pied au derrière, histoire de tout de même bien commencer l’année. Non, point de look, avec la tête que je me paie, ça serait bon à nous refaire des photos APN dans le miroir la tête coupée. Vous voyez les cernes de l’Empereur dans StarWars ? Et bien voilà. Du coup, une petite récap de mes dernières lectures, je me suis dit que ce serait pas mal.

Lire la suite